Restez connéctés

Renault

Sainz a appris qu’il partait chez Renault 30 minutes avant l’annonce officielle

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Carlos Sainz déclare qu’il ne s’attendait pas à partir chez Renault avant la fin de la saison 2017, l’Espagnol assure l’avoir appris 30 minutes avant l’annonce officielle.

Renault a confirmé ce samedi que Carlos Sainz serait au volant de la RS17 au Grand Prix des Etats-Unis en remplacement de Jolyon Palmer, remercié par le constructeur français avant l’heure.

« C’était vraiment inattendu pour moi, car je l’ai appris réellement 30 minutes avant l’annonce officielle. » révèle Carlos Sainz. « C’était une grande surprise comme pour vous, mon manager m’a fait savoir que Cyril Abiteboul [directeur général de Renault Sport Racing] lui avait dit. »

Carlos Sainz a admis que la nouvelle ne l’avait tout de suite réjouit, car il était alors concentré sur son week-end de course avec Toro Rosso, mais l’Espagnol avoue que le samedi soir, il a commencé à réaliser.

« Quand je suis allé me coucher j’étais content, car je savais que c’était pour moi une bonne opportunité pour m’adapter à la voiture un peu plus tôt que prévu, connaître les ingénieurs, l’équipe. »

« Ce fut une bonne nouvelle pour moi, même si je n’ai pas montré mes émotions, car j’étais concentré sur mon week-end avec Toro Rosso. »

Pour sa dernière course avec Toro Rosso, Carlos Sainz n’aura pas marqué les esprits, puisque l’Espagnol a dû abandonner dés le premier tour de course après une sortie de piste.

Renault

Renault veut être plus agressive dans l’interpretation des règlements en 2018

Publié

le

© Renault

Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, admet aujourd’hui que Renault n’aurait peut-être pas dû respecter la réglementation technique à la lettre en 2017, contrairement à Ferrari et Mercedes.

La FIA a dû revoir la réglementation sur la combustion de l’huile cette année, après que Mercedes ait été suspectée de « triche », en limitant la combustion de l’huile moteur à 0.6 litres pour cent kilomètres à partir du Grand Prix d’Italie 2017.

La FIA  a également obligé les équipes à n’utiliser qu’un seul type d’huile moteur après avoir suspecté Ferrari et Mercedes d’injecter une autre spécification d’huile, contenant des additifs qui sont interdits dans la composition de l’essence lors des phases de qualifications.

Renault a suivi la réglementation à la lettre en 2017 et n’a pas brûlé d’huile moteur pour s’en servir comme carburant, un côté bon élève qui n’a surement pas profité à l’équipe d’Enstone selon Abiteboul.

« C’est un élément sur lequel nous devons travailler, je ne parle pas simplement de ce système dont ces deux motoristes ont largement profité. Mais notre capacité à avoir une lecture beaucoup plus agressive et créatrice des règlements. » explique Cyril Abiteboul à nos confrères d’Auto Hebdo.

« Notre côté très Français, bon élève, respectueux de la lettre et de l’esprit des règles, peut se révéler pénalisant. Il a toujours été stipulé qu’il était interdit de brûler de l’huile, donc nous ne la brûlions pas, même si certaines choses permettaient de le faire et d’y gagner. »

« S’arrêter à l’esprit du règlement n’est pas une excuse mais une explication, et ce n’est pas comme ça que nous nous mettrons à remporter des championnats. Cela nécessite d’être sur le fil du rasoir dans tous les domaines, et nous devons progresser dans ce comportement. »

« Je pense que l’arrivée prochaine de Marcin Budkowski [l’ancien responsable du département technique de la FIA et qui arrivera chez Renault le 1er avril 2018] nous apportera beaucoup au niveau de la lecture des règlements. »

Continuer à lire

Renault

Renault : Cap sur la fiabilité avant la performance

Publié

le

Renault a réussi à terminer la saison 2017 à une sixième place décrochée à l’arrachée lors de la dernière course de la saison à Abou Dhabi, mais l’équipe d’Enstone souhaite faire bien mieux l’an prochain pour sa troisième saison depuis son grand retour en F1 en 2016.

