Restez connéctés

GP des États-Unis

Hartley étudie le mode d’emploi de 50 pages de la Toro Rosso

Publié

le

Avec un si court laps de temps avant son baptême du feu au volant d’une Toro Rosso à Austin, Brendon Hartley fait de son mieux pour être fin prêt pour ce sa première course en F1.

Le jeune Néo-Zélandais a reçu le manuel décrivant toutes les procédures de sa future monture le temps d’un week-end, et avec 50 pages d’instructions, le jeune pilote n’aura pas le temps de s’ennuyer jusqu’à vendredi.

« Je viens de recevoir le manuel du pilote, qui est d’environ 50 pages. » explique Hartley. « Je dois apprendre toutes les procédures de la voiture et du volant. »

« J’ai quatre heures d’essais avant de participer aux qualifications, j’espère donc que cela sera suffisant pour moi, j’aimerai croire que cela suffira pour être au top. »

Le jeune homme de 27 ans a déjà eu l’occasion de tester la STR12 dans le simulateur à l’usine de Toro Rosso en Italie, mais il comptera également sur ses vastes compétences et sur son expertise en WEC, où il est pilote Porsche, pour prendre le dessus de sa nouvelle machine le plus rapidement possible.

« En termes de temps au tour, ce n’est pas si différent. C’est sept ou huit secondes [plus rapide] par tour, ce n’est pas tant que ça finalement, surtout sur un rythme de course. »

« Les voitures que j’ai conduites sont déjà extrêmement rapides. Je suppose que c’est en partie l’une des raisons pour laquelle ils ont cherché à me mettre dans la voiture, mais aussi le fait que les voitures sont technologiquement avancées, avec la technologie hybride et tout ça. »

« Ça va être un grand pas, car cela fait six ou sept ans que je ne me suis pas installé dans une F1. J’essaie d’en avoir une idée simple : C’est une voiture de course, il y a quatre roues, et ce que doit faire un pilote de course pour aller vite sur un circuit ne change pas trop.« 

.

GP des États-Unis

Mika Salo menacé de mort par des fans de Verstappen

Publié

le

© DR

L’ancien pilote de F1 Mika Salo, qui a été le commissaire de course de la FIA lors du Grand Prix des Etats-Unis le week-end dernier, a révélé qu’il avait reçu des menaces de mort après la pénalité infligée à Max Verstappen.

La pénalité infligée à Max Verstappen à Austin a pris une ampleur incroyable après que Mika Salo ait révélé avoir reçu des menaces de mort de la part de quelques « fans » du pilote Red Bull.

Mais outre les menaces de mort à son encontre, l’article concernant Mika Salo sur Wikipédia a également été modifié par des petits malins.

« En tant que commissaire de la FIA, , il a aidé Ferrari en infligeant des pénalités déraisonnables à Max Verstappen, ce qui a nui aux fans Néerlandais et les a fait pleurer comme des enfants. » pouvait-on lire sur l’article Wikipédia qui a été effacé depuis.

« J’ai reçu des menaces de mort, principalement de la part des Pays-Bas. » a déclaré Salo à SuomiF1. « Les changements dans l’article de Wikipédia étaient amusants, mais les menaces pour moi et les autres membres du jury ne devraient pas être tolérées. »

Continuer à lire

GP des États-Unis

Alonso : « La présentation des pilotes était une mauvaise copie de l’Indy 500 »

Publié

le

© McLaren-Honda

Selon Fernando Alonso, rien ne peut égaler l’ambiance si particulière qui entoure l’épreuve des 500 miles d’Indianapolis.

Liberty Media a mis en place un show à l’américaine dimanche dernier à Austin en embauchant Michael Buffer, la voix de la boxe aux Etats-Unis.

Mais après avoir participé à l’édition 2017 des 500 miles d’Indianapolis, Fernando Alonso déclare qu’il n’y a rien qui puisse égaler le spectacle créé autour de l’épreuve américaine.

L’événement qui a eu lieu seulement quelques minutes avant la course, consistait à présenter les pilotes avec quelques phrases courtes, avant que ces derniers n’arrivent sur la piste en sortant d »un tunnel sombre et dans la fumée.

Pour parfaire le tout, les organisateurs ont jugé bon de placer des « sosies » des pilotes sur le toit du bâtiment principal du circuit d’Austin.

« D’une manière ou d’une autre c’est pareil, avec le même résultat. La seule chose qui n’était pas similaire était la présentation des pilotes. » explique Alonso. « C’était une mauvaise copie de l’Indy 500 mais le reste était assez similaire. »

Sur un plan plus sportif, Fernando Alonso a dû abandonner au Grand Prix des Etats-unis sur panne moteur. Honda a détecté un problème sur le MGU-H et les probabilités pour que l’Espagnol reçoive un nouveau moteur à Mexico sont grandes.

Bien évidemment, le double champion du monde aura le droit à un package complet « Moteur neuf et pénalités », ce qui pourrait l’obliger à s’élancer une nouvelle fois depuis le fond de la grille.

