Restez connéctés

GP d'Azerbaïdjan

Les photos du Grand Prix d’Azerbaïdjan 2017

Publié

le

GP d'Azerbaïdjan

Ricciardo : « Bakou, une course unique pour moi »

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Daniel Ricciardo révèle que le Grand Prix d’Azerbaïdjan reste à l’heure actuelle sa course préférée depuis le début de la saison. L’Australien avait remporté la course au volant de sa Red Bull, profitant de nombreuses interruptions suite à plusieurs accrochages.

Mais si Daniel Ricciardo a autant apprécié cette victoire, c’est surtout parce qu’elle était inespérée quelque minutes encore avant le départ du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

En effet, l’Australien devait prendre le départ de la course depuis la dixième position sur la grille , après une sortie de piste lors de la séance de qualifications la veille. Une position de départ lointaine donc pour l’Australien, qui ne pensait absolument pas être en mesure de remporter le Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Mais seulement voilà, après 51 tours complètement fous, trois safety Car et un drapeau rouge, le pilote Red Bull s’est retrouvé en tête de la course, un peu aussi grâce à un arrêt prématuré en début de course, après qu’un débris soit venu se bloquer dans une écope de freins de sa RB13.

« En tout début de course, j’ai dû m’arrêter très tôt parce qu’un débris était bloqué dans une écope de freins, ce qui faisait monter anormalement la température des freins, je me suis donc retrouvé 17e.  A ce moment là, je n’aurais même pas misé un seul dollar sur ma victoire. »

« Je pense toujours à Bakou, c’était vraiment incroyable. Même si je n’avais terminé que troisième, cela resterait ma course préférée, car ce fut une course complètement folle. J’ai aussi aimé Monaco ou l’Autriche, mais Bakou reste une course unique pour moi. » déclare Daniel Ricciardo.

Daniel Ricciardo est actuellement quatrième au championnat du monde avec 117 points inscrits depuis le début de l’année. L’Australien est sur le point de se faire rattraper par Kimi Raikkonen, qui est à un petit point du pilote Red Bull.

Continuer à lire

GP d'Azerbaïdjan

Le GP d’Azerbaïdjan décalé en 2018 espère reprendre sa place en 2019

Publié

le

L’organisation d’un Grand Prix de Formule 1 est parfois très compliquée, encore plus lorsqu’il s’agit d’un circuit urbain en plein cœur des plus grandes villes de la planète. Les organisateurs du Grand Prix d’Azerbaïdjan en sont désormais conscients, puisque pour la prochaine édition en 2018, ils ont dû changer la date de la course dans les rues de Bakou.

Initialement prévu en juin, le Grand Prix d’Azerbaïdjan se disputera finalement en avril en 2018 en raison d’une fête nationale, dont la parade aura lieu sur l’emplacement où le paddock de la Formule 1 s’installe habituellement. Les organisateurs ont dont été obligés de décaler le rendez-vous pour 2018, mais assurent que le Grand Prix reprendra sa place au mois de juin dès 2019.

« Nous avons demandé à avoir une date avancée, car nous devons utiliser la place pour un défilé au mois de juin l’an prochain pour le 100e anniversaire de la république. Ensuite, en juillet, la saison Européenne est trop dense et nous ne pouvons pas être intégré. » explique Arif Rahimov, le promoteur du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Compte tenu de ce changement de date, le Grand Prix de Russie récupérera sa date initiale à la fin du mois de septembre, cependant, Rahimov déclare qu’il compte bien récupérer la date du mois de juin en 2019.

« Nous reviendrons en juin en 2019 car nous sommes heureux de cette date. Dans l’ensemble, le mois de juin fonctionne très bien pour nous, c’est plus ou moins le meilleur climat que nous puissions avoir. Il fait chaud au soleil, mais une fois que vous êtes à l’ombre, vous êtes très bien. A la fin du mois d’avril, les températures atteignent les 14 ou 15 degrés, ce n’est pas froid, mais vous ne pouvez pas rester en chemise. »

« Tant que nous offrirons tous les divertissements et que tout se passe bien, je ne pense pas que ce changement affectera la vente des billets dans les tribunes, qui a plutôt augmenté cette année. » explique Rahimov.

Continuer à lire

GP d'Azerbaïdjan

Une anomalie sur la suspension de sa Williams a peut-être privé Massa d’une victoire

Publié

le

© Williams

Selon Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, Felipe Massa était à la lutte pour la victoire dimanche dernier à Bakou lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan. Mais le Brésilien a dû finalement abandonner lorsqu’un problème technique a touché la suspension arrière de sa Williams FW40.

Il semblerait que ce ne soit pas les débris éparpillés un peu partout sur le circuit qui ont endommagé la suspension de la monoplace de Felipe Massa, c’est en tout cas ce qu’en a déduit l’équipe de Grove grâce à la télémétrie de la voiture.

« Il s’agit d’une défaillance d’une partie de notre système de suspension arrière. Elle est restée verrouillée à une position initiale, en position haute. Ça s’est passé au restart lorsqu’il était proche de Daniel [Ricciardo], mais en réalité le problème qu’a connu Felipe avec sa voiture existait déjà au moment où les voitures ont quitté la voie des stands. » explique Paddy Lowe.

