Restez connéctés

GP de Monaco

5 questions à Jolyon Palmer avant le GP de Monaco

Publié

le

© Renault

Alors qu’il n’a toujours pas ouvert son compteur de points après cinq Grands Prix, Jolyon Palmer espère faire bonne figure sur le circuit du calendrier considéré comme le plus sélectif. Le pilote Renault a déjà signé une pole position à Monaco, c’était en 2014 lorsqu’il pilotait en GP2.

Mais le Britannique est bien conscient que le tour parfait à Monaco est extrêmement difficile à réaliser, d’autant qu’il faudra composer cette année avec des monoplaces plus larges et plus rapides.

Monaco, enthousiasmant jusqu’à quel point ?
C’est vraiment amusant. Il n’y a rien de tel. C’est un événement unique avec le côté paillettes, le strass, les yachts, les célébrités. Tout cela en fait un lieu très drôle et c’est très sympa d’en faire partie. Ce week-end est particulier et je l’adore toujours. Monaco est vraiment fun et tellement différent une fois au volant. Vous êtes chargé d’adrénaline dès le premier tour.

Racontez-nous un tour sur le Circuit de Monaco…
Vous ne pouvez pas reprendre votre souffle sur 75 secondes de chaos ! Dès que vous tapez dans les freins à Sainte-Dévote et au sommet de la colline, les virages et les bosses s’enchaînent extrêmement rapidement. À s’approcher le plus possible des murs, on les brosse littéralement à l’extérieur. Une précision extrême est requise ainsi qu’un engagement total. Pour tout cela, c’est un défi unique.

Avez-vous déjà réussi un tour parfait à Monaco ?
J’y suis presque parvenu. Cela procure d’excellentes sensations, probablement les meilleures que l’on peut obtenir en sport automobile. Il faut s’engager, lancer la voiture tout en espérant qu’elle ressorte du virage. C’est assez particulier à faire sur dix-neuf virages. En 2014, je me souviens y avoir signé la pole position en GP2 en sachant que personne ne battrait mon chrono.

Comment vous préparez-vous à un tel Grand Prix ?
Vous devez avoir une préparation régulière et progressive. C’est une route normale, donc la piste change au fil de son évolution. Votre confiance se construit et c’est important d’y aller pas à pas. Ce sera dur cette année avec les nouvelles F1. L’épreuve durera presque deux heures et les qualifications seront aussi difficiles. Vous ne pouvez ni rassembler vos pensées ni respirer sur un tour. Mentalement, c’est la course la plus délicate de l’année.

Avez-vous déjà eu le temps de participer au folklore local ?
Il y a de nombreux yachts et beaucoup de fêtes. J’arrive et je repars en scooter. C’est amusant et assez cool. C’est génial de voir les fans, mais bien sûr, je vais très vite et je pose même le genou. Personne ne m’arrête !

GP de Monaco

Monaco a investi 30 millions d’euros pour de nouveaux stands en 2018

Publié

le

© Alessandro Arcari

Si il est le Grand Prix le plus glamour, le plus beau, le plus demandé, le plus apprécié par les équipes et les fans, le Grand Prix de Monaco est surtout le circuit qui offre le moins de place au paddock, aux équipes de F1 et aux journalistes.

Le Grand Prix de tous les superlatifs va subir un profond remaniement l’an prochain, puisque Monaco a investi pas moins de 30 millions d’euros pour agrandir les stands à partir de la saison 2018. En réalité, Monaco voulait déjà effectuer ces travaux pour l’édition 2017 du Grand Prix, mais les ingénieurs ne pouvaient pas garantir que les travaux soient terminés à temps.

Richard Micou de l’Automobile Club de Monaco a confirmé que la principauté allait entamer des travaux de ré aménagement des stands pour la prochaine saison de Formule 1 : « Oui, c’est vrai. le nouveau bâtiment des stands sera sur deux étages, et les équipes auront finalement plus d’espace, elles ne se battront plus. » explique Micoud.

