Restez connéctés

GP de Belgique

Red Bull s’attend à souffrir le samedi à Spa

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Bien que les performances du moteur Renault se sont nettement améliorées au cours des deux dernières saisons de F1, le moteur du constructeur français est encore assez loin de Ferrari ou bien encore de Mercedes en termes de performance.

Red Bull, qui est équipée du moteur Renault, mais qui préfère le rebadger TAG-Heuer, s’attend donc à souffrir à Spa pour le prochain Grand Prix de Belgique.

Le team principal de l’équipe de Milton Keynes, Christian Horner, est convaincu qu’avec un peu plus de puissance moteur, ses pilotes seraient en mesure de se battre pour des victoires les dimanche de course.

« Notre voiture est de plus en plus compétitive, surtout en condition de course, nous l’avons bien démontré en Hongrie. » déclare Horner. « Donc, il serait bien d’augmenter un peu les performances du moteur, c’est très dommage parce que ce manque de puissance nous coûte des places sur la grille. »

« Regardez la performance de Max [Verstappen] en qualifications en Hongrie, il était le second plus rapide lors de Q1 et Q2, mais sans ce petit surplus de puissance en Q3, il ne pouvait rien faire. »

« Je pense que nous allons souffrir à Spa le samedi en qualifications, je pense que nous pourrons nous placer à la 5e ou 6e position, mais nous devrions être plus rapides en course le dimanche. L’Autriche, un circuit rapide, nous a montré que nous pouvions tout à fait être compétitifs en course. » conclut Horner.

 

GP de Belgique

Nico Hulkenberg en confiance avant Monza

Publié

le

© Renault

Nico Hulkenberg a une nouvelle fois rapporté de gros points à l’équipe Renault ce week-end en Belgique en terminant la course à la sixième position.

Une sixième place qui confirme que Renault a fait de gros progrès depuis quelques mois et qui rend Nico Hulkenberg confiant avant d’arriver à Monza ce jeudi.

« C’était une bonne journée, j’en suis heureux et agréablement surpris. J’ai pris un mauvais envol, mais j’ai pu rectifier cela dès le premier virage en plongeant à l’intérieur avant de défier Checo [Perez] dans l’Eau Rouge. Les sensations étaient meilleures qu’hier et nous étions à nouveau la quatrième équipe du plateau. » explique Nico Hulkenberg.

« J’ai eu de belles passes d’armes avec Fernando. C’était assez dangereux d’être à trois de front avec Esteban et lui. Fernando effectuait un dépassement avec le DRS et une grosse aspiration avant qu’Esteban ne manque complètement son freinage. »

« Je me suis dit à un moment que cela allait mal finir, mais c’était finalement une formidable bataille. Je suis sûr que c’était fantastique à regarder. Je suis vraiment en confiance avant d’aborder Monza. » conclut le pilote allemand.

Continuer à lire

GP de Belgique

Renault présente ses excuses à Red Bull

Publié

le

© Renault

Renault a égalé son meilleur résultat pour la troisième fois de la saison avec la sixième place de Nico Hülkenberg à l’arrivée du Grand Prix de Belgique ce wek-end.

Les deux pilotes du constructeur français ont gagné des positions en course. Septième à l’extinction des feux, Nico Hulkenberg effectuait une belle course et gagnait une place pour empocher huit points à l’arrivée.

Après un début de week-end prometteur, Jolyon Palmer rencontrait en qualifications un problème de boîte de vitesses nécessitant son remplacement, d’où une pénalité de cinq positions sur la grille de départ.

Parti quatorzième en raison de la pénalité d’un autre concurrent, le Britannique gagnait une place pour finir finalement treizième sous le drapeau à damier.

« L’équipe a effectué une bonne course dans l’ensemble en retrouvant sa place dans les points et son potentiel comme quatrième force en qualifications et en course. Nico a égalé son meilleur résultat de la saison en finissant sixième. Malgré un premier tour difficile, il a pu revenir en force grâce à une excellente stratégie qui a été parfaitement exécutée. Les résultats de Jolyon sont décevants pour l’écurie et lui. » explique Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing.

« La pénalité de cinq positions sur la grille et son classement à l’arrivée ne reflètent pas son beau début de week-end. Nous tenterons d’en savoir plus pour comprendre la différence de rythme entre samedi et dimanche. »

Les excuses officielles à Red Bull Racing

« Je tiens à dire un mot sur Red Bull Racing. Ce dimanche est malheureusement contrasté, avec le très bon rythme et le nouveau podium de Daniel Ricciardo d’un côté, et l’abandon de Max Verstappen de l’autre. »

« Son problème semble avoir été provoqué par un capteur électronique. Je tiens donc à présenter mes excuses à Red Bull Racing et surtout à Max et ses très nombreux fans, qui sont aujourd’hui très déçus comme nous le sommes aussi. »

« Nous allons nous rapprocher de RBR afin de définir un plan d’action permettant d’éradiquer ces problèmes qui annihilent tout le potentiel de leur package. » conclut Abiteboul.

Continuer à lire

GP de Belgique

Sebastian Vettel a butté sur Hamilton en Belgique

Publié

le

© Ferrari

Toujours leader du championnat du monde après la douzième manche de la saison en Belgique, Sebastian Vettel se contente de sa deuxième place à l’issue du Grand Prix de Belgique.

Incapable de dépasser Lewis Hamilton durant la course, Sebastian Vettel termine non loin du Britannique sous le drapeau à damier, ce qui lui convient parfaitement.

« Je me suis bien amusé aujourd’hui. » déclare le quadruple champion du monde à l’arrivée de l’épreuve. « J’ai croisé les doigts pour que Lewis commette une erreur mais il a tenu bon. »

« Nous étions proches durant toute la course, mais je n’ai pas réussi à combler l’écart malgré tout. Puis, après la voiture de sécurité, la relance n’était pas facile et je redoutais de ne pas être suffisamment proche de lui pour attaquer. »

« Finalement, cela a été une bonne journée pour nous. Vivement Monza dans une petite semaine pour aller chercher un bon résultat à la maison. »

Sebastian Vettel est toujours leader du championnat au terme du Grand Prix de Belgique, le pilote allemand devance de sept points Lewis Hamilton.

Continuer à lire

GP de Belgique

Verstappen en compétition avec Alonso en matière d’abandon

Publié

le

Max Verstappen ne cache plus sa frustration après son sixième abandon de la saison ce dimanche à Spa en Belgique.

Le pilote Red Bull a dû une nouvelle fois abandonner sur problème moteur, alors qu’il affichait un rythme lui permettant de jouer un podium depuis le début du week-end.

Frustré, le jeune Hollandais fait les comptes après les douze premières courses de la saison, et force est de constater que son taux d’abandon est de 50% désormais.

« Cela fait 50% de taux d’abandon depuis le début de la saison. C’est incroyable, comme je l’ai dit à la radio, je ne peux pas croire que ces choses arrivent. » explique Verstappen. « Bien sûr, au début, vous vous dites que c’est peut-être de la malchance ou quoi que ce soit, [mais] je suis actuellement en compétition contre Fernando Alonso en matière d’abandon. »

« C’est incroyable, je ne suis pas du tout content. Je suis très déçu de me retirer, mais aussi pour les fans qui achètent des billets coûteux pour venir me voir, et j’abandonne après seulement huit tours. Je n’ai pas de mot. Il va falloir que l’on parle avec l’équipe, mais pour le moment je ne suis pas une personne heureuse et j’ai hâte de rentrer à la maison. » conclut le pilote Red Bull.

Max Verstappen n’est plus qu’à deux abandons pour être à égalité avec le pilote McLaren Fernando Alonso.

 

Continuer à lire

GP de Belgique

Huitième abandon pour Alonso cette saison

Publié

le

© McLaren-Honda

Une nouvelle fois, Fernando Alonso n’a rien pu faire en course face à ses concurrents avec l’unité de puissance Honda montée à l’arrière de sa McLaren.

L’Espagnol pouvait espérer terminer dans le top dix ce dimanche en Belgique, mais le manque de puissance du moteur japonais a fini par dégouter le double champion du monde, qui a vu tous ses concurrents le dépasser un par un dans la ligne droite de Kemel.

Finalement, le pilote McLaren mettra un terme définitif à son calvaire en abandonnant la course après un énième problème sur le moteur Honda.