 

Continuer à lire

GP des États-Unis

Hamilton : « Le meilleur début de GP que je n’ai jamais vu »

Publié

le

© Honda Racing

Lewis Hamilton fait partie des pilotes qui ont le plus apprécié le spectacle offert par Liberty Media au Grand Prix des Etats-Unis dimanche dernier.

CowGirls, Michael Buffer à la présentation, Bill Clinton en spectateur de luxe et Usain Bolt en starter sur la grille de départ. Lewis Hamilton ne trouve rien à redire concernant ce show mis en place par Liberty Media avant le départ du Grand Prix des Etats-Unis.

« Je pense que c’était grand, les Américains sont vraiment meilleurs que les Européens pour les spectacles. » déclare Hamilton. « Regardez le Superbowl, la NFL, la NBA… C’est vraiment plus amusant que d’autres événements sportifs en Europe. »

« C’est plus spectaculaire, il y a plus d’ambiance et je suis heureux que la F1 devienne comme ça. Je pense que c’est le meilleur départ de Grand Prix que je n’ai jamais vu. »

« Si nous arrivons à ajouter ce petit plus à la culture de la Formule 1, je pense que ce sera beaucoup plus excitant, l’attraction était bien là. C’est ce qu’il manque à la course automobile depuis longtemps. »

Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix des Etats-Unis dimanche dernier à Austin, le pilote Mercedes devance désormais Sebastian Vettel de 66 points au championnat du monde.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Un délai anormalement court pour prendre la décision sur le cas Verstappen à Austin

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Christian Horner, team principal de Red Bull, ne décolère pas après qu’une pénalité de cinq secondes pour être sorti des limites de la piste ait été infligée à Max Verstappen à Austin.

Horner critique vivement la constance des décisions prises par les commissaires de course lors des Grands Prix et soulève ainsi un autre débat : Les commissaires de course à Austin n’auraient-ils pas précipité leur décision ?

Il est vrai qu’en y regardant de plus près, la pénalité est tombée très vite à Austin lorsque Max Verstappen était sous le coup d’un enquête dans le dernier tour de course.

La raison à cela est que le pilote Red Bull s’apprêtait à monter sur un podium et le protocole très millimétré ne permettait pas à la direction de course de prendre des heures pour délibérer du problème.

« C’est une question qui a déjà émergé par le passé concernant la constance qui dépend des commissaires présents le jour même de la course. » explique Horner.

« Certains sont très bons, d’autres ne le sont pas. Je pense que le véritable problème est que nous dépensons tous des quantités folles d’argent pour être dans le sport automobile, et nous voulons que ce soit arbitré de façon régulière et professionnelle. »

« Je pense que lorsqu’il y a des décisions comme celle d’aujourd’hui [dimanche à Austin], il est difficile de comprendre où est la constance. » 

« Je pense qu’une mauvaise décision a été prise dans la chaleur du moment, et parce qu’elle était liée à un podium et au fait de mettre une personne dessus. »

« Je pense que c’était une décision irrégulière par rapport à d’autres incidents survenus pendant la course, et ce ne serait pas correct de dire que les commissaires favorisent telle ou telle équipe, je pense que c’est juste un problème de mauvaise décision. »

Quoi que pense Christian Horner, Max Verstappen a bien dépassé les limites de la piste en plaçant ses quatre roues derrière la ligne blanche dimanche à Austin.

Les règles étant les mêmes pour tous les pilotes, Max Verstappen a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour avoir enfreint cette règle.

 

Continuer à lire

GP des États-Unis

Hamilton blâme la piste du COTA pour la pénalité de Verstappen

Publié

le

© Mercedes-AMG

Selon Lewis Hamilton, la conception même des circuits modernes est le principal problème dans la très controversée pénalité infligée à Max Verstappen à Austin.

Verstappen avait les quatre roues derrière la ligne blanche délimitant la piste à Austin, alors qu’il était en train de doubler Kimi Raikkonen dans le dernier tour de course.

Hamilton admet sans problème que Verstappen était hors de la piste, mais met en cause les zones d’asphalte présentes à chaque virage sur les circuits les plus modernes.

« C’est le problème avec les circuits d’aujourd’hui. Je ne sais pas qui a pris la décision, mais il y a toutes ces foutues zones d’asphalte. » déclare Hamilton à Sky Sports.

« Pourquoi ce n’est pas de l’herbe ? Personne n’y va habituellement, mais si c’était de l’herbe il n’y serait pas allé. Je ne sais pas pourquoi ils ont fait tout ça sur les circuits. Particulièrement à l’image de la nouvelle génération de pilotes qui arrivent et qui sont très heureux d’exploiter ces choses.

« Il était clairement en dehors de la piste et il ne pouvait pas y aller. Pendant les briefings des pilotes, nous en discutons toujours. Et si vous pouvez prendre un avantage, Charlie Whitting [directeur de course de la FIA ] vous dit ‘Vous ne gagnez pas d »avantage ici ou là. »

« [Sur ce virage] Il y a une ligne vraiment fine, et je pense que la FIA fait du bon travail. Mais quand il s’agit de nouvelles pistes, ils ne devraient pas construire toutes ces zones d’asphalte. »

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.