Le complexe actuel, qui est entièrement démontable, a été inauguré pour la première fois en 2004. Notons également que la direction de course bénéficie d’un tout nouveau bâtiment depuis la saison dernière déjà puisqu’un imposant édifice de 1500 m² a été conçu pour répondre aux besoins en constante évolution des Grand Prix de Monaco (Formule 1, Formule E et Grand Prix Historique). Véritable tour de contrôle du Grand Prix de Monaco,  ce bâtiment accueille le PC de la direction de course, mais également les services de l’état et bénéficie de structures d’accueil pour les VIP.

Autre particularité du bâtiment, celui-ci offre une vue à 360° sur le port Hercule grâce à sa terrasse panoramique. Cette structure de 330 tonnes d’acier reste entièrement démontable et a été fabriquée par une entreprise française, Bodart Construction.

Un prestigieux contrat de quelque 2.7 millions d’euros a été décroché par Pascal Boutet, PDG de Bodart Construction, dont le siège est basé à La Mothe-Achard en Vendée.

Continuer à lire

GP de Monaco

Sergio Perez a enlevé de précieux points à Toro Rosso

Publié

le

© DR

Franz Tost, le team principal de Toro Rosso, estime que Sergio Perez est à 100% coupable de l’accrochage dont a été victime son pilote Daniil Kvyat dimanche lors du Grand Prix de Monaco, et obligeant Kyvat à se retirer de la course. Le pilote Force India a tenté de doubler Daniil Kyvat à la rascasse, mais la manœuvre s’est terminée en accrochage.

Le Russe s’est retiré de la course après l’impact, alors que Sergio perez a terminé le Grand Prix de Monaco à la 13e position. Les commissaires de course ont enquêté sur l’action après la course, et ont décidé d’infliger une pénalité de temps au Mexicain, ainsi que des points de pénalité sur sa super licence.

« C’était la faute de Checo ! Vous ne pouvez pas faire ce qu’il a fait à cet endroit, il n’y a qu’à regarder l’état du sidepod [sur la voiture de Kvyat] et la roue avant gauche [sur la voiture de Perez]. Nous n’avons pas besoin de discuter de cela, c’est de la faute de Checo à 100%. Jusqu’à cet incident, nous avions les deux voitures dans les points. » déclare Franz Tost à Autosport.

« Tout le week-end, nous avons eu une voiture très compétitive et Carlos a signé une course fantastique en défendant sa sixième position. Daniil était là aussi, mais Perez l’a sorti de la course. »

Continuer à lire

GP de Monaco

Wolff : « Ferrari n’a pas orchestré la victoire de Vettel »

Publié

le

© Ferrari

La victoire de Sebastian Vettel ce dimanche à Monaco continue de faire couler de l’encre, après que le pilote allemand ait doublé son coéquipier Kimi Raikkonen grâce à une stratégie un peu plus agressive en prolongeant son premier relais.

Si le principal intéressé, Sebastian Vettel, nie que la Scuderia a utilisé des consignes d’équipe pour lui offrir la victoire aux dépens de Raikkonen, d’autres observateurs comme le directeur exécutif de Mercedes, pensent aussi que l victoire de Ferrari à Monaco n’a pas été orchestrée.

« Je pense qu’ils ne pouvaient pas prévoir le niveau de performance du pneumatique. Ils fallait qu’ils fassent rentrer l’un des deux pilotes pour passer les gommes Super-Tendres, et il s’est avéré que les Super-Tendres n’étaient pas assez rapides. Sebastian a réussi à signer des temps impressionnants avec ses pneus Ultra-Tendres usés à ce moment là, et c’est ce qui lui a permis de prendre l’avantage sur Raikkonen. Je ne pense pas que Ferrari s’attendait à cela, mais finalement, c’est un bon résultat pour l’équipe et pour le championnat des pilotes. Je ne pense pas que cette victoire a été orchestrée. » déclare Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes.

