Alonso revient sur ses sacrifices pour être pilote de Formule 1

Fernando Alonso explique les aspects négatifs pour un pilote de Formule 1 durant sa carrière, alors que le double champion du monde a décidé de prendre sa retraite du sport à la fin de la saison 2018 après 17 saisons passées au plus haut niveau.

L’Espagnol se consacrera en 2019 à son travail en championnat d’endurance avec le constructeur japonais Toyota, mais a déjà laissé les portes ouvertes pour un éventuel retour en catégorie reine d’ici 2020.

Interrogé pour savoir ce qui lui manquera le plus cette année loin des paddocks de la F1, Alonso affirme que c’est bien le pilotage de ces monoplaces exceptionnelles qui lui manquera certainement le plus.

« Je pense que c’est le fait de piloter ces voitures. » répond le double champion du monde. « Ces voitures ont quelque chose de spécial. »

« Peu importe si vous êtes quatorzième, cinquième ou si vous vous battez pour la victoire. Evidemment, si vous pouvez monter sur le podium et signer une victoire, c’est une joie supplémentaire, mais quand vous sortez de là après des qualifications ou même une séance d’essais libres, et que vous avez pilotez une de ces voitures, elles sont très spéciales. »

« La quantité de technologie présente dans ces voitures serait très difficile à reproduire dans d’autres séries. »

« Mais d’un autre côté, la Formule 1 présente des aspects négatifs, en particulier si vous avez 18 ans, vous devez consacrer toute votre vie à la Formule 1. »

« Vous n’avez plus d’amis, plus de famille, pas de temps libre, pas d’intimité, pas de femme, pas d’enfant, rien. Si vous voulez réussir, c’est un dévouement total, donc, je pense que j’ai d’autres priorités pour le moment. »

« Lorsque vous courez dans d’autres séries, vous réalisez que la Formule 1 est encore plus avancée et que nous essayons simplement de trouver la perfection dans tous les domaines, chaque week-end, toutes les deux semaines, dans le monde entier. C’est probablement les meilleurs souvenirs que j’ai ici. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Lando Norris : « Je ne peux pas piloter salement »

Horner : « Un environnement de travail très sain avec Honda »