« Nous avons perdu la puissance d’un coup. » explique Alonso dans le carré des interviews à Spa. « De toute façon, c’était une course difficile, les points n’étaient pas à notre portée aujourd’hui. Mon départ était bon, et il y avait un trou à l’extérieur [au premier virage], et ça s’est bien passé. »

« Après le dépassement sur Ocon, j’ai essayé de fermer la porte, mais alors que j’arrivais au point de freinage, j’ai vu une quelque chose de jaune [la voiture de Hulkenberg]. J’ai essayé de fermer la porte à Hulkenberg, et puis j’ai vu Ocon, ce fut une surprise. Après j’ai essayé de les garder un peu derrière, mais le tour suivant ils m’ont dépassé. Il n’y avait rien à espérer aujourd’hui. »

Continuer à lire

GP de Belgique

Force India ne laissera plus ses pilotes se battre

Publié

le

© Force India

Après un énième problème ente les deux pilotes de l’écurie Force India au Grand Prix de Belgique, la formation basée à Silverstone a décidé de ne plus les laisser se battre.

Avertis déjà après le Grand Prix d’Azerbaïdjan, Esteban Ocon et Sergio Perez se sont une nouvelle fois touchés ce dimanche à Spa, faisant perdre de gros points à l’équipe.

Par conséquent, le directeur d’exploitation de l’équipe, Otmar Szafnauer, a décidé de prendre des mesures radicales à l’encontre de ses deux pilotes.

« Nous les avons laissés se battre jusqu’à présent, mais il ne sont pas capables de le faire. » explique Szafnauer. « Nous ne les laisserons plus se battre désormais, si nous restons quatrième, cela ne nous a rien couté, mais nous perdons quand même de gros points. »

« Désormais, il va falloir reprendre les choses en main. » conclut le directeur d’exploitation de Force India.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Stoffel Vandoorne pénalisé à Austin

Publié

le

© McLaren-Honda

Une fois n’est pas coutume, Stoffel Vandoorne débutera son week-end à Austin en sachant déjà qu’il devra reculer sur la grille de départ du Grand Prix des Etats-Unis.

Le pilote belge va écoper d’une pénalité de cinq positions sur la grille de départ, après que Honda ait décidé de procéder au remplacement du moteur thermique de sa McLaren.

Le motoriste japonais a jugé que le kilométrage effectué avec l’unité de puissance montée sur la monoplace de Vandoorne au Japon avait atteint un seuil critique, et a donc préféré le changer pour le Grand Prix des Etats-Unis.

Stoffel Vandoorne va donc bénéficier ce week-end de la toute dernière mise à jour de Honda, la fameuse Spec 4, qui est censée être plus performante que l’unité de puissance montée sur la voiture de Vandoorne à Suzuka.

GP des États-Unis

Photos : Le nouveau casque de Carlos Sainz

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a dévoilé son nouveau casque qu’il portera à partir de ce week-end à Austin, le pilote espagnol affiche de nouvelles couleurs pour sa première course chez Renault.

La décoration générale du caque du pilote Renault a changé, mais le logo Red Bull est toujours présent, puisque l’Espagnol appartient toujours à l’équipe de Milton Keynes.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Carlos Sainz : « Je veux être dans le rythme tout de suite »

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a participé à sa toute première conférence de presse avec sa nouvelle équipe Renault ce jeudi à Austin, l’Espagnol affichait pour l’occasion un  brushing impeccable.

Sainz débutera avec la RS17 ce vendredi matin sur un tracé qu’il affectionne particulièrement, un atout pour lui, qui ne connaît pas encore le comportement de sa nouvelle monoplace.

« Je veux être dans le rythme tout de suite, mais je dois d’abord connaître ma nouvelle voiture et faire en sorte de m’adapter à elle. » déclare Sainz en conférence de presse ce jeudi à Austin.

« Je suis vraiment excité de faire mes débuts avec Renault ici [à Austin], cette piste a beaucoup de virages différents, donc cela va bien m’aider à faire connaissance avec la voiture. »

Carlos Sainz a été prêté par Red Bull à Renault pour une seule saison, mais le pilote espagnol a pu rejoindre l’équipe d’Enstone plus tôt que prévu pour commencer à se familiariser avec sa nouvelle équipe.

Cette arrivée soudaine a pu se faire grâce à un compromis financier acceptable trouvé entre Jolyon Palmer et Renault peu avant le Grand Prix du Japon .

Continuer à lire

GP des États-Unis

Lewis Hamilton : « Je me moque de gagner le titre à Austin ou à la dernière course »

Publié

le

© DR

Lewis Hamilton a mathématiquement la possibilité de devenir champion du monde 2017 ce week-end à Austin, mais le Britannique ne compte pas se mettre la pression pour autant.

Le pilote Mercedes est bien conscient que Ferrari et Sebastian Vettel peuvent inverser la tendance durant les quatre dernières courses de la saison, c’est pourquoi Hamilton ne baissera pas la garde.

Le Britannique se fiche de remporter le titre ce week-end à Austin ou bien à la fin de la saison à Abou Dhabi, le triple champion du monde veut pour l’instant se focaliser sur la victoire du Grand Prix des Etats-Unis.

« Rien n’a changé pour moi, j’ai exactement la même mentalité ce week-end, la même que j’ai eu pour les précédentes courses. » déclare Hamilton en conférence de presse ce jeudi à Austin. « Mon mental est au top, et j’arrive sur les courses avec une abondance de positivité. »

« Sebastian [Vettel] a été un adversaire très fort tout au long de l’année, et je m’attends à ce que Ferrari soit forte ce week-end et jusqu’à la fin de la saison 2017. »

« Je me moque si je gagne le championnat ici ou à la dernière course, mon seul objectif est de remporter la course dimanche. »

Lewis Hamilton possède 59 points d’avance sur Sebastian Vettel en arrivant à Austin, le pilote Mercedes doit se contenter de finir premier ou deuxième et que Sebastian Vettel ne termine pas mieux que sixième pour être titré dimanche aux Etats-Unis.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Brendon Hartley : « Je vais essayer de faire de mon mieux »

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley, pilote Toro Rosso, a participé à sa toute première conférence de presse en Formule 1 ce jeudi matin à Austin.

Le jeune Néo-Zélandais a appris la nouvelle de sa titularisation pour le Grand Prix des Etats-Unis la semaine dernière, et a dû depuis, se préparer très vite pour être en mesure de saisir cette incroyable opportunité.

Hartley connait déjà le circuit du COTA, sur lequel il a roulé pour Porsche en LMP1, et ce sera donc un petit plus non négligeable pour lui ce week-end.

« Tout ça s’est passé très vite, je ne savais rien de plus avant de le voir dans la presse. » déclare Hartley ce jeudi à Austin. « C’est un vrai tourbillon, et je suis vraiment excité. »

« J’ai piloté sur ce circuit chaque année, c’est un avantage d’arriver en Formule 1 sur un circuit que je connais déjà, même si ce n’est qu’une petite partie du circuit. »

« Mais il n’y a aucune attente précise, ni de ma part, ni de la part de l’équipe. Je vais juste essayer de faire de mon mieux ce week-end. »

Le jeune pilote sera épaulé par Daniil Kvyat ce week-end à Austin, le Russe signe son retour dans le paddock après avoir été écarté pour deux courses pour laisser sa place à Pierre Gasly.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Hartley a appelé Red Bull quand Porsche a annoncé la fin du programme LMP1

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley révèle qu’il a pris contact avec Helmut Marko, son ancien mentor chez Red Bull, juste après que Porsche ait annoncé son retrait du WEC pour la fin de la saison 2017.

Hartley sera au volant de la Toro Rosso ce week-end à Austin, après que Pierre Gasly ait été obligé par Honda à participer à la finale du championnat de Super Formula au Japon ce week-end.

Red Bull a soutenu le jeune pilote Néo-Zélandais pour ses débuts en monoplace, notamment lorsqu’il évoluait en Formula Renault Eurocup et en F3 Britannique, avant de le laisser de côté en 2010.

Brendon Hartley s’est finalement dirigé vers le championnat d’endurance, où il pilote pour Porsche, remportant au passage le titre dans la catégorie en 2015 et l’édition 2017 des 24H Du Mans.

Hartley révèle qu’il a été de nouveau en contact avec Red Bull lorsque Porsche a annoncé officiellement que 2017 serait la dernière année pour le constructeur en WEC en tant qu’équipe d’usine.

« J’ai appelé Helmut juste après l’annonce de la fin du programme LMP1, juste pour dire que si une opportunité se présentait, j’étais prêt. » explique Hartley à Autosport.

« Il a bien eu mon message, et désormais cette opportunité est apparue à la dernière minute et tout à fait à l’improviste. »

« Tout d’abord, j’ai fait un test dans le simulateur et je n’ai pas posé trop de questions. Puis ils m’ont demandé de venir et j’ai répondu OK. Je ne savais pas vraiment qu’il y avait une chance pour moi d’être sur la grille à Austin. »

 

Continuer à lire

GP des États-Unis

L’interview de Romain Grosjean avant le GP des Etats-Unis

Publié

le

© Haas F1 Team

Les Grand Prix asiatiques n’ont pas été évidents pour l’écurie et toi, avec deux crashs. Tu as malgré tout réussi à marquer des points lors de 2 des 3 courses et ainsi aider Haas F1 à reprendre la 7ème place au classement des constructeurs. Comment as-tu vécu ces moments avec l’équipe ?

