Restez connéctés

GP de France

Hamilton aurait préféré Le Mans au Paul Ricard pour le GP de France

Publié

le

© Mercedes-AMG

Lewis Hamilton a confié à nos confrères de Canal+ lors d’un entretien exclusif qu’il n’était pas un grand fan du circuit Paul Ricard, tracé qui accueillera le Grand Prix de France le 24 juin prochain.

Le pilote britannique avoue que la piste du Paul Ricard située en plein cœur du département du var ne l’a pas enchanté par rapport à Magny-Cours, où la Formule 1 venait jusqu’en 2008.

« Honnêtement, je ne l’aime pas, pour être franc avec vous, j’aimais quand nous venions à Magny-Cours. » déclare Hamilton. « Il [le circuit Paul Ricard] est situé dans un bel endroit, mais la piste quand je dis que je ne l’aime pas [c’est qu’elle n’est pas aussi bien qu’à Magny-Cours]. »

« Je pense que le plus important est que nous ayons un Grand Prix qui revient en France, parce que c’est une partie importante de l’Europe et de la tournée Européenne. »

« La France a tellement de très beaux circuits, Le Mans par exemple. Et pour je ne sais quelle raison, nous n’avons pas le Grand Prix de France sur le plus beau circuit. »

« C’est quelque chose que je ne comprend pas, je suis un pilote et je suis honnête avec vous, je ne vais pas tourner autour du pot. »

« Je reste persuadé que ce sera quand même un week-end extraordinaire. Quand j’ai fait des tests là-bas [pour Pirelli en septembre dernier], il n’y avait personne. Mais la dernière fois que j’y ait roulé [en compétition] c’était en GP2. »

.
Cliquez pour commenter

GP de France

Pirelli : Le Paul Ricard est un beau défi technique

Publié

le

© Pirelli

Pirelli a développé ses gommes 2018 avec l’aide des équipes de F1 lors de tests organisés à Budapest, à Abou Dhabi ou encore au Castellet, sur le circuit Paul Ricard qui accueillera le Grand Prix de France le 24 juin 2018.

Mario Isola, directeur de la compétition chez Pirelli,  considère que le tracé varois offre un véritable défi pour les pilotes et les machines, et si techniquement le circuit Paul Ricard est exigeant, le temps typique de la côte-d’Azur en fait également un endroit idéal pour y tester des pneus.

« C’est un circuit que nous connaissons bien, aussi bien lors des essais que dans d’autres séries, comme le Blancpain GT. » explique Mario Isola à F1only.fr.

« Il y a beaucoup de raisons qui font que c’est une bonne piste d’essais, mais ce devrait également être une bonne piste de course. »

« Il y a une bonne variété de virages et de bonnes lignes droites, donc c’est un vrai test complet pour les pilotes et les voitures. »

« Mais il y a également un très bon potentiel l’été avec un temps assez chaud. Techniquement, c’est également un beau défi. »

Le Grand Prix de France aura lieu le 24 juin 2018, les billets pour l’événement sont déjà en vente depuis la fin de l’année dernière, le premier prix est à 19 euros pour la seule journée de vendredi.

 

Continuer à lire

GP de France

GP de France : De nouveaux billets à 19 euros en vente !

Publié

le

© DR

Depuis ce lundi 15 janvier 2018, les organisateurs du Grand Prix de France ont mis en vente de nouveaux billets pour les fans, les pass vendredi sont désormais disponibles.

Jusqu’à présent, depuis l’ouverture de la billetterie au mois de novembre 2017, seuls les pass trois jours étaient disponibles. Mais depuis hier, les fans ont désormais la possibilité d’acheter un billet pour la seule journée de vendredi avec un tarif qui débute à 19 euros.

A partir du 15 février, les organisateurs mettront en vente les billets donnant accès à la journée de samedi (à partir de 38 euros) , puis ce sera au tour des billets pour la seule journée de dimanche le 1er mars 2018, les tarifs débuteront à 99 euros.

 

Continuer à lire

GP de France

François Fillon a donné la première impulsion pour le retour de la F1 en France

Publié

le

© DR

Directeur du groupement d’intérêt public du Grand Prix de France, Gilles Dufeigneux est l’un des principaux protagonistes qui aura permis le retour de la F1 en France.

François Fillon, passionné de sport automobile et premier ministre à l’époque, avait confié à Gilles Dufeigneux peu avant les élections de 2012 la mission d’organiser le Grand Prix de France.

Des pré-contrats étaient alors signés, mais le nouveau gouvernement en place n’a pas souhaité donner suite, mais n’avait pas dissous la structure juridique montée pour l’occasion.

« François Fillon m’avait confié la mission d’organiser le Grand Prix de France. » explique Gilles Dufeigneux à nos confrères de Ouest France.

« Avant les élections de 2012, nous avons réussi à signer des pré-contrats. Puis le nouveau gouvernement n’a pas souhaité donner suite à cet événement. »

« Mais ils n’ont pas dissous la structure juridique qui avait été montée à l’occasion. Donc le dossier n’avait pas été mis dans un tiroir, mais n’était pas grand ouvert. »

C’est finalement Christian Estrosi, en qualité de Président délégué du conseil régional de Provence Alpes-Côte-d’Azur, qui a donné la dernière impulsion nécessaire au retour de la Formule 1 en France.

