Restez connéctés

Ferrari

Ferrari sort de son silence, le président est satisfait des débuts de la SF70-H

Publié

le

© Ferrari

Après avoir observé 48h00 de silence total, le président de Ferrari, Sergio Marchionne, s’est décidé à réagir face aux médias pour dire tout le bien qu’il pensait de la nouvelle monoplace de Maranello. Hier, Kimi Raikkonen a signé le meilleur temps de la journée à Barcelone au volant de la SF70-H, un temps inscrit en pneus Tendres, alors que la seconde voiture, celle de Lewis Hamilton a signé son meilleur chrono en Super-Tendres.

Le Finlandais a bouclé 108 tours du circuit de Catalunya hier, démontrant la fiabilité du moteur Ferrari pour ce début de saison 2017. Des chiffres qui semblent redonner le sourire au patron des rouges : « La nouvelle Ferrari SF70-H est plus puissante que ce que l’on attendait. Je suis pour l’instant heureux de ce que j’ai pu voir, je ne sais pas si nous pourrons remporter le championnat du monde, mais il est clair qu’elle  constitue un grand pas en avant. » déclare Sergio Marchionne.

Ajourd’hui, c’est Sebastian Vettel qui va prendre le volant de la SF70-H à Barcelone, le pilote allemand continuera le programme de développement qu’il a débuté lundi.

Ferrari

Ferrari ne menace pas de quitter la F1 mais prévient

Publié

le

© Ferrari

Ferrari n’apprécie pas la nouvelle direction prise par la Formule 1 depuis que les Américains de Liberty Média ont pris les commandes de la discipline en début d’année.

Le président de Ferrari l’a fait savoir ce jeudi, mais l’Italien tient tout de même à réaffirmer sa volonté de rester le plus longtemps possible en F1, même si la réduction des coûts et le maintien des traditions seront pour lui les conditions impératives pour que Ferrari reste en Formule 1.

« Défigurer la F1 pour des raisons commerciales est un discours que Ferrari affectionne très peu. » déclare Marchionne. « Il faut faire très attention à ne pas retirer l’ADN de cette discipline, son histoire, et ce qui compte pour Ferrari. »

« Si ces deux choses disparaissent, l’intérêt de Ferrari dans le fait de rester sur le circuit va diminuer. Ce n’est pas une menace, et j’ai déjà lu quelques déclarations de Maurizio [Arrivabene], qui se laisse parfois aller, mais nous devons rester rationnels. »

« La F1 est une partie de l’histoire de Ferrari et j’ai la ferme intention de protéger cette implication dans le championnat. Mais nous ne pourrons pas le faire à n’importe quel prix. »

« Nous ne pourrons pas le faire pour des raisons commerciales, si nous faisons des choses, nous les faisons bien. Je suis prêt à parler de tout, mais si nous voulons la transformer en une connerie, un centre commercial, alors je ne suis pas d’accord. »

« La F1 fait partie de notre ADN depuis que nous sommes nés, ce n’est pas comme si nous pouvions nous définir autrement. Mais si nous changeons le bac à sable au point où il devient méconnaissable, je ne veux plus jouer. »

Continuer à lire

Ferrari

Moteur 2021 : Ferrari ne compte pas utiliser son droit de veto

Publié

le

© Ferrari

Ferrari ne voit pas la nécessité d’utiliser son veto pour bloquer les plans de Liberty Média concernant la nouvelle réglementation moteur de 2021.

Au moins Mercedes et Renault ont déjà fait part de leur mécontentement face aux propositions présentées par la Formule 1 cette semaine pour les nouvelles règles de moteurs qui devraient entrer en vigueur pour la saison 2021.

Mais jusqu’à présent, Ferrari et Honda sont restées silencieuses sur la question, même si Ferrari avait déjà exprimé son avis sur la question la semaine dernière, avant que la FIA ne dévoile les détails du projet moteur 2021.

« Il y aura une série de réunions d’ici la fin de l’année pour parler du développement du moteur de 2020 à 2021. La seule chose que je peux dire est que ma position sera partagée avec Mercedes et que le développement technologique ne peut pas disparaître pour réduire les coûts. » déclarait Sergio Marchionne, le président de Ferrari,  à Austin il y a quelques jours.

« Je suis naturellement le premier à vouloir réduire les coûts, mais nous ne le ferons pas si nous devons changer l’ADN de Ferrari. C’est un discours très délicat, et nous ne serons pas satisfaits tant que nous n’aurons pas trouvé un équilibre. »

Maurizio Arrivabene, le team principal de Ferrari partage les idées de son patron, et l’Italien souligne que la Scuderia n’utilisera pas son droit de veto si cet équilibre dont parle Marchionne est trouvé avec les nouvelles règles de 2021.