Nous avons fait trois bonnes courses en Asie. Il y’a eu des hauts et des bas mais nous avons appris beaucoup, surtout après Sepang. C’est génial d’avoir tous les deux terminé dans les points à Suzuka. Au Japon nous avons trouvé un bon réglage sur les pneus et ça c’est positif.

Quelle est l’importance de ces bons résultats au Japon à l’approche du Grand Prix des USA, une course spéciale pour l’écurie Haas ?

C’est important pour le classement des constructeurs car le combat est rude. Austin est toujours une course spéciale pour nous. Nous y allons pour la 2ème fois, c’est un rendez-vous à part.

Haas F1 a toujours fait de bonnes performances à Suzuka : deux voitures en Q3 et deux voitures dans les points. As-tu une explication ?

C’est un ensemble de facteurs. Déjà, c’est un vrai circuit de pilotes, où vous pouvez essayer de faire la différence. L’an dernier nous avons trouvé une bonne configuration et nous avons essayé de la reproduire cette année. Globalement, je pense que les circuits rapides nous conviennent mieux que les circuits plus lents.

Te sens-tu en mesure de faire un gros finish à Austin comme tu l’as fait au Japon ?

La vérité d’une course n’est jamais celle de la suivante. Ce fut un super résultat pour nous, qui nous a tous rendus très fiers. A Austin, il faudra se concentrer sur notre travail. Il faut trouver les bons réglages, et travailler comme nous savons le faire. Il faut travailler dur pour réussir de bonnes choses.

Qu’est-ce que cela représente de faire partie de la team Haas F1 de Gene Haas et qu’est-ce qui la rend différente des autres écuries ?

Je pense que chaque équipe est différente, mais nous avons Gene qui est absolument amoureux de course automobile. C’est un super propriétaire d’écurie, il est très impliqué. Il essaie de comprendre tout le monde et de tirer le meilleur de chacun. C’est super de travailler avec lui et l’ensemble de l’équipe.

Haas F1 a accompli beaucoup de bonnes choses depuis le début de la saison. Peux-tu nous parler de comment l’écurie à évolué ?

L’équipe est maintenant beaucoup plus expérimentée et plus forte. Nous pouvons améliorer de nombreuses choses encore, mais l’équipe est meilleure sur tous les aspects. Nous avons une meilleur stratégie, une meilleure ingénierie, une meilleure mécanique… Tout est mieux organisé. Nous savons que nous pouvons encore nous améliorer et où, contrairement à d’autres équipes qui sont déjà à leur maximum. Cela montre qu’il peut y avoir un futur brillant.

Tu cours pour une écurie américaine au Grand Prix des Etats Unis. Est-ce que cela représente quelque-chose de spécial quand tu es sur le Circuit of the Americas (COTA) ?

Oui c’est super. J’ai toujours aimé Austin, mais depuis que je suis un pilote Haas, j’aime encore plus cet endroit. Je n’ai jamais eu la chance de courir chez moi – ce sera le cas l’an prochain – mais c’est à Austin que je représente les couleurs de mon écurie.

La F1 revient au COTA pour la 1ère fois depuis 2012. Comment a réagi le paddock au fait de retourner aux USA ?

C’était génial. Nous avons beaucoup de fans ici et les gens viennent vraiment pour voir la course. C’est un super endroit et un des meilleurs nouveaux circuits. La piste est chouette, la ville aussi donc c’est une super expérience.

Tu as réussi l’une de tes meilleures performances ici au COTA en 2013 en finissant second. Racontes-nous cette course. 

C’était une course magnifique. Je suis parti 3ème et j’ai réussi un bon départ. On ne pensait pas pouvoir maintenir les Red Bull derrière nous mais nous avons réussi. Vraiment une super course.

Le 1er virage du COTA est au sommet d’une côte, avec une sortie à l’aveugle qui mène les pilotes vers une section calquée sur l’enchaînement Maggotts-Becketts-Chapel de Silverstone. Comment se fait l’approche de ce virage alors que tu ne sais pas ce qu’il va y avoir à la sortie ? 

Au moins, vous savez que personne ne va venir en sens inverse, ce qui est déjà pas mal ! Il faut se concentrer sur les bonnes choses au bon moment. D’abord le point de freinage, puis le point de corde et enfin la sortie. Oui c’est un virage aveugle, mais une fois que vous avez pris le rythme il n’y a plus de surprises.

Le COTA est considéré comme le circuit où il y’a le plus de possibilités de dépassement de toute la saison de F1. Est-ce vrai et si oui pourquoi ? 

Ce n’est pas si simple de dépasser au COTA. Il y’a une très longue ligne droite opposée, ce qui bien sûr aide, avec le DRS. La zone de freinage avant le virage 2 est très large et il y’a des possibilités ici.

Quelle est ta partie préférée du COTA ?

La secteur 1.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Photos : Le nouveau casque de Carlos Sainz

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a dévoilé son nouveau casque qu’il portera à partir de ce week-end à Austin, le pilote espagnol affiche de nouvelles couleurs pour sa première course chez Renault.

La décoration générale du caque du pilote Renault a changé, mais le logo Red Bull est toujours présent, puisque l’Espagnol appartient toujours à l’équipe de Milton Keynes.

GP des États-Unis

Stoffel Vandoorne pénalisé à Austin

Publié

le

© McLaren-Honda

Une fois n’est pas coutume, Stoffel Vandoorne débutera son week-end à Austin en sachant déjà qu’il devra reculer sur la grille de départ du Grand Prix des Etats-Unis.

Le pilote belge va écoper d’une pénalité de cinq positions sur la grille de départ, après que Honda ait décidé de procéder au remplacement du moteur thermique de sa McLaren.

Le motoriste japonais a jugé que le kilométrage effectué avec l’unité de puissance montée sur la monoplace de Vandoorne au Japon avait atteint un seuil critique, et a donc préféré le changer pour le Grand Prix des Etats-Unis.

Stoffel Vandoorne va donc bénéficier ce week-end de la toute dernière mise à jour de Honda, la fameuse Spec 4, qui est censée être plus performante que l’unité de puissance montée sur la voiture de Vandoorne à Suzuka.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Carlos Sainz : « Je veux être dans le rythme tout de suite »

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a participé à sa toute première conférence de presse avec sa nouvelle équipe Renault ce jeudi à Austin, l’Espagnol affichait pour l’occasion un  brushing impeccable.

Sainz débutera avec la RS17 ce vendredi matin sur un tracé qu’il affectionne particulièrement, un atout pour lui, qui ne connaît pas encore le comportement de sa nouvelle monoplace.

« Je veux être dans le rythme tout de suite, mais je dois d’abord connaître ma nouvelle voiture et faire en sorte de m’adapter à elle. » déclare Sainz en conférence de presse ce jeudi à Austin.

« Je suis vraiment excité de faire mes débuts avec Renault ici [à Austin], cette piste a beaucoup de virages différents, donc cela va bien m’aider à faire connaissance avec la voiture. »

Carlos Sainz a été prêté par Red Bull à Renault pour une seule saison, mais le pilote espagnol a pu rejoindre l’équipe d’Enstone plus tôt que prévu pour commencer à se familiariser avec sa nouvelle équipe.

Cette arrivée soudaine a pu se faire grâce à un compromis financier acceptable trouvé entre Jolyon Palmer et Renault peu avant le Grand Prix du Japon .

Continuer à lire

GP des États-Unis

Lewis Hamilton : « Je me moque de gagner le titre à Austin ou à la dernière course »

Publié

le

© DR

Lewis Hamilton a mathématiquement la possibilité de devenir champion du monde 2017 ce week-end à Austin, mais le Britannique ne compte pas se mettre la pression pour autant.

Le pilote Mercedes est bien conscient que Ferrari et Sebastian Vettel peuvent inverser la tendance durant les quatre dernières courses de la saison, c’est pourquoi Hamilton ne baissera pas la garde.

Le Britannique se fiche de remporter le titre ce week-end à Austin ou bien à la fin de la saison à Abou Dhabi, le triple champion du monde veut pour l’instant se focaliser sur la victoire du Grand Prix des Etats-Unis.

« Rien n’a changé pour moi, j’ai exactement la même mentalité ce week-end, la même que j’ai eu pour les précédentes courses. » déclare Hamilton en conférence de presse ce jeudi à Austin. « Mon mental est au top, et j’arrive sur les courses avec une abondance de positivité. »

« Sebastian [Vettel] a été un adversaire très fort tout au long de l’année, et je m’attends à ce que Ferrari soit forte ce week-end et jusqu’à la fin de la saison 2017. »

« Je me moque si je gagne le championnat ici ou à la dernière course, mon seul objectif est de remporter la course dimanche. »

Lewis Hamilton possède 59 points d’avance sur Sebastian Vettel en arrivant à Austin, le pilote Mercedes doit se contenter de finir premier ou deuxième et que Sebastian Vettel ne termine pas mieux que sixième pour être titré dimanche aux Etats-Unis.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Brendon Hartley : « Je vais essayer de faire de mon mieux »

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley, pilote Toro Rosso, a participé à sa toute première conférence de presse en Formule 1 ce jeudi matin à Austin.

