F1 - Giovinazzi n'a pas respecté une consigne d'Alfa Romeo en Turquie
in

Giovinazzi n’a pas respecté une consigne d’Alfa Romeo en Turquie

Le responsable de l’ingénierie piste d’Alfa Romeo, Xevi pujolar, a révélé que l’Italien Antonio Giovinazzi n’a pas respecté une consigne d’équipe dimanche dernier au Grand Prix de Turquie et a donc potentiellement laissé filer quelques points.

En fin de course à Istanbul, Antonio Giovinazzi mettait la pression sur le pilote Alpine Esteban Ocon – qui avait décidé de rallier l’arrivée de l’épreuve sans effectuer d’arrêt au stand. En difficulté avec des pneus Intermédiaires en fin de vie, Ocon a finalement réussi à résister et a franchi la ligne d’arrivée à la dixième place marquant le dernier point disponible lors de ce Grand Prix.

Giovinazzi pour sa part franchira la ligne en P11 en dehors des points, mais alors que le pilote italien n’était pas satisfait de son résultat final, son équipe Alfa Romeo était également contrariée face au refus d’obtempérer après lui avoir demandé de laisser passer son coéquipier Kimi Raikkonen, qui était plus rapide et qui avait de meilleures chances de pouvoir marquer des points.

“Nous lui avons demandé d’échanger sa position, mais à ce stade, Antonio commençait à accélérer le rythme et il a lui-même décidé qu’il voulait rester devant.” explique Xevi Pujolar, cité par le site de la Formule 1.

“Peut-être que cette situation représentait quelques tours où nous aurions potentiellement pu être plus rapide en tant qu’équipe. Il ne restait plus qu’un tour pour rattraper Ocon. C’est sûr que pour l’équipe ce n’était pas l’idéal et je n’ai pas très bien compris pourquoi nous ne n’avons pas échangé les positions à ce moment-là.”

“Évidemment, lorsque vous avez les deux voitures en fin de course, nous pouvons échanger les positions en fonction de la situation. C’était important de pouvoir marquer, notamment parce que le rythme de Kimi était élevé.”

“Au début de la course, nous n’avons pas vraiment regardé qui était le plus fort.” ajoute Pujolar.

A lire aussi   La réglementation moteur 2026 de la F1 approuvée

“Nous avons géré le rythme, les deux voitures étaient là. Nous ne savions pas combien de temps les conditions resteraient telles qu’elles étaient, nous ne voulions donc pas mettre trop de stress ou échanger les positions en laissant passer Kimi qui aurait poussé fort et aurait rapidement dégradé ses pneus.”

“A ce stade, nous voulions avoir un peu d’espace parce que personne ne savait si cela durerait 20 tours, 30 tours ou toute la course avec les Intermédiaires. Mais en fin de course oui, c’était une autre histoire et nous voulions échanger les positions.”

Pour rappel, Antonio Giovinazzi est sous pression en ce moment chez Alfa Romeo, car son équipe n’a toujours pas annoncé le nom du futur coéquipier de Valtteri Bottas en 2022. L’Italien pourrait bien être remplacé par un jeune pilote issu de la Formule 2 l’an prochain, on pense notamment à Oscar Piastri ou encore le Chinois Zhou. Une annonce est attendue de la part d’Alfa Romeo dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 commentaire

  1. ON critique Kimi mais l’italien ne supporte pas la comparaison en course et n’oublions jamais tous les points perdus par Kimi cette année an raison des pénalités qu’il a eu et que n’ont pas certains autres (Hamilton et Verstappen entre autres: on ne perte qu’aux riches et n’en déplaise à certains donnez une Merco à Kimi une fois qu’on se marre

mattia-binotto-panne-f1

Mattia Binotto absent au Mexique et au Brésil

F1 - Le mythique chalet de l'EBRT à Spa Francorchamps disparait du décor

Le mythique chalet de l’EBRT à Spa Francorchamps disparait du décor