Cependant, Renault va devoir faire de sérieux progrès sur le plan de la fiabilité à partir de 2018, puisque l’unité de puissance du constructeur français lui a fait perdre de précieux points en 2017, ainsi qu’à son écurie cliente Red Bull Racing, qui a enregistré pas moins de 13 abandons en 20 courses.

« La fiabilité va venir en premier lieu. » explique Cyril Abitboul, le directeur général de Renault Sport. « Nous devons marcher avant de pouvoir courir, et nous avons été trop agressifs dans notre développement cette saison en voulant trop rapidement délivrer de la performance. »

« Nous devons y aller pas à pas en commençant par accumuler des kilomètres lors des essais de pré-saison. Nous avons comme objectif de nous classer dans le top 3 des équipes qui auront parcouru le plus de kilomètres pendant les huit journées de tests d’avant saison. »

« Ce n’est qu’en travaillant dans l’ordre et la méthode que nous parviendrons à monter en puissance. Une fois cette fiabilité acquise, je ne doute pas que nous pourrons nous mesurer à Mercedes et à Ferrari. »

Voici un discours qui fera plaisir aux dirigeants de l’équipe McLaren, avec qui Renault a signé un contrat de fourniture pour la prochaine saison de Formule 1.

Continuer à lire

Renault

Vous rêvez de travailler en F1 ? Renault recrute tentez votre chance

Publié

le

© Renault

L’équipe Renault ne cesse de recruter du personnel depuis son grand retour en catégorie reine du sport automobile  au début de la saison 2016.

La formation basée à Enstone en Angleterre en est à sa deuxième saison depuis son retour, mais n’a cessé de s’agrandir au fil des mois avec un nombre conséquent d’embauches à Enstone mais aussi à Viry Chatillon en France.

Si vous souhaitez faire partie de cette belle équipe de Formule 1 qui a l’ambition de se battre pour le championnat du monde d’ici 2019, si vous aimez le sport automobile, si vous parlez couramment anglais,  si vous rêvez de travailler dans l’univers très fermé de la F1, alors, vous devriez aller jeter un œil aux annonces d’offres d’emploi de Renault.

Vous pouvez consulter toute les offres emploi de l’équipe Renault en cliquant sur ce lien.

 

Continuer à lire

Renault

Prost : « Avec la mauvaise voiture vous n’avez aucune chance, regardez Alonso »

Publié

le

© Renault

Renault a effectué son grand retour en Formule 1 en 2016 avec la ferme intention de se battre pour le championnat du monde assez rapidement.

Bien que l’équipe d’Enstone ne termine la saison 2017 qu’à la sixième position au classement constructeurs, il faudra noter que Renault s’est battu jusqu’à la dernière course pour essayer d’atteindre la cinquième place que le constructeur français s’était fixée comme objectif pour sa seconde saison depuis son retour.

Alain Prost, qui fait partie de l’équipe Renault en tant que conseiller spécial, est satisfait des progrès effectués par l’équipe en deux ans, et même si Renault n’est pas encore en mesure de se battre pour le championnat du monde, le quadruple champion du monde de F1 croit au projet du constructeur français, mais sait aussi qu’il faudra la bonne voiture pour gagner.

« Sur le papier, nous ne pouvons pas battre Red Bull et McLaren, mais nous serons meilleurs l’an prochain, et la comparaison directe avec les équipes clientes va nous aider à acquérir de l’expérience pour nous rapprocher des meilleurs équipes. » déclare Prost à Auto Motor Und Sport.