Le jeune Néo-Zélandais a appris la nouvelle de sa titularisation pour le Grand Prix des Etats-Unis la semaine dernière, et a dû depuis, se préparer très vite pour être en mesure de saisir cette incroyable opportunité.

Hartley connait déjà le circuit du COTA, sur lequel il a roulé pour Porsche en LMP1, et ce sera donc un petit plus non négligeable pour lui ce week-end.

« Tout ça s’est passé très vite, je ne savais rien de plus avant de le voir dans la presse. » déclare Hartley ce jeudi à Austin. « C’est un vrai tourbillon, et je suis vraiment excité. »

« J’ai piloté sur ce circuit chaque année, c’est un avantage d’arriver en Formule 1 sur un circuit que je connais déjà, même si ce n’est qu’une petite partie du circuit. »

« Mais il n’y a aucune attente précise, ni de ma part, ni de la part de l’équipe. Je vais juste essayer de faire de mon mieux ce week-end. »

Le jeune pilote sera épaulé par Daniil Kvyat ce week-end à Austin, le Russe signe son retour dans le paddock après avoir été écarté pour deux courses pour laisser sa place à Pierre Gasly.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Hartley a appelé Red Bull quand Porsche a annoncé la fin du programme LMP1

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley révèle qu’il a pris contact avec Helmut Marko, son ancien mentor chez Red Bull, juste après que Porsche ait annoncé son retrait du WEC pour la fin de la saison 2017.

Hartley sera au volant de la Toro Rosso ce week-end à Austin, après que Pierre Gasly ait été obligé par Honda à participer à la finale du championnat de Super Formula au Japon ce week-end.

Red Bull a soutenu le jeune pilote Néo-Zélandais pour ses débuts en monoplace, notamment lorsqu’il évoluait en Formula Renault Eurocup et en F3 Britannique, avant de le laisser de côté en 2010.

Brendon Hartley s’est finalement dirigé vers le championnat d’endurance, où il pilote pour Porsche, remportant au passage le titre dans la catégorie en 2015 et l’édition 2017 des 24H Du Mans.

Hartley révèle qu’il a été de nouveau en contact avec Red Bull lorsque Porsche a annoncé officiellement que 2017 serait la dernière année pour le constructeur en WEC en tant qu’équipe d’usine.

« J’ai appelé Helmut juste après l’annonce de la fin du programme LMP1, juste pour dire que si une opportunité se présentait, j’étais prêt. » explique Hartley à Autosport.

« Il a bien eu mon message, et désormais cette opportunité est apparue à la dernière minute et tout à fait à l’improviste. »

« Tout d’abord, j’ai fait un test dans le simulateur et je n’ai pas posé trop de questions. Puis ils m’ont demandé de venir et j’ai répondu OK. Je ne savais pas vraiment qu’il y avait une chance pour moi d’être sur la grille à Austin. »

 

Continuer à lire

GP des États-Unis

L’interview de Romain Grosjean avant le GP des Etats-Unis

Publié

le

© Haas F1 Team

Les Grand Prix asiatiques n’ont pas été évidents pour l’écurie et toi, avec deux crashs. Tu as malgré tout réussi à marquer des points lors de 2 des 3 courses et ainsi aider Haas F1 à reprendre la 7ème place au classement des constructeurs. Comment as-tu vécu ces moments avec l’équipe ?

Nous avons fait trois bonnes courses en Asie. Il y’a eu des hauts et des bas mais nous avons appris beaucoup, surtout après Sepang. C’est génial d’avoir tous les deux terminé dans les points à Suzuka. Au Japon nous avons trouvé un bon réglage sur les pneus et ça c’est positif.

Quelle est l’importance de ces bons résultats au Japon à l’approche du Grand Prix des USA, une course spéciale pour l’écurie Haas ?

C’est important pour le classement des constructeurs car le combat est rude. Austin est toujours une course spéciale pour nous. Nous y allons pour la 2ème fois, c’est un rendez-vous à part.

Haas F1 a toujours fait de bonnes performances à Suzuka : deux voitures en Q3 et deux voitures dans les points. As-tu une explication ?

C’est un ensemble de facteurs. Déjà, c’est un vrai circuit de pilotes, où vous pouvez essayer de faire la différence. L’an dernier nous avons trouvé une bonne configuration et nous avons essayé de la reproduire cette année. Globalement, je pense que les circuits rapides nous conviennent mieux que les circuits plus lents.

Te sens-tu en mesure de faire un gros finish à Austin comme tu l’as fait au Japon ?

La vérité d’une course n’est jamais celle de la suivante. Ce fut un super résultat pour nous, qui nous a tous rendus très fiers. A Austin, il faudra se concentrer sur notre travail. Il faut trouver les bons réglages, et travailler comme nous savons le faire. Il faut travailler dur pour réussir de bonnes choses.

Qu’est-ce que cela représente de faire partie de la team Haas F1 de Gene Haas et qu’est-ce qui la rend différente des autres écuries ?

Je pense que chaque équipe est différente, mais nous avons Gene qui est absolument amoureux de course automobile. C’est un super propriétaire d’écurie, il est très impliqué. Il essaie de comprendre tout le monde et de tirer le meilleur de chacun. C’est super de travailler avec lui et l’ensemble de l’équipe.

Haas F1 a accompli beaucoup de bonnes choses depuis le début de la saison. Peux-tu nous parler de comment l’écurie à évolué ?

L’équipe est maintenant beaucoup plus expérimentée et plus forte. Nous pouvons améliorer de nombreuses choses encore, mais l’équipe est meilleure sur tous les aspects. Nous avons une meilleur stratégie, une meilleure ingénierie, une meilleure mécanique… Tout est mieux organisé. Nous savons que nous pouvons encore nous améliorer et où, contrairement à d’autres équipes qui sont déjà à leur maximum. Cela montre qu’il peut y avoir un futur brillant.

Tu cours pour une écurie américaine au Grand Prix des Etats Unis. Est-ce que cela représente quelque-chose de spécial quand tu es sur le Circuit of the Americas (COTA) ?

Oui c’est super. J’ai toujours aimé Austin, mais depuis que je suis un pilote Haas, j’aime encore plus cet endroit. Je n’ai jamais eu la chance de courir chez moi – ce sera le cas l’an prochain – mais c’est à Austin que je représente les couleurs de mon écurie.

La F1 revient au COTA pour la 1ère fois depuis 2012. Comment a réagi le paddock au fait de retourner aux USA ?

C’était génial. Nous avons beaucoup de fans ici et les gens viennent vraiment pour voir la course. C’est un super endroit et un des meilleurs nouveaux circuits. La piste est chouette, la ville aussi donc c’est une super expérience.

Tu as réussi l’une de tes meilleures performances ici au COTA en 2013 en finissant second. Racontes-nous cette course. 

C’était une course magnifique. Je suis parti 3ème et j’ai réussi un bon départ. On ne pensait pas pouvoir maintenir les Red Bull derrière nous mais nous avons réussi. Vraiment une super course.

Le 1er virage du COTA est au sommet d’une côte, avec une sortie à l’aveugle qui mène les pilotes vers une section calquée sur l’enchaînement Maggotts-Becketts-Chapel de Silverstone. Comment se fait l’approche de ce virage alors que tu ne sais pas ce qu’il va y avoir à la sortie ? 

Au moins, vous savez que personne ne va venir en sens inverse, ce qui est déjà pas mal ! Il faut se concentrer sur les bonnes choses au bon moment. D’abord le point de freinage, puis le point de corde et enfin la sortie. Oui c’est un virage aveugle, mais une fois que vous avez pris le rythme il n’y a plus de surprises.

Le COTA est considéré comme le circuit où il y’a le plus de possibilités de dépassement de toute la saison de F1. Est-ce vrai et si oui pourquoi ? 

Ce n’est pas si simple de dépasser au COTA. Il y’a une très longue ligne droite opposée, ce qui bien sûr aide, avec le DRS. La zone de freinage avant le virage 2 est très large et il y’a des possibilités ici.

Quelle est ta partie préférée du COTA ?

La secteur 1.

Continuer à lire

honda

Honda affirme que sa restructuration interne porte ses fruits

Publié

le

© McLaren-Honda

Honda estime que sa restructuration et le recrutement de son personnel avant et pendant la saison de Formule 1 actuelle lui a permis d’améliorer sa fiabilité.

