F1 - Alpine a mené un "travail intense" au département technique avant le Mexique
in

Alpine a mené un « travail intense » au département technique avant le Mexique

L’équipe Alpine n’a toujours pas terminé son enquête concernant le problème d’aileron arrière apparu sur la monoplace de Fernando Alonso au Grand Prix des Etats-Unis et qui a forcé le double champion du monde à abandonner.

En course à Austin, le pilote espagnol n’a pas eu d’autre choix que d’abandonner après que l’aileron arrière de sa monoplace se soit brisé pour une raison encore inconnue. L’équipe a immédiatement débuté une enquête, mais à la veille du Grand Prix du Mexique, le directeur exécutif d’Alpine n’est pas en mesure d’en dire plus sur la cause de cet incident.

« Nous enquêtons sur le problème d’aileron arrière rencontré par Fernando et nous prenons toutes les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus. » nous explique Marcin Budkowski, directeur exécutif d’Alpine.

De façon plus générale, l’équipe Alpine n’a marqué aucun point à Austin avec un double abandon – une première depuis quinze courses – mais avant le Grand Prix du Mexique, Budkowski assure que les ingénieurs à Enstone ont travaillé sans relâche pour faire en sorte de mieux comprendre pourquoi l’A521 n’a pas fonctionné comme prévu à Austin.

« Un travail intense a été mené dans tous les départements techniques depuis notre retour des États-Unis pour mieux comprendre nos soucis et cela nous a offert de précieuses leçons pour les épreuves suivantes. » ajoute le Polonais.

L’épreuve suivante justement se déroulera au Mexique ce week-end sur un tracé atypique situé à plus de 2000 mètres d’altitude, ce qui aura inévitablement un impact sur les performances des monoplaces : « Le Mexique pose un défi unique avec son altitude. L’air est plus fin à 2000 mètres d’altitude et cela a un impact sur l’aérodynamique et le comportement du moteur. » nous confirme Budkowski.

« Les courses au Mexique sont souvent atypiques, car les voitures ont des ailerons réglés aux mêmes niveaux qu’à Monaco pour des appuis effectifs finalement semblables à Monza. Cela donne à la monoplace une sensation de légèreté et une adhérence faible. C’est également un défi de refroidir le groupe propulseur et les freins et les écuries ont tendance à utiliser toutes leurs solutions de refroidissement malgré des températures ambiantes normales. »

« C’est le début d’un enchaînement insolite et inédit nous emmenant de l’Amérique centrale à l’Amérique du Sud avant de nous rendre au Moyen-Orient. C’est excitant, mais ce sera difficile pour l’écurie et cela posera des contraintes logistiques importantes. C’est un moment clé de l’année où il faut rester soudés, veiller les uns sur les autres et préserver le moral de tous dans une période aussi intense. »

Avant le Grand Prix du Mexique, Alpine occupe toujours la cinquième place au championnat du monde des constructeurs avec dix points d’avance sur AlphaTauri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - Christian Horner : "Douze points, ce n'est rien"

Christian Horner : « Douze points, ce n’est rien »

F1 - Quel impact l'altitude de Mexico a-t-elle sur une F1 ?

Quel impact l’altitude de Mexico a-t-elle sur une F1 ?