Le GP d’Azerbaïdjan décalé en 2018 espère reprendre sa place en 2019

Le GP d’Azerbaïdjan décalé en 2018 espère reprendre sa place en 2019

L’organisation d’un Grand Prix de Formule 1 est parfois très compliquée, encore plus lorsqu’il s’agit d’un circuit urbain en plein cœur des plus grandes villes de la planète. Les organisateurs du Grand Prix d’Azerbaïdjan en sont désormais conscients, puisque pour la prochaine édition en 2018, ils ont dû changer la date de la course dans les rues de Bakou.

Initialement prévu en juin, le Grand Prix d’Azerbaïdjan se disputera finalement en avril en 2018 en raison d’une fête nationale, dont la parade aura lieu sur l’emplacement où le paddock de la Formule 1 s’installe habituellement. Les organisateurs ont dont été obligés de décaler le rendez-vous pour 2018, mais assurent que le Grand Prix reprendra sa place au mois de juin dès 2019.

« Nous avons demandé à avoir une date avancée, car nous devons utiliser la place pour un défilé au mois de juin l’an prochain pour le 100e anniversaire de la république. Ensuite, en juillet, la saison Européenne est trop dense et nous ne pouvons pas être intégré. » explique Arif Rahimov, le promoteur du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Compte tenu de ce changement de date, le Grand Prix de Russie récupérera sa date initiale à la fin du mois de septembre, cependant, Rahimov déclare qu’il compte bien récupérer la date du mois de juin en 2019.

« Nous reviendrons en juin en 2019 car nous sommes heureux de cette date. Dans l’ensemble, le mois de juin fonctionne très bien pour nous, c’est plus ou moins le meilleur climat que nous puissions avoir. Il fait chaud au soleil, mais une fois que vous êtes à l’ombre, vous êtes très bien. A la fin du mois d’avril, les températures atteignent les 14 ou 15 degrés, ce n’est pas froid, mais vous ne pouvez pas rester en chemise. »

« Tant que nous offrirons tous les divertissements et que tout se passe bien, je ne pense pas que ce changement affectera la vente des billets dans les tribunes, qui a plutôt augmenté cette année. » explique Rahimov.

commentaires