Depuis son retour en Formule 1 avec McLaren en 2015, Honda a souffert de problèmes de performances et de fiabilité.

Le motoriste japonais a changé son concept moteur durant l’hiver, ce qui a entraîné plus de difficultés durant les essais hivernaux à Barcelone. Mais la situation s’est nettement améliorée depuis la reprise de la saison à la rentrée.

« La fiabilité est bien meilleure. » déclare Hesagawa, le responsable du programme F1 chez Honda, à Autosport. « Cela vient de notre décision de modifier notre organisation en début de saison. »

« Nous avons eu beaucoup de problèmes, nous avons donc ajouté plus d’ingénieurs, remplacé certains ingénieurs et modifié la structure de la zone de développement. »

« L’amélioration est également naturelle, car nous avons commencé le développement en avance sur la saison et les gains de performance proviennent de huit mois de travail. »

Après les changements en début de saison, Honda a également effectuer quelques changements mineurs à son usine de Sakura au Japon au mois d’avril.

« Nous avons amené des ingénieurs dans le développement du département de production de masse. Nous savions que cela ne marcherait pas dès qu’ils rejoindraient l’équipe et que cela prendrait un certain temps. »

 

honda

Des gens chez Honda étaient mécontents de l’attitude d’Alonso

Publié

le

© McLaren-Honda

Yusuke Hasegawa, le responsable du programme F1 chez Honda, révèle que l’attitude de Fernando Alonso lors des deux dernières  années n’ a pas plu à tout le monde chez Honda.

Depuis son retour en Formule 1 en 2015, Honda n’a jamais été en mesure de fournir à McLaren une unité de puissance capable de se battre pour des victoires ou des podiums.

Au fil des années, la relation entre McLaren et Honda n’a cessé de se détériorer, et les propos tenus par Fernando Alonso dans sa radio en pleine course n’auront pas aidé à apaiser les tensions.

Tout le monde se souvient du fameux « GP2 engine » lancé par Fernando Alonso au Grand Prix du Japon en 2016 lorsqu’il se faisait doubler en pleine ligne droite par manque de puissance.

« De toute évidence, il y  a des gens chez Honda qui étaient mécontents de l’attitude d’Alonso. » déclare Hasegawa au journal espagnol El Confidential. « Mais pas moi, pour moi ce n’était pas un problème. »

« Je suis très déçu de ne pas lui avoir donné un bon moteur, personnellement, je suis désolé, j’avais honte et j’étais en colère. »

« En F1, c’est difficile pour tout le monde d’être heureux. Bien-sûr, ce n’était pas personnel, Alonso a bien fait son travail en bon professionnel qu’il est. Les pilotes sont très émotionnels, et nous devons les comprendre quand ils se comportent comme ça. Si vous aviez la meilleure voiture, ne seriez-vous pas heureux ? Oui, alors nous ne pouvons pas nous plaindre.

Honda et McLaren ne feront plus équipe ensemble l’an prochain, puisque les deux parties se sont séparées d’un commun accord. Le motoriste japonais équipera désormais Toro Rosso, tandis que McLaren sera équipée du moteur Renault l’an prochain.

Continuer à lire

honda

Honda assure que son moteur est très proche du moteur Renault

Publié

le

© McLaren-Honda

Selon Yusuke Hasagawa, le responsable du programme F1 chez Honda, l’unité de puissance du motoriste japonais est très proche du niveau de performance du moteur Renault.

Depuis son grand retour en Formule  en 2015, Honda a eu beaucoup de mal à se rapprocher de Mercedes ou bien encore de Ferrari en termes de performance pure, mais après un nouveau départ difficile cette saison, le motoriste japonais a fait de grands progrès aussi bien en termes de performance qu’au niveau de la fiabilité.

Les premiers signes de progrès sont apparus à Bakou au mois de juin, lorsque Honda a introduit une spec 3 de son unité de puissance lors des essais libres sur la voiture de Fernando Alonso.

Mais Yusuke Hasegawa estime que depuis l’introduction finale de cette spec 3 au Grand Prix de Belgique, Honda a réussi à combler l’écart avec Renault.

« Depuis le début de la saison, nous avons améliorer notre unité de puissance, non seulement en termes de performance, mais aussi de fiabilité. » déclare Hasegawa à Motorsport.com « Depuis que nous avons introduit le moteur spec 3.5, je pense que le niveau de performance est très proche de celui de Renault. »

« Je ne peux pas dire que c’est mieux que Renault, mais l’important, c’est que la fiabilité soit bien meilleure. Nous n’y sommes pas encore [au niveau de Renault], mais l’écart est très faible par rapport à l’année dernière et à la première année. »

En 2018, Honda gardera le même concept avec son unité de puissance

Longtemps critiqué par McLaren sur le choix de repartir de zéro au début de chaque saison,  Honda assure que son concept moteur restera le même l’an prochain pour sa première année de collaboration  avec Toro Rosso.

« Il n’y a aucun doute sur le concept actuel. » poursuit Hasegawa. « Nous avons choisi un concept très similaire à celui de Renault, Ferrari et Mercedes. Il n’y a donc aucune raison pour que nous ne puissions pas atteindre le même niveau de performance avec notre concept actuel. »

 

Continuer à lire

honda

Marko : « Nous savons ce qu’il se passe en arrière-plan chez Honda »

Publié

le

© DR

Honda fera désormais équipe avec Toro Rosso à partir de la saison prochaine, après avoir cassé le partenariat liant le motoriste japonais à l’équipe McLaren.

Si la plupart des observateurs de la Formule 1 voient ce mariage entre Toro Rosso et Honda comme une entreprise risquée, Helmut Marko, l’un des responsables de l’équipe Red Bull, se veut optimiste quant à l’avenir de cette association.

« Nous avons contacté Honda et avons fait quelques-unes de nos propres recherches aussi. » confie Marko. « Et de ce que nous avons appris, nous pouvons dire que nous avons une vision optimiste de l’avenir. »

« Nous avons pu voir les deux Mclaren dans le top dix à Singapour, nous voyons donc un moteur qui se développe, et nous savons ce qui se passe en arrière plan. »

« Honda a le potentiel financier et l’infrastructure nécessaire, avec l’une des usines les plus modernes avec des plate -formes de test correspondantes et un engagement total en Formule 1. Mais nous devons aussi aborder la mentalité japonaise, car elle bien-sûr un peu différente de celle des Européens. »

« Désormais, nous sommes impatients de voir comment Toro Rosso et Honda vont fonctionner. En septembre 2018, je serais en mesure de dire ce que nous ferons en 2019. » conclut Marko.

Continuer à lire

honda

Honda va faire en sorte de limiter les pénalités d’ici la fin de l’année

Publié

le

Le calvaire de McLaren aux côtés de Honda est sur le point de se terminer, mais il reste tout de même encore six courses avant la délivrance et la fin de la saison 2017.

La semaine dernière à Singapour, Mclaren a annoncé qu’elle mettait un terme d’un commun accord à son partenariat avec le motoriste japonais Honda pour s’équiper du moteur Renault à partir de la saison 2018.

Honda restera toujours en Formule 1 l’an prochain, mais la firme japonaise équipera désormais l’équipe Toro Rosso pour les trois années restantes avant le grand chamboulement dans la réglementation moteur en 2021.

Mais pour l’instant, il reste encore six Grands Prix avant la fin de la saison 2017, et Honda fera en sorte de minimiser au maximum les améliorations apportées à son unité de puissance afin de se concentrer sur des résultats concrets sur la piste.

« L’une des choses que nous souhaitons faire est de minimiser les améliorations apportées au moteur pour le reste de la saison. » explique Yusuke Hasagawa, le responsable de Honda en F1. « Nous voulons uniquement maximiser nos chances de résultats au cours de cette année. »

Honda confirme que ce changement d’objectif est dû au fait que le motoriste ne travaillera plus avec McLaren l’année prochaine : « Auparavant, nous avons simplement priorisé l’amélioration de la performance, car toute amélioration allait se projeter sur l’année suivante, mais maintenant que nous savons que nous ne travaillerons pas avec Stoffel Vandoorne et Fernando Alonso l’an prochain, nous voulons nous concentrer uniquement sur les résultats de cette année pour McLaren. »

 

Continuer à lire

honda

Honda veut montrer tout le potentiel de sa technologie

Publié

le

© McLaren-Honda

Honda souhaite désormais montrer tout le potentiel de son moteur à partir de la prochaine saison de Formule 1 après avoir essuyé beaucoup de critiques au cours des trois dernières années.

Le motoriste japonais va désormais travailler avec l’équipe Toro Rosso pour trois saisons, et les progrès déjà réalisés avec McLaren ces derniers mois pourraient être que le début d’un succès qui aura mis plusieurs années avant d’apparaître.