Continuer à lire

GP de Monaco

Vandoorne déçu de son week-end monégasque

Publié

le

© McLaren-Honda

Stoffel Vandoorne est déçu de repartir de Monaco sans le moindre point, après être resté dans le top dix une grande partie de la course au volant de sa McLaren. Le Belge a percuté le mur de pneus à St Devote lors du re-start après la voiture de sécurité, ses pneus avaient perdu la température et le pilote McLaren s’est fait piéger, tout comme Marcus Ericsson au même endroit.

« C’est vraiment dommage de ne pas avoir pu marquer des points ce week-end, nous espérions tous un peu plus de ce week-end. Vers la fin de la course, je savais que ce serait difficile au re-start, c’est toujours difficile de réussir à chauffer les Super-Tendres après une baisse de la température, lorsque vous êtes dans le top dix, vous voulez garder votre position. Mais ce n’était pas facile de chauffer les pneus et les freins, de sorte que, je n’avais nulle part où aller au premier virage. » explique Vandoorne.

« Ce n’est pas le résultat que nous voulions ce week-end, mais il y a des choses positives à tirer du week-end. Nous manquons peut-être de performances globales, mais nous avons fait des progrès utiles tout au long du week-end. Il y a encore beaucoup de travail, mais je reste optimiste. » conclut le pilote McLaren.

Continuer à lire

GP de Monaco

Un Carlos Sainz impressionnant dans les rues de Monaco

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Carlos Sainz a signé une course solide ce dimanche dans les rues de la principauté de Monaco au volant de sa Toro Rosso STR12. L’Espagnol termine le Grand Prix à la sixième position au terme d’un week-end qu’il considère comme parfait.

La Toro Rosso a affiché un rythme impressionnant en principauté ce week-end, les pilotes augmentant la cadence au fil des séances, pour finalement terminer sixième pour Saine et quatorzième pour Daniil Kvyat.

« Quel résultat ! C’est un week-end parfait. » déclare Sainz. « Nous devons profiter de ce moment, car ce n’est pas habituel de signer un tel résultat dans les rues de Monaco, mais cette fois-ci nous l’avons fait. Nous avons signé de bons tours lors des essais libres, en qualifications et enfin en course. J’ai réussi à garder un champion du monde derrière moi [Lewis Hamilton, qui termine septième], alors qu’il avait une voiture plus rapide que la mienne. C’est vraiment bon ! » explique Carlos Sainz.

Carlos Sainz occupe désormais la huitième position au classement des pilotes, l’Espagnol devance Felipe Massa de cinq points.

Continuer à lire

GP de Monaco

Pas de consigne d’équipe à Monaco selon Vettel

Publié

le

© Ferrari

Sebastian Vettel a insisté sur le fait que son dépassement sur Kiml Raikkonen pour sa victoire à Monaco ne faisait pas partie d’un plan prédéterminé. Le pilote allemand a dépassé Kimi Raikkonen lorsque ce dernier a effectué son arrêt au stand ce dimanche lors du Grand Prix de Monaco.

Le Finlandais ne pouvait pas cacher sa déception sur le podium au terme de la course, et nombreux sont ceux qui ont parlé de consigne d’équipes. Sebastian Vettel nie tout en bloc.

« Ce n’était pas le plan, le plan était simplement de gagner. Il n’y avait aucune consigne d’équipe, ou quoi qu ce soit d’autre. » insiste Vettel. « La voiture en tête [Raikkonen] a eu la priorité pour l’arrêt au stand, et il m’a donc été possible de rester plus longtemps en piste et de la doubler. Je ne pense pas que nous pouvions deviner cela, je voulais gagner, et ce fut la seule chance que j’ai eu. Je suis très heureux des tours que j’ai signé à ce moment là. » déclare le quadruple champion du monde.

Sebastian Vettel est toujours leader du championnat des pilotes au terme du Grand Prix de Monaco, l’Allemand dispose d’une large marge de 25 points désormais sur Lewis Hamilton.

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.