Restez connéctés

GP du Canada

Le Grand Prix du Canada présent au calendrier jusqu’en 2029

Publié

le

Le circuit Gilles Villeneuve de Montréal a prolongé son contrat pour accueillir le Grand Prix canadien jusqu’en 2029. Les responsables du circuit ont confirmé que le précédent accord de dix années signé en 2014 a été prolongé jusqu’en 2029. Dans le cadre du nouveau contrat, le circuit a confirmé qu’il terminera un programme de mise à niveau pour son paddock et ses garages à temps pour la course de 2019.

Le développement du circuit avait été un point de conflit entre les promoteurs de la course et l’ancien patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone. Il s’agit de la deuxième course du calendrier de F1 qui confirme sa présence en deux jours, hier, c’est le Grand Prix de Russie qui a annoncé la prolongation de son contrat jusqu’en 2025.

L’arrivée de Lance Stroll en F1 cette année signifie que le Grand Prix canadien de cette année sera le premier à avoir un pilote à domicile depuis 2006, alors que Jacques Villeneuve était en compétition. Les organisateurs de la course ont déclaré avoir remarqué une nette progression des ventes de billets pour la course de cette année.  Une tribune au premier virage a d’ailleurs été agrandie en réponse à l’augmentation de la demande.

GP du Canada

Les nouveaux paddocks de Montréal dévoilés

Publié

le

© DR

La société du parc Jean Drapeau a dévoilé avec fierté ce jeudi le concept final des nouveaux paddocks du circuit Gilles Villeneuve de Montréal au Canada.

Le circuit Gilles Villeneuve a signé un contrat cette année qui lui assure de garder le Grand Prix du Canada jusqu’en 2029, mais l’une des conditions principales de cet accord était la réfection des garages et paddocks du tracé canadien.

François Dumontier, promoteur du Grand Prix du Canada, était naturellement présent ce jeudi lors de la présentation du concept, et a notamment participé à l’élaboration des plans de rénovation des installations à titre de consultant, en s’inspirant, entre autres, du circuit des Amériques d’Austin, qui présente une structure sur trois étages.

Le premier niveau sera consacré aux garages des écuries, le second niveau aux loges d’entreprises, à la salle de presse et aux studios des commentateurs TV, alors que le dernier étage proposera d’autres loges.

Clin d’œil à l’expo 67

A l’entrée de la voie des stands, le bâtiment offrira sa véritable signature, une surface vitrée étalée sur trois étages devant laquelle le logo de l’expo 67 sera mis en évidence.

L’architecture du bâtiment fait un clin d’œil à certains pavillons de l’exposition universelle dont la biosphère, emblème jadis des installations des Etats-Unis.

Initialement annoncée à 32 millions de dollars, la facture finale pourrait s’élever à 48 millions de dollars, dont 30 millions seront assumés par la ville de Montréal et le gouvernement du Québec.

Cette présentation a lancé le lancement de l’appel d’offres du concept final, et c’est en mars 2018 que le contrat sera octroyé à la firme qui se verra confier la construction. Les travaux débuteront en juillet 2018 pour se terminer en avril 2019.

Continuer à lire

GP du Canada

Nico Hulkenberg offre quatre points à Renault

Publié

le

hulkenberg renault
© Renault

Auteur d’une course tenace sur le Circuit Gilles Villeneuve, Nico Hulkenberg en voulait encore plus en se lançant dans les derniers tours à la chasse de la Ferrari de Kimi Räikkönen, installée au septième rang. L’Allemand ne pointait qu’à 1.7 secondes de son concurrent à l’arrivée de la course.

« La course d’aujourd’hui était dans l’ensemble assez positive. Tout s’est déroulé sans encombre malgré quelques rafales assez fortes qui balançaient la voiture de gauche à droite en ligne droite ! Même si nous avons été aidés par des abandons, je me suis néanmoins retrouvé en huitième place. Ces quatre bons points ne sont pas de refus puisque nous étions un peu méfiants sur nos performances en nous rendant sur ce circuit. » expliquait Hulkenberg à l’arrivée du Grand Prix.

Le pilote Renault a une nouvelle fois été plus rapide que son coéquipier Jolyon Palmer lors des qualifications, mais a surtout prouvé à nouveau que la RS17 avait le potentiel de marquer de gros points en course. Une performance de la part de l’Allemand qui va encore plus faire réfléchir Renault à l’avenir de Palmer au sein de l’équipe.

Ce samedi, Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, nous expliquait que le pilote britannique se devait de marquer des points, après que le constructeur français lui ait mis une voiture fiable et compétitive entre les mains.

