Après des accidents en raison du DRS la FIA considère que c’est aux pilotes de gérer ce système

Le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, estime qu’il n’y a rien de mal à mettre en place une zone de DRS dans un virage, et souligne que c’est aux pilotes de mieux gérer ce système.

La FIA a introduit plusieurs nouvelles zones de DRS cette année afin d’augmenter le spectacle et les possibilités de dépassement en course, mais lors du dernier Grand Prix en Grande-Bretagne, des pilotes sont partis à la faute après avoir tenté de passer un virage avec le DRS ouvert.

Romain Grosjean a été le premier à se faire piéger à Silverstone lorsque le pilote Haas a voulu passer le virage 1 à fond DRS ouvert, sa course s’est terminée dans le mur de pneus, obligeant l’équipe américaine à changer le châssis de sa monoplace pour le reste du week-end.

Le second pilote à s’être fait piéger ce week-end fut Marcus Ericsson en course, ce qui a déclenché l’entrée en piste de la voiture de sécurité et relancé la course.

Bien que Charlie Whiting a révélé que cette zone en particulier n’a pas réellement aidé à augmenter le nombre de dépassements, il a défendu son utilisation et a déclaré que la gestion du DRS faisait partie du travail des pilotes.

« Je ne pense pas que cela ait vraiment aidé. » déclare Whiting. « L’idée était que les pilotes pouvaient être un peu plus proches qu’ils ne l’auraient été autrement, et donc dans une meilleure position pour attaquer dans la ligne droite entre les virages 5 et 6. »

« Je pense que les incidents avec les pilotes qui ont perdu le contrôle au virage 1 étaient dû au fait que leur DRS était ouvert, mais c’était le choix des pilotes. »

« C’est comme n’importe quel virage difficile pour les pilotes, parfois ils essaient de le prendre à fond et ils tournent. S’ils pensaient pouvoir le faire, ils pouvaient essayer, mais ce n’était pas une obligation. »

Bien que la situation à Silverstone ait rajouté un certain défi aux pilotes en piste, Whiting déclare qu’il n’est pas favorable à un retour en arrière en termes de réglementation, notamment en ce qui concerne l’utilisation du DRS sur tout le circuit comme dans le passé.

« Je ne pense pas que ce soit utile, car tout ce que vous faites c’est de créer des temps au tour plus rapides. Tout le principe du DRS est d’aider pour les dépassements et leur permettre de l’utiliser dans des endroits où ils peuvent l’utiliser uniquement en course me semble plus logique. Je ne serais pas en faveur d’un retour en arrière. »

Kubica possédait un accord avec Ferrari avant son accident de rallye

257 tours bouclés pour Pirelli à Silverstone ce mercredi