Connect with us

Ferrari a refusé que le Shield soit entre les mains d’une autre équipe

© Ferrari

shield

Ferrari a refusé que le Shield soit entre les mains d’une autre équipe

Ce vendredi, Ferrari a été la première équipe à pouvoir tester le bouclier sur le circuit de Silverstone. C’est Sebastian vettel qui a eu l’honneur de faire un tour de circuit avec cet appendice posé sur sa monoplace. Le sentiment du quadruple champion du monde n’est pas très bon après ce premier essai, et il a d’ailleurs mis un terme assez prématurément à son test à la fin du premier tour de piste.

« Je dois admettre que j’ai été un peu pris de vertige. » déclare Vettel. « La vision frontale n’est pas très bonne, c’est probablement dû à la courbure de la vitre. En plus dans les lignes droites, avec l’écoulement de l’air, votre casque est poussé vers l’avant du cockpit. » a expliqué Vettel.

Mais outre le fait que la FIA a demandé à Ferrari de s’occuper de ce tout premier test grandeur nature, la polémique est arrivée après la première séance d’essais libres, lorsque Mercedes a demandé à pouvoir avoir accès au Shield testé par l’équipe de Maranello.

Seulement Ferrari a refusé catégoriquement que son pire ennemi puisse avoir entre les mains le Shield et extraire à partir de ce dernier une somme d’informations sur la SF70-H. En effet, pour monter le Shield sur la Ferrari, les ingénieurs ont dû modifier quelques peu la carrosserie de la monoplace, notamment, les mats de rétroviseurs, qui sont devenus plus verticaux avec le Shiled.

Les autres équipes n’ont donc pas eu accès au Shield jusqu’à présent, et il faudra attendre le prochain test du dispositif pour que Mercedes ou Red Bull ou une autre équipe puisse voir ce qu’il est possible de faire ou pas avec un tel système monté sur la monoplace.

To Top