« Jolyon doit délivrer, il a un contrat. Il a un contrat en bonne et due forme pour l’année, maintenant il se doit de délivrer comme tout le monde. La première obligation était sur l’équipe, nous devions lui donner une voiture qui tourne bien afin de lui permettre d’accumuler les kilomètres pour qu’il soit en condition lors d’un week-end, ce que nous avons fait. » expliquait Cyril  Abiteboul dans le paddock de Montréal ce week-end.

Continuer à lire

GP du Canada

Force India s’explique sur les consignes données à Sergio Perez

Publié

le

force india
© Force India

L’équipe Force India a longtemps demandé à son pilote Sergio Perez de laisser passer son coéquipier Esteban Ocon, bien plus rapide derrière lui, pour tenter d’aller chercher la troisième place sur le podium. Mais après plusieurs échanges entre Perez et son ingénieur, Force India a finalement décidé des laisser ses deux pilotes se battre à la régulière en fin de course.

Rob Fernley, le team principal de Force India, explique qu’il était très difficile pour les deux pilotes de faire ce genre d’exercice en piste, d’autant que les pilotes Ferrari étaient de plus en plus pressants derrière eux, notamment Sebastian Vettel, qui a réussi à passer au bout du compte.

« C’est une performance et un résultat fantastique pour l’équipe, la voiture a été très compétitive tout le week-end, et c’est donc très satisfaisant de convertir tout ce potentiel en points. La bataille entre Sergio et Esteban a été l’une des histoires de la course et a montré à quel point ces deux coéquipiers étaient compatibles. » explique Fernley.

« Nous avions clairement une voiture plus rapide que la Red Bull de Riciardo, mais les dépassements à Montréal ne sont jamais faciles, et nous avons passé presque toute la course dans son sillage. Après son arrêt au stand, Esteban s’est retrouvé juste derrière Sergio et avait un avantage de rythme grâce à ses pneus plus frais. »

« Nous avons donc avisé les deux pilotes de la situation et avons envisagé de les faire permuter. Mais finalement, nous avons choisi de les laisser se battre car c’était très difficile avec les autres pilotes en piste. Le combat a été équitable, mais malheureusement, nous n’avons pas pu contenir Vettel. Mais nous avons pu accroître notre avantage de points au championnat, nous avons également vu que nous avions un rythme de course compétitif, et c’est vraiment encourageant pour la prochaine étape à Bakou. » conclut Fernley.

Continuer à lire

GP du Canada

Comme une victoire pour Lance Stroll !

Publié

le

© Williams

La joie de Lance Stroll ce dimanche à l’arrivée du Grand Prix du Canada ressemblait à celle d’un vainqueur, le jeune pilote Williams a marqué ses premiers points de la saison devant son public. Stroll a évité de manière judicieuse les ennuis du premier tour de course, et s’est toujours battu dans le milieu du peloton sans commettre la moindre erreur.

Le jeune canadien s’est contenté de signer une course mûre en gagnant ses premiers points en Formule 1 devant son public.

« Il ne pouvait y avoir de meilleur scénario que celui-là, enfin ! » déclare Lance Stroll à l’arrivée du Grand Prix du Canada. « J’ai enfin brisé la glace, et je suis très heureux de l’avoir fait à la maison. Ce fut une très belle journée, surtout après celle de merde que j’ai connu samedi en qualifications. Ma course s’est bien déroulée, la voiture roulait à un très bon rythme. »

Un dépassement sur Alonso

Lance Stroll a doublé quelques voitures en partant depuis la 17e position au départ de la course, dont la McLaren-Honda de Fernando Alonso au 46e tour. Un moment spécial pour le rookie. Alonso ne m’a pas lâché par la suite, il m’a mis beaucoup de pression, mais j’étais content d’avoir pu lui tenir tête.

« C’était vraiment spécial de pouvoir doubler un tel pilote, j’ai su me montrer patient, sachant prendre des risques calculés pour effectuer mes dépassements, ce n’est jamais simple. » explique Stroll.

Interrogé pour savoir s’il a l’impression que ce résultat positif peut être un tournant dans sa carrière, Stroll répond : « Je sais que les choses vont bien aller, j’ai toujours eu confiance. Il n’y aura rien de facile dans les prochaines courses, car il y a encore beaucoup de place à l’amélioration et nous travaillons fort pour obtenir de meilleurs résultats. »

« Il y a des gens qui ne m’aiment pas et je ne peux pas changer ça. Je ne porte pas attention à leurs critiques, je m’en fiche, je ne cherche pas à marquer des points pour faire taire les dénigreurs. J’ai connu des hauts et des bas depuis le début de la saison, mais j’ai toujours su que je pouvais faire des bonnes courses si j’étais capable d’éviter les ennuis. » conclut Stroll.