« Nous sommes ici pour longtemps, et il est important que nous progressions chaque année. Au final, nous devrons battre tout le monde si nous voulons gagner. »

« Il s’agit non-seulement de la voiture, mais nous avons aussi des pilotes rivaux très forts : Hamilton, Ricciardo, Verstappen, Vettel. La différence est que ces pilotes ont tous une voiture pour gagner. si vous êtes assis dans la mauvaise voiture, vous n’avez aucune chance, regardez Alonso. »

« Il est clair que nous devons fixer des objectifs, mais pour moi, c’est faux de vous fixer un objectif. Même sans avoir atteint la cinquième place, je suis satisfait du développement de l’équipe. »

« Je l’ai toujours dit, il faut prendre du temps, et plus que ce que nous pensons. Il s’est passé beaucoup de choses au cours des deux dernières années, nous avons de très bonnes personnes à bord, des ingénieurs jeunes et talentueux, mais ils ne peuvent pas obtenir des résultats tout de suite. »

« Renault est dans un phase de construction, nous ne pouvons pas attendre de meilleurs résultats que ceux que nous délivrons, il ne faut pas nous mettre trop de pression pour le moment. »

Continuer à lire

Renault

Renault capable de se battre au sommet en 2019 selon Hulkenberg

Publié

le

© Renault

La septième place de Nico Hulkenberg au Grand Prix d’Abou Dhabi à la fin de la saison a permis à Renault de se hisser au sixième rang du classement constructeur cette année.

Une sixième position qui ne semble peut-être pas très étonnante pour une équipe qui a remporté deux titres consécutifs en 2005 et 2006, mais il s’agit tout de même de trois positions de mieux que l’année passée.

Ce résultat suggère que l’arrivée de Nico Hulkenberg au sein de l’équipe basée à Enstone pourrait s’avérer payante sur du plus ou moins long terme, puisque le pilote allemand a marqué à lui tout seul 43 points sur les 57 inscrits par Renault cette saison.

« Je l’ai déjà dit plusieurs fois : 2017 était une année de construction – où briller serait une situation plutôt rare. » explique Hulkenberg au site officiel de la Formule 1. « C’était vraiment génial de boucler la saison avec un résultat qui nous a tous fait rentrer à la maison avec la tête haute. »

« A cet égard, le Grand Prix d’Abou Dhabi a été une finale très bien accueillie cette année, parce nous avons pu montrer que nous avançons définitivement dans la bonne direction. »

« Mais je ne me fais pas d’illusion sur le fait que le succès que nous recherchons n’arrivera pas du jour au lendemain. En réalité, je lui donnerais 12 à 18 mois de plus, le but étant de se battre au sommet, cela n’a pas changé. »

Continuer à lire

Renault

L’arrivée de Marcin Budkowski chez Renault en 2018 retardée

Publié

le

© DR

L’arrivée de Marcin Budkowski au sein de l’équipe Renault a été retardée au 1er avril prochain, soit pour le Grand Prix de Chine 2018, il ne sera donc pas présent dés l’ouverture de la saison à Melbourne fin mars.

Ancien membre du département technique de la FIA, Marcin Budkowski détient des informations cruciales sur la plupart des monoplaces qui seront dans le championnat 2018 de Formule 1.

En ce sens, plusieurs équipes ont déjà adressé des plaintes auprès de la FIA pour que le Polonais ne puisse pas rejoindre Renault en début d’année, comme l’autorisait la législation suisse avec un préavis de seulement trois mois (contre un an pour un ingénieur en F1).

Cependant, un accord à l’amiable a été trouvé avec Renault pour que Budkowski prolonge son préavis d’environ trois mois afin de le faire débuter avec l’équipe pour le Grand Prix de Chine 2018.

Il est impossible de dire si le travail du Polonais aura un impact direct sur les performances de la RS18 l’an prochain, mais il est certain que Renault a joué un grand coup en embauchant Budkowski.

Continuer à lire
.

Copyright © 2017 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est accrédité par la FIA, ce qui autorise les journalistes du site F1only.fr à se rendre sur les circuits du calendrier officiel de la Formule 1.Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.