« En travaillant avec McLaren, j’ai pu réaliser qu’il s’agit d’une très grande entreprise qui est très ordonnée. » Déclare Masashi Yamamoto, le directeur de la compétition chez Honda.

« Cette entreprise est naturellement très forte grâce à cela, mais en même temps, elle peut éprouver des difficultés à s’adapter au changement, contrairement à Toro Rosso, qui est une entreprise en plein développement. »

« Il est très important pour nous de travailler dans un partenariat qui nous mène vers le même objectif, donc, en ce qui nous concerne, nous sommes impatients de travailler avec eux d’une manière plus étroite. »

« S’il fallait comparer ces deux équipes à un type de cuisine, je dirais que McLaren est une cuisine Française très sophistiquée, alors que Toro Rosso serait plutôt une cuisine de terroir, un ragoût maison délicieux auquel nous pouvons ajouter de nouveaux ingrédients. »

« Les règles actuelles vont jusqu’en 2020, donc, il nous reste encore trois années pour montrer nos progrès technologiques. Nous voulons montrer le potentiel de Honda. » conclut le Japonais.

Continuer à lire

honda

Honda vise le top 3 avec Toro Rosso

Publié

le

© DR

C’est désormais officiel, Honda et McLaren se sont séparés d’un commun accord après trois saisons catastrophiques, pour ne pas dire pitoyables.

Honda va désormais devoir se concentrer sur son prochain objectif en Formule1, celui de faire en sorte de rendre Toro Rosso compétitive après avoir signé un partenariat avec la formation de Faenza.

Cette alternative permet à Honda de ne pas quitter la Formule 1, même si cette idée n’a jamais été envisagée selon le directeur des opérations de communication du motoriste japonais, Katsuhide Moriyami.

« Nous avons une histoire longue de plus de 50 ans en Formule 1. » déclare le Japonais. « La F1 est une culture très importante et figure dans l’ADN de notre entreprise. »

« Il est vrai que nous avons traversé une situation délicate ces dernières années, et personne n’était satisfait des résultats actuels, particulièrement au conseil d’administration. Nous avons donc entamé de nombreuses discussions, mais quitter la Formule 1 n’a jamais été une option pour nous. »

Se battre pour un top 3 en 2018

Désormais Honda va tout faire pour revenir aux avant-postes l’an prochain avec l’aide de Toro Rosso, un objectif ambitieux de la part du motoriste japonais, mais qui pourrait peut-être se concrétiser après quelques années déjà passées en F1 avec la nouvelle génération d’unité de puissance.

« Notre objectif est de relever ce défi, et l’esprit de Honda est de revenir nous battre aux avant-postes. L’année prochaine, notre objectif sera de nous battre pour un top 3 tout en haut de la grille. »

Continuer à lire

alonso

Alonso ne ferme pas la porte à un avenir sur du long terme avec McLaren

Publié

le

© McLaren-Honda

C’est désormais officiel, Fernando Alonso a prolongé son contrat avec McLaren pour la saison 2018, et peut-être même au delà.

McLaren a finalement confirmé que Fernando Alonso resterait pour une saison de plus au sein de l’équipe en 2018, et l’Espagnol a lui-même confirmé ce jeudi à Austin que son contrat le liait à McLaren pour du long terme, mais sans en révéler les détails.

En outre, Fernando Alonso n’exclut pas sa participation à des courses dans d’autres catégories, mais assure une fois de plus que sa priorité reste la Formule 1.

« Les clauses du contrat ne sont généralement jamais énoncées et nous ne le ferons pas maintenant, mais il s’agit d’un contrat à long terme. Nous verrons ce qui se passe, mais nous avons hâte d’être à l’année prochaine. » déclare Alonso.

« Ce fut un processus compliqué, mais nous n’étions pas pressés non plus. Dés le début, j’ai cru au projet McLaren avec le châssis qui a fait des progrès incroyables, mais aussi en termes d’aérodynamique et en termes de grip mécanique. »

« J’ai parlé à tous ceux à qui je devait parler, et avec tous les projets que j’avais sur la table, c’est celui de McLaren qui m’a le plus convaincu. »

« Il y a avait une situation particulière avec un moteur qu’ils devaient changer, et finalement, ils ont décidé de changer de fournisseur pour aller chez Renault. »

« Il m’a fallu encore quelques semaines pour obtenir toutes les informations de la part de Renault et McLaren, mais il était temps de prendre ma décision et de continuer avec eux, parce que je pense que nous pouvons être compétitifs l’année prochaine. »

« C’est passionnant, cela me fait quelque chose à l’estomac de piloter pour Renault, même si ce n’est que le moteur. Mais j’ai un bon sentiment, j’ai une relation avec eux historiquement très forte. »

alonso

Officiel : Alonso signe avec McLaren pour 2018

Publié

le

© McLaren-Honda

Fernando Alonso continuera à courir pour McLaren en Formule 1 l’année prochaine, les deux parties ayant confirmé l’information ce jeudi à Austin.

Alonso a rejoint McLaren pour trois saisons en 2015, suite à l’alliance entre McLaren et le motoriste japonais Honda.

Cependant, les ambitions de raviver le partenariat gagnant-gagnant de la fin des années 1980 et du début des années 1990 n’ont pas été respectées, apparemment en raison d’un manque de fiabilité et de performance des unités de puissance de Honda.

Alonso a souligné tout au long de cette année que sa cible était la sécurisation d’une voiture gagnante et a souligné que la Formule 1 était sa «première et unique priorité» tout en conservant ses ambitions de triple couronnes.

« C’est fantastique de pouvoir continuer ma relation avec tout le monde chez McLaren. » déclare Alonso. « C’était toujours là où mon coeur me disait de rester, et je me sens vraiment chez moi ici. »

« C’est une équipe fantastique, pleine de gens incroyables, avec une chaleur et une convivialité que je n’ai jamais connu ailleurs en Formule 1. Je suis incroyablement heureux de courir pour McLaren. »

« Tout aussi important, McLaren a la ressource technique et financière, la force d’être en mesure de gagner très rapidement des courses et des championnats du monde en F1. »

« Bien que ces dernières années n’aient pas été faciles, nous n’avons jamais oublié comment gagner, et je crois que nous pourrons le réaliser bientôt. « 

Continuer à lire

alonso

Fernando Alonso ne regrette aucune de ses décisions

Publié

le

© McLaren-Honda

En dépit de ses quatre années sans la moindre victoire, Fernando Alonso déclare n’avoir aucun regret quant à ses choix de carrière.

L’Espagnol répond ainsi à Nico Rosberg, qui déclarait la semaine dernière au Japon, que le double champion du monde était la seule personne à blâmer pour ses mauvais résultats en raison de ses choix de carrière.

« Je ne regrette aucune des décisions que j’ai prises. » déclare Alonso. « Je l’ai souvent dit: à chaque fois, j’ai choisi la meilleure option, la plus logique. Malheureusement, je n’ai pas de boule de cristal. »

« Ce qui m’est arrivé est aussi arrivé à Michael Schumacher chez Mercedes, où les choses ne se sont pas bien passées. Où même à Lewis Hamilton, qui n’a pas eu une très bonne première année chez Mercedes. »

« Je suis fier d’avoir rejoint des équipes comme Renault, McLaren et Ferrari. Lorsque j’ai rejoint ces équipes, personne n’a critiqué mon choix ou m’a dit que c’était une mauvaise décision. Avec le recul c’est différent, mais je suis fier de là où je suis allé. »

Fernando Alonso n’a toujours pas révélé ce qu’il fera en 2018, même si les probabilités qu’il reste une dernière année chez McLaren sont extrêmement élevées. Une annonce devrait être faite cette semaine en provenance du clan Alonso.

 

Continuer à lire

alonso

Seul Fernando Alonso est à blâmer pour ses choix de carrière selon Rosberg

Publié

le

© McLaren-Honda

Fernando Alonso est la seule personne à blâmer pour sa longue période sans victoire ni podium selon Nico Rosberg, le champion du monde en titre.

L’Espagnol n’a toujours pas réussi à décrocher son troisième titre onze après être devenu champion du monde de F1 pour la deuxième fois de sa carrière.

Ni au cours de ses cinq années passées chez Ferrari, et encore moins depuis trois ans chez McLaren-Honda, le pilote espagnol n’aura été capable de devenir triple champion du monde.

Interrogé à Suzuka sur la « malchance » d’Alonso, où il travaillait en tant que commentateur pour Sky F1, Nico Rosberg déclarait : « Ce n’est pas de la malchance quand on choisit les mauvaises équipes, parce que cela fait partie du fait d’être le meilleur pilote du monde.Vous pouvez être le meilleur pilote du monde, mais vous ne gagnerez jamais dans une mauvaise voiture. »

Nico Rosberg pense que la seule option viable pour Fernando Alonso l’an prochain est de rester chez McLaren, qui sera équipée du moteur Renault à partir de 2018.

