Perez : « La grande force d’Ocon est que son coéquipier est compétitif »

Perez : « La grande force d’Ocon est que son coéquipier est compétitif »

Récemment, nos confrères du magazine britannique Autosport ont publié le classement des dix meilleurs pilotes de la saison 2017 selon les chefs d’équipes.

Nous n’avons pas souhaité publier ce classement sur F1only.fr pour la simple et bonne raison que l’objectivité de ce sondage est remise en question chaque année. Nous n’entrerons pas dans les détails pour ne pas créer de polémique, mais nous vous devions au moins cette explication.

Revenons à nos moutons : Sergio Perez, qui ne figure pas dans ce top dix, a voulu se réaffirmer après que son coéquipier Esteban Ocon ait été classé au cinquième rang.

Le pilote mexicain estime qu’Esteban Ocon a atteint ce niveau de performance cette saison grâce au simple fait d’être le coéquipier de Sergio Perez.

« Je suis très calme, car au final, la grande force d’Esteban tient au simple fait qu’il soit avec un pilote très compétitif à ses côtés. » déclare Perez au journal mexicain Cancha. « Seuls les résultats comptent au final. »

Le pilote mexicain a terminé la saison 2017 devant son coéquipier Esteban Ocon avec 100 points inscrits en 20 courses, contre 87 pour Ocon.

Perez ne s’est jamais réellement soucié de ce que les autres disent de lui, et ce classement ne fait pas exception. Pour tous ceux qui considèrent qu’il n’est pas l’un des meilleurs pilotes du monde, Checo leur rappelle qu’il a terminé à la septième position avec une Force India en 2017.

« J’ignore tout ce qu’il peut se dire dans la presse d’ici l’Australie 2018. Tout ce qui compte, ce sont les résultats. Bien souvent, ils ne publient pas d’article sur ma préparation, mais je ne serais pas septième au championnat sans préparation suffisante. »

« Chaque pilote est différent, et certains ont besoin de dix heures de simulateur, d’autres ont besoin de dix heures avec leur famille et d’autres ont besoin de dix heures devant la télévision. Chaque pilote est différent, mais ce qui compte, ce sont les résultats. »