« A un certain point nous pouvons utiliser notre droit de veto pour une bonne raison. » déclare Arrivabene. « Mais avec des gens sérieux et des idées claires, et surtout qui comprennent de quoi ils parlent, je pense que nous n’avons pas besoin d’utiliser un droit de veto. »

Continuer à lire

Ferrari

Officiel : Sebastian Vettel ne participera pas à la course des champions 2018

Publié

le

© Ferrari

Sebastian Vettel a décidé de ne pas participer à la course des champions 2018, qui aura lieu en janvier prochain, afin de consacrer plus de temps au simulateur pour se préparer à la nouvelle saison.

Le quadruple champion manquera l’événement, qui se déroulera en Arabie Saoudite, pour la première fois depuis 2009. Au lieu de cela, il travaillera sur le simulateur à Maranello pour préparer les tests d’hiver et de pré-saison.

« Mon objectif est et reste de faire revenir Ferrari au sommet. Je pense que ce doit être magique de ramener le titre à Maranello comme l’a fait Michael Schumacher. » déclare Sebastian Vettel. « Il est une source d’inspiration pour moi. »

Ferrari souhaite montrer que l’équipe reste engagée dans la reconquête du titre l’an prochain, après une saison 2017 débutée sur les chapeaux de roues, mais qui s’achève malheureusement avec l’impossibilité pour le pilote allemand de se battre jusqu’au bout pour le titre pilote.

Ferrari a basculé depuis la rentrée en septembre dans une spirale négative, après une contre performance à Monza sur ses terres, la Scuderia a dû faire l’impasse sur de gros points à Singapour lorsque ses deux pilotes ont abandonné dés le départ.

Puis, c’est la fiabilité qui a ensuite coûté très cher à Ferrari, d’abord en Malaisie où le moteur de Sebastian Vettel a cassé, l’obligeant à s’élancer depuis la dernière position au départ de la course.

C’est ensuite sur la voiture de Kimi Raikkonen que le sort s’acharne, puisque le Finlandais n’a pas pu prendre le départ de la course en raison d’une panne moteur sur la grille peu avant 14h00.

Une semaine plus tard, c’est au Japon que Sebastian Vettel est à nouveau touché par des problèmes de fiabilité, cette fois il s’agit d’une bougie à 59 euros qui casse sur le tour de chauffe, obligeant l’Allemand à abandonner au quatrième tour de course.

Continuer à lire

Ferrari

Ferrari a besoin d’un ajustement, pas d’une révolution

Publié

le

© Ferrari

Le team principal de Ferrari, Maurizio Arrivabene, estime que des ajustements mineurs seront suffisants pour que la Scuderia arrive à décrocher le titre l’an prochain, après avoir échoué en 2017.

Ferrari a mis une grande pression à Mercedes en début de saison, avec Sebastian Vettel dans le rôle de leader du championnat avant la pause d’été, mais trois courses catastrophiques en Asie auront mis un terme définitif aux espoirs de Ferrari.

Après un crash impliquant les deux pilotes Ferrari au départ du Grand Prix de Singapour, ce sont des problèmes de fiabilité qui sont ensuite venus touchés de plein fouet la Scuderia en Malaisie et au Japon.

Mercedes a donc su profiter de cette situation et a remporté le titre constructeur aux Etats-Unis, ainsi que le titre pilote pour Hamilton à Mexico la semaine dernière.

Cependant, malgré la déception, le dirigeant de l’équipe de course de Ferrari, Maurizio Arrivabene, salue les progrès enregistrés cette année et a exprimé sa confiance quant à la prochaine saison.

« Il y a beaucoup de points positifs, en toute honnêteté, car j’ai pu voir une équipe très jeune qui travaillait très très bien sur la voiture en piste et à Maranello. » déclare Arrivabene.

« Les gars sont unis, ils échangent des informations, ils sont très concentrés et ils sont très jeunes. Donc, personne ne s’attendait à ce que nous ayons une telle performance cette année. »

« Mattia [Binotto] notre directeur technique  dirige le département technique correctement. Il fait de plus en plus partie de Ferrari. Je dois dire que ensemble, nous échangeons beaucoup d’informations, il a son point de vue technique, j’ai mon point de vue différent. »

« Mais nous sommes toujours sur la même longueur d’onde, malheureusement, nous avons perdu une opportunité clé en raison d’un petit détail lié à un problème technique que nous avons eu, principalement à cause d’un fournisseur. »

« Mais parfois cela se joue dans les détails, c’est un apprentissage pour nous, c’est un apprentissage pour eux. Nous sommes impatients de regarder vers le futur, de faire de mieux en mieux en restant concentrés.

