Nico Rosberg : « Le plus difficile est de remplacer l’adrénaline »

Nico Rosberg : « Le plus difficile est de remplacer l’adrénaline »
© Nico Rosberg

Il y a un peu plus d’un an maintenant, Nico Rosberg annonçait sa retraite de la Formule 1 après avoir décroché son premier titre mondial, et très certainement son dernier.

Avec un peu de recul désormais, l’Allemand reconnaît que c’était une bonne décision pour lui et sa famille, même s’il admet qu’il s’agissait pour lui d’un énorme risque, n’ayant pas de « plan de secours » pour la suite de sa vie professionnelle.

« Quitter la F1 représentait un énorme risque pour moi car je n’avais pas d’autre plan. » explique Nico Rosberg. « Ma famille était un facteur clé à l’époque et j’ai fait ce que je pensais être le meilleur à ce moment-là. »

« J’ai tout simplement suivi mon cœur. Pendant les jours de course, tout était organisé, et tout ce que je faisais était de passer d’un point A à un point B. »

« Maintenant, je peux tout organiser et je le fais à partir d’une feuille de papier vierge, la liberté est un sentiment agréable et j’aime être aux commandes de mon calendrier. Le plus difficile est d’apprendre à remplacer l’adrénaline. »

« Voilà en fait en quoi la F1 est addictive, vous gagnez une course et vous voulez en gagner une seconde, alors que gagner une course était votre rêve. Il n’y a pas de fin, le plus important est de prendre des décisions, cela vous aide. » 

« Si mes décisions peuvent inspirer d’autres personnes c’est génial, mais ce n’est pas la raison pour laquelle j’ai quitté la Formule 1. Je l’ai fait pour moi et après avoir atteint mon objectif d’être champion du monde. »