 

 

Continuer à lire

GP du Canada

Ferrari a enchainé les problèmes au GP du Canada

Publié

le

ferrari canada
© Ferrari

Ferrari n’a pas réussi à contrer les Mercedes ce week-end au Canada, alors que la plupart des observateurs attendaient les deux voitures rouges pendant la course, où habituellement les Ferrari sont fortes. Le team principal de l’équipe de Maranello, Maurizio Arrivabene, estime que tout s’est joué au départ du Grand Prix.

« Malheureusement, notre course a été compromise dès le début, lorsque la voiture de Seb [Vettel] a été endommagée, de sorte qu’il ne pouvait exploiter les performances de la voiture au maximum. Initialement, nos données nous ont montré que les dommages n’étaient pas très graves, et ce n’est que lors du tour suivant que l’aileron s’est brisé, causant des dégâts aux déflecteurs et au plancher. » explique Arrivabene.

« Quant à Kimi, vers la fin, il a eu un problème avec le contrôle du système de freinage. Nous allons effectuer une analyse détaillée de la course dès demain à Maranello, afin de nous préparer aussi bien que possible pour la prochaine course à Bakou »

Kimi Raikkonen a expliqué qu’il avait loupé son envol sur la grille de départ, l’obligeant à cravacher pour rattraper son retard. Mais le Finlandais a ensuite enchainé les problèmes sur sa Ferrari, notamment sur le système de récupération d’énergie, qui l’a empêché d’utiliser ses freins correctement.

« Au départ, j’ai eu du patinage, et évidemment, nous avons perdu quelques places. A partir de là, ce n’était pas une course facile : J’ai lutté pendant les premiers tours, et il était difficile de passer, puis nous avons décidé de passer sur une tactique différente en faisant deux arrêts pour créer une différence de vitesse avec des pneus neufs. » explique Raikkonen.

« Nous avons eu un très bon rythme à nouveau et nous avons réussi à nous rapprocher des gars en face. Mais malheureusement, nous avons eu un problème avec les freins et nous ne pouvions plus utiliser notre vitesse. Durant les dix derniers tours, je n’avais plus de freins. C’est dommage, mais au moins nous avons pu ramener la voiture et marquer des points. Ce n’était pas une journée facile pour l’équipe mais c’est ainsi que cela se passe parfois.Nous devons encaisser et aller de l’avant. » conclut Iceman.

Au championnat constructeurs, Ferrari est descendue d’un cran, c’est Mercedes qui occupe la première place désormais grâce au double signé au Canada.

 

Continuer à lire

GP du Canada

Daniil Kvyat qualifie la Formule 1 de « cirque stupide » après sa double pénalité

Publié

le

daniil kvyat
© Red Bull Content Pool

Le pilote Toro Rosso, Daniil Kvyat, a qualifié la Formule 1 de « Stupid Fucking circus » et a fortement critiqué le directeur de course Charlie Whiting après une double pénalité lors du Grand Prix du Canada. La monoplace de Kvyat a calé sur la grille de départ du Grand Prix lors du tour de formation, et le Russe a dû rattraper le peloton pour récupérer sa 11e position.

Cependant la réglementation ne permet pas aux pilotes qui rencontrent un problème avant le tour de formation de récupérer leur position une fois la ligne de voiture de sécurité dépassée. Dans ce cas, le pilote Toro Rosso aurait dû s’élancer depuis la voie des stands.

Kvyat a d’abord reçu une pénalité de drive-through, mais les commissaires ont annoncé plus tard qu’il devrait écoper d’un stop and go de 10 secondes.

« Ils ont un travail à faire qui n’est pas si difficile à mon avis et ils ne peuvent pas faire le travail correctement. » a déclaré Daniil Kvyat à l’issue de la course. « Ils devaient dormir dans leur bureau, peut-être qu’ils avaient besoin de café. Ils devraient annuler cette règle stupide, qui a fait cette règle ? Est-ce que nous sommes des chauffeurs de taxi ou des pilotes de Formule 1 ? Je ne comprends pas. »

« J’irais parler à Charlie [Whiting, le directeur de course de la FIA], parce qu’ils ont un travail simple et ils ne sont même pas capable d’effectuer ce travail simple. Maintenant, il est préférable que j’aille dans le paddock, parce que je ne voudrais pas dire quelque chose de mal à l’un d’entre eux, et je ne suis pas sûr que ce soit Charlie. »

« Je veux d’abord comprendre ceux qui font ce travail, tout ce que je sais, c’est que mon team manager a parlé pendant 10 tours avec la FIA pour leur expliquer que nous ne devrions pas prendre cette peine supplémentaire, et ils m’ont dit ‘non, désolé mais on l’a' »

Le comble est que lorsque le pilote Toro Rosso a effectué sa seconde pénalité, un problème est survenu sur la roue arrière droite de sa monoplace, contraignant Daniil Kvyat à l’abandon.

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.