« Il savait que j’avais piloté le dossier, il a donc pris contact avec moi et j’ai repris l’organisation. Aujourd’hui, le Grand Prix va enfin voir le jour en juin 2018. »

Après dix années d’absence au calendrier de la F1, le Grand Prix de France aura bien lieu sur le circuit Paul Ricard au Castellet le 24 juin 2018.

François Fillon quant à lui a été élu en décembre dernier à la présidence de la Commission Constructeurs de la Fédération Internationale de l’Automobile. Il sera notamment impliqué dans les grandes décisions du sport automobile et conseillera Jean Todt, tout juste réélu président de la FIA.

 

Continuer à lire

GP de France

Le Grand Prix de France ne craint pas la concurrence du Mans et de Monaco

Publié

le

© Mercedes-AMG

Les promoteurs du Grand Prix de France ne craignent pas la concurrence du Grand Prix de Monaco ou bien encore de l’édition 2018 des 24h du Mans.

Le Grand Prix de Monaco, les 24 Heures du Mans et le Grand Prix de France auront lieu à quatre semaines d’intervalle cette année. Le Grand Prix de Monaco est programmé le 28 mai, les 24 Heures du Mans auront lieu du 16 au 17 juin et le Grand Prix de France accueillera les F1 le 24 juin au Paul Ricard.

La directrice commercial du Grand Prix de France, Aurélie Letellier, a déclaré à nos confrères britanniques de F1 Fanatic qu’elle était très heureuse de la date du GP de France sur le calendrier 2018.

« C’est un bon rendez-vous pour nous, évidemment, chaque date apporte son lot d’avantages et d’inconvénients, et nous avons de la concurrence autour. »

Le circuit Paul Ricard et celui de Monaco sont les deux tracés les plus proches physiquement au calendrier de la F1, avec moins de 150 kilomètres qui séparent les deux circuits. Mais Aurélie Letellier doute du fait que les deux courses seront en compétition.

« Ce n’est pas seulement Monaco qui profite de la course à Monaco, c’est toute la zone environnante. En fait, pour la région c’est une bonne nouvelle, car nous pouvons attirer beaucoup de monde. »

« Je ne suis pas sûre de vraiment craindre que les gens pensent : ‘Oh non, c’est juste un mois après Monaco, je vais aller à Monaco et pas au Castellet. »

« Nous sommes satisfaits de ce que nous avons maintenant, voyons comment se passe cette première édition, et voyons si la FOM souhaite le calendrier de cette façon. »

« Mais le fait que Spa et Monza sont très proches, je pense que le fait d’être le premier Grand Prix à lancer le retour de la Formule 1 sur le continent Européen est une position avantageuse. »

Continuer à lire

GP de France

Réduire les embouteillages est une priorité pour le Grand Prix de France

Publié

le

© Pirelli

Les organisateurs du Grand Prix de France travaillent depuis quelques mois pour essayer d’éviter les embouteillages aux abords du circuit Paul Ricard, qui accueillera la F1 du 21 au 24 juin 2018.

La France est de retour au calendrier de la Formule 1 en 2018, mais des inquiétudes ont été soulevées quant aux difficultés rencontrées par les fans pour se rendre sur le circuit les jours où les F1 seront en piste.

Mais Aurélie Letellier, directrice commercial du Grand Prix de France, tient à rassurer les fans et assure que l’organisation a pensé à mettre en place des mesures censées réduire les embouteillages aux abords du tracé varois.

« La police, les autorités en charge de la circulation et nous travaillons sur un plan pour gérer tous les problèmes de circulation. » déclare Aurélie Letellier à F1Fanatic.

« Il est prévu de mettre en place une sorte de route circulaire autour du circuit qui sera une route à sens unique pour diriger la circulation et faciliter la propagation vers les parkings. »

« Il y a quelques autres mesures pour rediriger le trafic local et nous cherchons à ouvrir d’autres routes à la circulation qui ne sont habituellement pas ouvertes. »

« Nous avons quelques événements sur le circuit qui nous permettent de tester un peu, nous avons par exemple le Bol d’Or [course d’endurance moto] qui compte un bon nombre de visiteurs. »

« Évidemment, c’est un peu différent, beaucoup de visiteurs viennent en moto, mais c’est un événement que nous pouvons utiliser comme référence et ça marche plutôt bien. »

Mais bien que les premiers essais se soient assez bien déroulés, les fans devront tout de même s’attendre à quelques bouchons et difficultés pour se rendre au Paul Ricard ce week-end là.

« Vous trouverez toujours des gens qui se plaignent et qui ne peuvent pas comprendre que lorsque vous avez une telle piste de course au beau milieu d’un paysage magnifique au sommet d’une montagne avec vue sur la mer, qu’il faudra un peu de temps pour y arriver. »

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.