« C’est sa seule option. » déclare l’ancien pilote Mercedes, qui ne pense pas qu’une tentative au 24H Du Mans envisagée par Alonso lui offrirait plus de défi qu’en F1. « Ce n’est pas de la F1, la Formule 1 est le summum. » conclut Rosberg.

Une annonce est attendue dans les prochains jours en provenance du clan de l’Espagnol, il devrait sans aucun doute continuer une saison de plus avec McLaren en 2018.

Continuer à lire

alonso

Fernando Alonso annonce la sortie de son autobiographie

Publié

le

© McLaren-Honda

Le double champion du monde s’apprête à lancer en fin d’année prochaine son autobiographie, un livre préparé avec soin depuis un certain temps.

Ce livre mettre en évidence quelques-unes des histoires qui ont accompagné l’Espagnol tout au long de sa carrière dans le sport automobile. Nous devrions y retrouver les moments les plus importants de sa vie personnelle et professionnelle, de ses débuts en Karting jusqu’à son arrivée en Formule 1.

Mais le pilote espagnol évoquera aussi certainement ses projets personnels comme sa piste de karting en Espagne ou encore son musée situé au même endroit.

« Je suis très heureux de cette annonce. » déclare Alonso. « J’ai passé des années à collecter avec les personnes les plus proches de moi les anecdotes et les moments les plus importants de ma vie.

« J’ai eu la chance de pouvoir participer, non sans une énorme dose de sacrifices, à certaines des meilleures organisations sportives du monde. »

« S’il y a quelque chose dont je suis particulièrement fier, c’est d’avoir un passe-temps aussi étendu et qui est répandu dans le monde entier. L’un des objectifs que je veux atteindre avec la publication de mon livre est que quiconque veut le lire peut le faire dans son langue maternelle. » conclut le pilote McLaren.

La sortie de cet ouvrage est programmée pour la fin de la saison 2018, faudrait-il comprendre que l’Espagnol participera à sa toute dernière saison en Formule 1 l’an prochain ?

Fernando Alonso n’a toujours pas dit s’il restait en Formule 1 l’an prochain, en ce sens, une annonce devrait arriver d’ici quelques jours.

Continuer à lire

alonso

La police interdit un rassemblement organisé par Fernando Alonso au Japon

Publié

le

© DR

La police japonaise a dû interdire un rassemblement à Tokyo organisé par Fernando Alonso ce mardi pour des raisons de sécurité.

Le double champion du monde est arrivé au Japon ce lundi, au lendemain du Grand Prix de Malaisie, et en bon businessman qu’il est, Alonso a demandé à ses fans japonais de le rejoindre devant la célèbre statue de Hachiko au croisement de Shibuya à 16h30 précise.

Le pilote McLaren voulait faire connaître sa marque de vêtements Kimoa à ses fans japonais, mais seulement voilà, la police a tout bonnement interdit le rassemblement devant la statue de Hachiko pour des raisons de sécurité.

Des centaines de personnes attendaient le double champion du monde au point de rendez-vous, ne permettant pas à Fernando Alonso d’aller saluer ses fans venus en nombre.

« Wowww ! Toutes nos attentes ont été dépassées avec tout ce monde venu aujourd’hui ! Nous ne sommes pas autorisés à prendre de photos ensemble, parce que la police nous a dit de ne pas le faire pour votre sécurité. » a publié Alonso sur les réseaux sociaux.


 

Continuer à lire

alonso

Alonso fera une annonce après le GP du Japon

Publié

le

© McLaren-Honda

Interrogé sur son avenir ce jeudi dans le paddock de Sepang, Fernando Alonso a laissé supposer qu’il resterait chez McLaren en 2018.

Le double champion du monde ne cache plus vraiment qu’il souhaite rester chez McLaren l’an prochain pour sa potentielle dernière saison en Formule 1 avant de raccrocher les gants.

Cependant, l’Espagnol déclare qu’il ne fera pas d’annonce officielle avant le Grand Prix du Japon 2017, qui se tiendra la semaine prochaine à Suzuka.

« Entre la Malaisie et le Japon, nous n’allons pas avoir beaucoup de temps pour finaliser tout cela. » indique Alonso ce jeudi à Sepang. « Nous serons pas mal occupés sur le circuit, mais j’espère que tout sera finalisé après le Japon. »

« Ce sera l’échéance pour que je prenne ma décision, je pense l’avoir déjà dit à plusieurs reprises cette année, je veux piloter une voiture compétitive l’an prochain, je veux retourner sur le podium et je veux me battre pour la victoire et être à nouveau en lutte pour le titre. »

« Il me faut encore quelques informations pour pouvoir prendre ma décision, mais je reste optimiste, car McLaren est l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure équipe de l’histoire de la Formule 1. Je pense que tous les éléments sont réunis pour que nous accomplissions les objectifs que nous nous sommes fixés. »

Rappelons que McLaren a mis un terme à son partenariat avec Honda à partir de la saison prochaine, l’équipe de Woking sera équipée du moteur Renault à partir de 2018.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Carlos Sainz : « Je veux être dans le rythme tout de suite »

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a participé à sa toute première conférence de presse avec sa nouvelle équipe Renault ce jeudi à Austin, l’Espagnol affichait pour l’occasion un  brushing impeccable.

Sainz débutera avec la RS17 ce vendredi matin sur un tracé qu’il affectionne particulièrement, un atout pour lui, qui ne connaît pas encore le comportement de sa nouvelle monoplace.

« Je veux être dans le rythme tout de suite, mais je dois d’abord connaître ma nouvelle voiture et faire en sorte de m’adapter à elle. » déclare Sainz en conférence de presse ce jeudi à Austin.

« Je suis vraiment excité de faire mes débuts avec Renault ici [à Austin], cette piste a beaucoup de virages différents, donc cela va bien m’aider à faire connaissance avec la voiture. »

Carlos Sainz a été prêté par Red Bull à Renault pour une seule saison, mais le pilote espagnol a pu rejoindre l’équipe d’Enstone plus tôt que prévu pour commencer à se familiariser avec sa nouvelle équipe.

Cette arrivée soudaine a pu se faire grâce à un compromis financier acceptable trouvé entre Jolyon Palmer et Renault peu avant le Grand Prix du Japon .

GP des États-Unis

Stoffel Vandoorne pénalisé à Austin

Publié

le

© McLaren-Honda

Une fois n’est pas coutume, Stoffel Vandoorne débutera son week-end à Austin en sachant déjà qu’il devra reculer sur la grille de départ du Grand Prix des Etats-Unis.

Le pilote belge va écoper d’une pénalité de cinq positions sur la grille de départ, après que Honda ait décidé de procéder au remplacement du moteur thermique de sa McLaren.

Le motoriste japonais a jugé que le kilométrage effectué avec l’unité de puissance montée sur la monoplace de Vandoorne au Japon avait atteint un seuil critique, et a donc préféré le changer pour le Grand Prix des Etats-Unis.

Stoffel Vandoorne va donc bénéficier ce week-end de la toute dernière mise à jour de Honda, la fameuse Spec 4, qui est censée être plus performante que l’unité de puissance montée sur la voiture de Vandoorne à Suzuka.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Photos : Le nouveau casque de Carlos Sainz

Publié

le

© Renault

Carlos Sainz a dévoilé son nouveau casque qu’il portera à partir de ce week-end à Austin, le pilote espagnol affiche de nouvelles couleurs pour sa première course chez Renault.

La décoration générale du caque du pilote Renault a changé, mais le logo Red Bull est toujours présent, puisque l’Espagnol appartient toujours à l’équipe de Milton Keynes.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Lewis Hamilton : « Je me moque de gagner le titre à Austin ou à la dernière course »

Publié

le

© DR

Lewis Hamilton a mathématiquement la possibilité de devenir champion du monde 2017 ce week-end à Austin, mais le Britannique ne compte pas se mettre la pression pour autant.

Le pilote Mercedes est bien conscient que Ferrari et Sebastian Vettel peuvent inverser la tendance durant les quatre dernières courses de la saison, c’est pourquoi Hamilton ne baissera pas la garde.

Le Britannique se fiche de remporter le titre ce week-end à Austin ou bien à la fin de la saison à Abou Dhabi, le triple champion du monde veut pour l’instant se focaliser sur la victoire du Grand Prix des Etats-Unis.