« Nous avons pu retracer que le problème est apparu dans le tour de rentrée au stand [avant le drapeau rouge], et nous n’avions pas pu le repérer sur les données. Nous n’avons pas pu le voir durant la période du drapeau rouge, donc, c’est comme ça. Il n’avait plus le rythme, c’est pour cela que Daniel [Ricciardo] a pu le doubler dés le premier virage. » conclut Lowe.

Si Felipe Massa n’avait pas dû abandonner, Lowe estime que le Brésilien aurait pu remporter le Grand Prix d’Azerbaïdjan. Ce qui aurait été la première victoire de Massa depuis le Grand Prix du Brésil en 2008.

« Quand vous mettez tout cela ensemble, vous vous rendez compte que Felipe aurait pu mener cette course et terminer sur la première marche du podium. Bien-sûr, vous vous inquiétez, parce que la course est longue et qu’il y a eu beaucoup d’abandons, mais il avait la performance nécessaire pour soutenir sa position. » explique Lowe.

Continuer à lire

GP d'Azerbaïdjan

Sergio Perez se battait pour une potentielle victoire avant son crash

Publié

le

© Force India

La première victoire en Formule 1 pour l’équipe Force India semblait tout à fait réaliste avant que les deux pilotes, Esteban Ocon et Sergio Perez, ne se percutent sur le tracé urbain de Bakou lors du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Sergio Perez était classé troisième au début du Grand Prix, juste derrière Lewis Hamilton et Sebastian vettel, mais a été victime de la pression de Felipe Massa, et surtout, de son coéquipier, Esteban Ocon, lors du redémarrage de la course.

Felipe Massa a réussi à doubler Perez, mais comme Ocon voulait suivre le Brésilien, il a fini par tasser Sergio Perez sur le mur. Résultat des courses, suspension brisée sur la voiture du Mexicain, qui devra abandonner.

« C’est vraiment dommage d’avoir dû abandonner cette course, parce que je pense que nous aurions été en mesure de remporter cette course. » déclare Perez. « L’équipe a fait un excellent travail tout le week-end et a mérité beaucoup plus qu’une course ruinée dans ces circonstances. Je ne pouvais rien faire pour éviter l’accident et c’est particulièrement mauvais pour notre équipe parce qu’il a ruiné la course de chacun de nous. »

« Ce fut une journée où d’autres équipes ont pu marquer de gros points, donc, nous devons discuter de cette situation au sein de l’équipe et nous assurer que cela ne se reproduise plus. En tant que pilotes, nous ne sommes qu’une petite partie d’une grande équipe, et nous avons la responsabilité de ramener à la maison un bon résultat, surtout compte tenu de ce qui aurait été possible aujourd’hui. Avant cet incident, c’était une excellente course et un week-end très fort… » conclut Perez.

 

Continuer à lire

GP d'Azerbaïdjan

Carlos Sainz dit qu’il s’est sacrifié face à Daniil Kvyat

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Carlos Sainz dit qu’il s’est sacrifié au départ du Grand Prix d’Azerbaïdjan ce dimanche afin de ne pas percuter son coéquipier Daniil Kvyat au premier virage. Le jeune pilote russe a quitté la piste au virage numéro 1 dès le départ, et est revenu en piste juste devant la voiture de Carlos Sainz.

L’Espagnol a voulu l’éviter et est parti en tête à queue, manquant de peu d’arracher l’aileron avant de sa monoplace dans le mur. Cette manoeuvre obligera Sainz à repartir depuis la dernière position. Le pilote Toro Rosso a reconnu après la course que s’il n’avait pas viré sur la gauche, il aurait percuté son coéquipier Daniil Kvyat à grande vitesse.

Cependant, Carlos Sainz ne blâme pas le Russe pour cette action, puisqu’il considère qu’il aurait fait la même chose que lui à sa place.

« J’aurais probablement fait la même chose. » déclare Sainz. « Je serais revenu sur la piste sans trop m’occuper de ce qui se passe, parce que c’est le début de course. Mais c’était soit tourner les roues et partir en tête à queue, soit se percuter à cause de la différence de vitesse entre les deux voitures. C’est dommage, mais ce sont des choses qui peuvent arriver des fois au départ et tu dois parfois te sacrifier. »

Son coéquipier Daniil Kyvat a vu Sainz partir en tête à queue dans ses rétroviseurs en début de course, mais le Russe n’a pas pensé que son coéquipier avait essayé de l’éviter.

« J’ai vu quelque chose dans mes rétroviseurs, mais je n’ai pas pensé que cela avait un rapport avec moi, je me suis dit qu’il avait plutôt un problème avec les températures dans ses pneus. » déclare Daniil Kvyat.

Carlos Sainz a ajouté : « Non, les pneus étaient à la bonne température, j’ai juste été un peu surpris lorsqu’il est revenu sur la piste, et j’ai dû donner un grand coup de volant pour l’éviter et c’est ce qui m’a fait faire mon tête à queue. Pour moi c’est un incident de course, je ne vais pas le blâmer, parce que j’aurais sans doute fait la même chose. »

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.