« Ce n’est pas une question de révolution, c’est une question d’ajustement. Cette année, nous avions besoin d’âtre plus axé sur les processus, mais nous devons désormais être plus concentrés dans d’autres domaines. »

« Le point positif, c’est que nous sommes une équipe qui n’abandonne pas. C’est une équipe qui apprend de ses erreurs et c’est une équipe qui est pleinement engagée. »

Continuer à lire

Ferrari

Mercedes a-t-elle aidé Ferrari à revenir au sommet ?

Publié

le

© Ferrari

Mercedes a-t-elle aidé Ferrari à revenir au top cette année en Formule 1 ? Bernie Ecclestone pense que le constructeur allemand aurait pu aider Maranello.

Ferrari s’est affiché comme la principale menace de Mercedes cette année en F1, ayant fait des progrès significatifs depuis le début de l’ère hybride en 2014.

Et même si une restructuration au sein de la Scuderia au cours des 12 derniers mois a fortement contribué à améliorer la performance de son châssis, Ecclestone laisse entendre que Ferrari a été aidée par Mercedes au niveau du developpement de son moteur.

« Personne ne peut le savoir, sauf ceux qui l’ont fait. » déclare Bernie Ecclestone à La Repubblica. « Un championnat du monde remporté contre Sauber est une chose, un autre remporté contre Ferrari est une autre chose. »

« Je n’en suis pas certain, je dis peut-être. Dans le passé c’est déjà arrivé avec Honda. Et si Mercedes avait décidé de transférer sa technologie à Maranello, je dis que c’est une bonne décision. »

« Il est également certain qu’avec la situation amicale entre les deux équipes, la meilleure chose pour Stuttgart en 2017 était de s’assurer a) que Red Bull n’avait pas les moteurs les plus puissants, b) que Ferrari soit suffisamment compétitive pour être un rival crédible à battre. »

« Aider Ferrari a toujours été la chose la plus intelligente à faire, et cela a toujours été fait à travers les règlements techniques. »

Le patron de Red Bull, Christian Horner, a répondu aux propos de Bernie Ecclestone. Le Britannique ne sait pas si une entente entre Mercedes et Ferrari a eu lieu cette année, même s’il reconnaît que cela est possible en Formule 1.

« Il est clair qu’il existe une relation très étroite entre Ferrari et Mercedes, la façon dont ils fonctionnent lors des réunions, on ne lèvera pas la main sans que l’autre soit d’accord. » explique Horner.

« Ce n’est pas la première fois que cela se passe en Formule 1, et ce ne sera pas la dernière. Pour autant, que l’un ait aidé l’autre, ce n’est pas notre affaire. Je serais surpris, mais oui…Ce que vous voyez avec Mercedes et Ferrari aujourd’hui c’est qu’ils sont en phase dans leurs pensées. »

 

Continuer à lire

Ferrari

Marchionne : « Impossible de blâmer une seule personne pour tous nos problèmes »

Publié

le

© DR

Le président de Ferrari, Sergio Marchionne, déclare que la Scuderia Ferrari n’a pas besoin d’être restructurée après les récents problèmes de fiabilité qui ont touché l’équipe.

Marchionne, présent à Austin ce week-end, a une nouvelle fois montré tout son soutien à Maurizio Arrivabene, le team principal de Ferrari.

L’Italien s’est retrouvé dans la lumière ce week-end à Austin après qu’une publication allemande ait lancé la rumeur selon laquelle Arrivabene allait être remplacé par Mattia Binotto, l’actuel directeur technique de Ferrari.

Sergio Marchionne a précisé après la course ce dimanche qu’il ne fallait surtout pas blâmer une seule et unique personne dans l’équipe après les récents problèmes rencontrés.

« Je ne pense pas que nous ayons besoin de revoir l’équipe. » déclare Marchionne. « Mattia [Binotto] et Maurizio [Arrivabene] ont été impliqués dans ce processus. »

« Choisir l’un ou l’autre est un peu idiot, ils étaient tous les deux présents quand les choses se sont passées. Techniquement, j’étais aussi impliqué, je suis le président, mais cela ne va pas résoudre le problème. »

« Nous devons gagner, c’est la chose la plus importante, je ne pense pas que ce soit attribuable à un seul homme, nos processus ne nous ont peut-être pas aidé, mais cela est réglé désormais. »

 » A l’exception des échecs techniques que nous avons connus, qui sont axés sur la qualité, tout le reste n’était qu’un coup de chance et c’est arrivé. Mais la probabilité que nous répétions ces erreurs est, espérons-le, très faible. »

« Nous avons apporté un changement à l’organisation en faisant appel à quelqu’un qui a de l’expérience en matière de qualité [Maria Mendoza]  pour essayer de renforcer nos compétences, le reste étant, je crois, dans la façon dont nous gérons. »

« Je pense que tout ira bien, je ne pense pas que nous devons réorganiser l’équipe, je ne pense pas que nous devons faire des changements. Cette équipe sait comment gagner et sait comment le faire, il suffit de leur donner l’espace. »

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.