« Rien n’a changé pour moi, j’ai exactement la même mentalité ce week-end, la même que j’ai eu pour les précédentes courses. » déclare Hamilton en conférence de presse ce jeudi à Austin. « Mon mental est au top, et j’arrive sur les courses avec une abondance de positivité. »

« Sebastian [Vettel] a été un adversaire très fort tout au long de l’année, et je m’attends à ce que Ferrari soit forte ce week-end et jusqu’à la fin de la saison 2017. »

« Je me moque si je gagne le championnat ici ou à la dernière course, mon seul objectif est de remporter la course dimanche. »

Lewis Hamilton possède 59 points d’avance sur Sebastian Vettel en arrivant à Austin, le pilote Mercedes doit se contenter de finir premier ou deuxième et que Sebastian Vettel ne termine pas mieux que sixième pour être titré dimanche aux Etats-Unis.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Brendon Hartley : « Je vais essayer de faire de mon mieux »

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley, pilote Toro Rosso, a participé à sa toute première conférence de presse en Formule 1 ce jeudi matin à Austin.

Le jeune Néo-Zélandais a appris la nouvelle de sa titularisation pour le Grand Prix des Etats-Unis la semaine dernière, et a dû depuis, se préparer très vite pour être en mesure de saisir cette incroyable opportunité.

Hartley connait déjà le circuit du COTA, sur lequel il a roulé pour Porsche en LMP1, et ce sera donc un petit plus non négligeable pour lui ce week-end.

« Tout ça s’est passé très vite, je ne savais rien de plus avant de le voir dans la presse. » déclare Hartley ce jeudi à Austin. « C’est un vrai tourbillon, et je suis vraiment excité. »

« J’ai piloté sur ce circuit chaque année, c’est un avantage d’arriver en Formule 1 sur un circuit que je connais déjà, même si ce n’est qu’une petite partie du circuit. »

« Mais il n’y a aucune attente précise, ni de ma part, ni de la part de l’équipe. Je vais juste essayer de faire de mon mieux ce week-end. »

Le jeune pilote sera épaulé par Daniil Kvyat ce week-end à Austin, le Russe signe son retour dans le paddock après avoir été écarté pour deux courses pour laisser sa place à Pierre Gasly.

Continuer à lire

GP des États-Unis

Hartley a appelé Red Bull quand Porsche a annoncé la fin du programme LMP1

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Brendon Hartley révèle qu’il a pris contact avec Helmut Marko, son ancien mentor chez Red Bull, juste après que Porsche ait annoncé son retrait du WEC pour la fin de la saison 2017.

Hartley sera au volant de la Toro Rosso ce week-end à Austin, après que Pierre Gasly ait été obligé par Honda à participer à la finale du championnat de Super Formula au Japon ce week-end.

Red Bull a soutenu le jeune pilote Néo-Zélandais pour ses débuts en monoplace, notamment lorsqu’il évoluait en Formula Renault Eurocup et en F3 Britannique, avant de le laisser de côté en 2010.

Brendon Hartley s’est finalement dirigé vers le championnat d’endurance, où il pilote pour Porsche, remportant au passage le titre dans la catégorie en 2015 et l’édition 2017 des 24H Du Mans.

Hartley révèle qu’il a été de nouveau en contact avec Red Bull lorsque Porsche a annoncé officiellement que 2017 serait la dernière année pour le constructeur en WEC en tant qu’équipe d’usine.

« J’ai appelé Helmut juste après l’annonce de la fin du programme LMP1, juste pour dire que si une opportunité se présentait, j’étais prêt. » explique Hartley à Autosport.

« Il a bien eu mon message, et désormais cette opportunité est apparue à la dernière minute et tout à fait à l’improviste. »

« Tout d’abord, j’ai fait un test dans le simulateur et je n’ai pas posé trop de questions. Puis ils m’ont demandé de venir et j’ai répondu OK. Je ne savais pas vraiment qu’il y avait une chance pour moi d’être sur la grille à Austin. »

 

Continuer à lire

GP des États-Unis

L’interview de Romain Grosjean avant le GP des Etats-Unis

Publié

le

© Haas F1 Team

Les Grand Prix asiatiques n’ont pas été évidents pour l’écurie et toi, avec deux crashs. Tu as malgré tout réussi à marquer des points lors de 2 des 3 courses et ainsi aider Haas F1 à reprendre la 7ème place au classement des constructeurs. Comment as-tu vécu ces moments avec l’équipe ?

Nous avons fait trois bonnes courses en Asie. Il y’a eu des hauts et des bas mais nous avons appris beaucoup, surtout après Sepang. C’est génial d’avoir tous les deux terminé dans les points à Suzuka. Au Japon nous avons trouvé un bon réglage sur les pneus et ça c’est positif.

Quelle est l’importance de ces bons résultats au Japon à l’approche du Grand Prix des USA, une course spéciale pour l’écurie Haas ?

C’est important pour le classement des constructeurs car le combat est rude. Austin est toujours une course spéciale pour nous. Nous y allons pour la 2ème fois, c’est un rendez-vous à part.

Haas F1 a toujours fait de bonnes performances à Suzuka : deux voitures en Q3 et deux voitures dans les points. As-tu une explication ?

C’est un ensemble de facteurs. Déjà, c’est un vrai circuit de pilotes, où vous pouvez essayer de faire la différence. L’an dernier nous avons trouvé une bonne configuration et nous avons essayé de la reproduire cette année. Globalement, je pense que les circuits rapides nous conviennent mieux que les circuits plus lents.

Te sens-tu en mesure de faire un gros finish à Austin comme tu l’as fait au Japon ?

La vérité d’une course n’est jamais celle de la suivante. Ce fut un super résultat pour nous, qui nous a tous rendus très fiers. A Austin, il faudra se concentrer sur notre travail. Il faut trouver les bons réglages, et travailler comme nous savons le faire. Il faut travailler dur pour réussir de bonnes choses.

Qu’est-ce que cela représente de faire partie de la team Haas F1 de Gene Haas et qu’est-ce qui la rend différente des autres écuries ?

Je pense que chaque équipe est différente, mais nous avons Gene qui est absolument amoureux de course automobile. C’est un super propriétaire d’écurie, il est très impliqué. Il essaie de comprendre tout le monde et de tirer le meilleur de chacun. C’est super de travailler avec lui et l’ensemble de l’équipe.

Haas F1 a accompli beaucoup de bonnes choses depuis le début de la saison. Peux-tu nous parler de comment l’écurie à évolué ?

L’équipe est maintenant beaucoup plus expérimentée et plus forte. Nous pouvons améliorer de nombreuses choses encore, mais l’équipe est meilleure sur tous les aspects. Nous avons une meilleur stratégie, une meilleure ingénierie, une meilleure mécanique… Tout est mieux organisé. Nous savons que nous pouvons encore nous améliorer et où, contrairement à d’autres équipes qui sont déjà à leur maximum. Cela montre qu’il peut y avoir un futur brillant.

Tu cours pour une écurie américaine au Grand Prix des Etats Unis. Est-ce que cela représente quelque-chose de spécial quand tu es sur le Circuit of the Americas (COTA) ?

Oui c’est super. J’ai toujours aimé Austin, mais depuis que je suis un pilote Haas, j’aime encore plus cet endroit. Je n’ai jamais eu la chance de courir chez moi – ce sera le cas l’an prochain – mais c’est à Austin que je représente les couleurs de mon écurie.

La F1 revient au COTA pour la 1ère fois depuis 2012. Comment a réagi le paddock au fait de retourner aux USA ?

C’était génial. Nous avons beaucoup de fans ici et les gens viennent vraiment pour voir la course. C’est un super endroit et un des meilleurs nouveaux circuits. La piste est chouette, la ville aussi donc c’est une super expérience.

Tu as réussi l’une de tes meilleures performances ici au COTA en 2013 en finissant second. Racontes-nous cette course. 

C’était une course magnifique. Je suis parti 3ème et j’ai réussi un bon départ. On ne pensait pas pouvoir maintenir les Red Bull derrière nous mais nous avons réussi. Vraiment une super course.

Le 1er virage du COTA est au sommet d’une côte, avec une sortie à l’aveugle qui mène les pilotes vers une section calquée sur l’enchaînement Maggotts-Becketts-Chapel de Silverstone. Comment se fait l’approche de ce virage alors que tu ne sais pas ce qu’il va y avoir à la sortie ? 

Au moins, vous savez que personne ne va venir en sens inverse, ce qui est déjà pas mal ! Il faut se concentrer sur les bonnes choses au bon moment. D’abord le point de freinage, puis le point de corde et enfin la sortie. Oui c’est un virage aveugle, mais une fois que vous avez pris le rythme il n’y a plus de surprises.

Le COTA est considéré comme le circuit où il y’a le plus de possibilités de dépassement de toute la saison de F1. Est-ce vrai et si oui pourquoi ? 

Ce n’est pas si simple de dépasser au COTA. Il y’a une très longue ligne droite opposée, ce qui bien sûr aide, avec le DRS. La zone de freinage avant le virage 2 est très large et il y’a des possibilités ici.

Quelle est ta partie préférée du COTA ?

La secteur 1.

Continuer à lire

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.