Alonso admet qu’il n’avait « aucune chance » face à Verstappen à Monaco

Max Verstappen et Fernando Alonso après l'arrivée du Grand Prix de Monaco

Fernando Alonso a admis que la deuxième place était le maximum que lui et Aston Martin pouvaient atteindre lors du Grand Prix de Monaco disputé ce dimanche, après la performance du pilote Red Bull Max Verstappen qui a gagné dans des conditions très délicates.

Le double champion du monde Fernando Alonso a pris le départ de la sixième manche de l’année depuis la deuxième place sur la grille de départ ce dimanche à Monaco, et très rapidement, l’Espagnol n’a pu que constater à quel point le rythme de la Red Bull de son adversaire était supérieur à celui de son Aston Martin.

Lorsque les premières gouttes de pluie ont commencé à tomber en Principauté, Fernando Alonso a tenté un coup de poker en s’arrêtant avant Max Verstappen pour chausser…d’autres pneus slicks sur sa monoplace, alors que la piste était de plus en plus humide. L’espagnol et son équipe pensaient que la pluie ne durerait pas et qu’ils auraient ainsi l’avantage une fois l’averse passée.

Cependant, la pluie n’a pas cessé et le pilote Aston Martin a dû repasser une deuxième fois par les stands pour chausser des pneus pluie, les mêmes que ceux que Max Verstappen venait de chausser lors de son seul et unique arrêt.

Finalement, Alonso n’a jamais réussi à réduire l’écart sur la Red Bull et l’Espagnol a franchi la ligne d’arrivée à la même position de départ derrière la Red Bull et devant son ancien coéquipier Alpine, le Français Esteban Ocon.

« C’était difficile aujourd’hui. Nous avons choisi de partir en pneus Durs, et nous avons donc renoncé à la possibilité qu’offrait le premier virage en raison de la courte distance [entre la première ligne et le 1er virage]. » a expliqué Alonso après l’arrivée de l’épreuve.

« Nous pensions pouvoir faire un long relais avec la stratégie, mais Max a très bien roulé avec les Mediums en prolongeant son premier relais, donc nous n’avions aucune chance. Puis à la fin, la pluie a compliqué les choses, ce n’était pas facile de rouler. »

Le double champion du monde a ensuite expliqué à quel point les conditions étaient délicates en piste lorsque la pluie est arrivée et a redoublé d’intensité : « Impossible de mettre toute la puissance sur tout le tour et le freinage était extrêmement délicat au virage 5 puis au virage 10, ce n’était pas facile. »

« J’ai été surpris qu’il n’y ait pas eu de voitures de sécurité, pas d’incidents, donc je pense que tout le monde a fait un travail incroyable aujourd’hui pour garder les voitures sur la piste. »

Après le Grand Prix de Monaco, et après avoir décroché son cinquième podium en six courses, Fernando Alonso reste troisième au championnat du monde des pilotes, mais l’Espagnol a réduit l’écart avec le pilote Red Bull Sergio Perez qui n’a désormais plus que 12 points d’avance.

1 Comment

  1. Il y avait une chance en mettant les inters et pas les médiums tellement les temps étaient lents à ce moment-là.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.