Avec sa pénalité, Red Bull doit être « efficace » dans ses choix

9 mars 2023
1
Red Bull handicap aero

Le directeur Red Bull, Christian Horner, a expliqué qu’en raison de la pénalité infligée à son équipe l’an dernier pour un dépassement du plafond budgétaire en F1 lors de la saison 2021, l’écurie de Milton Keynes se doit d’être particulièrement efficace dans ses choix de développement.

En 2021, l’équipe Red Bull a été épinglée par la FIA pour un dépassement « mineur » du plafond budgétaire imposé aux équipes inférieur à 5% et s’est donc vue proposer un ABA (un accord passé entre la FIA et l’équipe) par l’instance dirigeante. L’équipe autrichienne a accepté cette offre, ce qui veut dire qu’elle a  également accepté les sanctions associées qui sont les suivantes :

  • Red Bull a dû payer une pénalité financière de 7 000 000 USD à la FIA dans les 30 jours suivant la date d’exécution de l’ABA
  • Red Bull a reçu une pénalité sportive mineure sous la forme d’une limitation de la capacité de RBR à conduire des essais aérodynamiques pendant une période de 12 mois à compter de la date d’exécution de l’ABA par l’application d’un abattement de 10 % sur le Coefficient C servant au calcul des essais individuels restreints en soufflerie (RWTT) et fluide informatique restreints (Limites de dynamique (RCFD) applicables à chaque équipe telles que définies à l’Article 6 de l’Annexe 7 du Règlement Sportif FIA de la Formule 1). Par exemple, si le coefficient C, basé sur la position au championnat de RBR est de 70 %, la nouvelle valeur effective de C sera : CNEW=70 % x (1-0,10) = 63,0 %
  • Red Bull a aussi dû prendre en charge les frais encourus par l’Administration du plafonnement des coûts dans le cadre de la préparation de l’ABA

Le non-respect par Red Bull des conditions de l’ABA entraînera un autre manquement à la procédure en vertu des articles 6.30 et 8.2(f) du Règlement financier et renvoi au comité d’arbitrage du plafonnement des coûts. L’ABA ayant été signé au mois d’octobre 2022 (le 26 octobre), l’écurie de Milton Keynes verra donc sa pénalité purgée entièrement au mois d’octobre 2023.

L’équipe Red Bull ayant terminé en tête du championnat du monde 2022 de Formule 1, cette dernière est donc l’écurie bénéficiant du moins de temps en soufflerie cette saison et doit également ajouter un handicap supplémentaire de 10% au 70% (je vous explique le fonctionnement du handicap aéro plus bas dans cet article).

Lorsqu’on demande à Christian Horner à quel point son équipe a été impactée jusqu’à présent par cette pénalité, le Britannique a répondu : « Pour nous, l’efficacité est un mot clé, encore plus avec le handicap d’avoir perdu 10% de temps en soufflerie. » explique Christian Horner.

« Donc, encore une fois, l’équipe a fait un travail incroyable pour que nous soyons compétitifs. Mais bien sûr, ce handicap vaut pour une période de douze mois, donc, il nous reste encore huit ou neuf mois à tenir. »

« Cela signifie que nous allons devoir être très sélectifs et extrêmement efficaces dans la façon dont nous développons cette voiture et celle de l’année prochaine. »

Justement, lorsqu’on lui demande s’il pense que cette pénalité aura finalement un impact plus important  sur la monoplace de la saison 2024, Horner a répondu : « Cela dépend vraiment s’il y a des changements dans la réglementation. »

« Mais vous savez, nous nous attendons à une réglementation stable. Après bien sûr, c’est un inconvénient, c’est un handicap d’avoir non seulement la différence incrémentale que vous pouvez avoir en étant premier du championnat et en plus de cela 10% supplémentaires. »

« Donc, nous sommes à 15% de moins que [Ferrari] et 20% de moins que Mercedes [Ferrari a terminé deuxième en 2022 et Mercedes troisième, ndlr] et ainsi de suite. »

« Pour nous, c’est un chiffre important et il s’agit donc d’être efficace, d’être efficace dans tout ce que nous appliquons. Nous devons choisir ce que nous testons dans le tunnel et comment nous développons à la fois la RB19 et la RB20. »

Fonctionnement du handicap aéro

Depuis 2022, les équipes seront soumises à des restrictions d’essais aérodynamiques plus strictes incluant le temps passé en soufflerie et le CFD. Ces restrictions sont basées sur la position d’une équipe au championnat du monde l’année dernière. Pour faire très simple, l’équipe Red Bull qui a remporté en 2022 le championnat du monde des constructeurs n’a obtenu en 2023 que 70% du temps disponible pour le développement aérodynamique de sa monoplace, tandis que la dernière équipe du classement (Williams) a obtenu pour sa part 115% du temps.

En fonction du classement de l’an dernier, les équipes sont départagées en intervalle de 5% (exemple : Williams a obtenu 115%, AlphaTauri 110%, Haas 105%, Aston Martin 100%…). Ces restrictions sont élaborées à deux moments chaque année : en prenant les positions finales de la saison précédente et en fonction des positions au 30 juin de l’année en cours (ci-dessous, le classement de la saison 2022).

EquipeMoteur Points
1-Red Bull HRC759
2-Ferrari Ferrari 554
3-Mercedes Mercedes 515
4-Alpine Renault 173
5-McLaren Mercedes 159
6-Alfa Romeo Ferrari 55
7-Aston Martin Mercedes 55
8-Haas Ferrari 37
9-AlphaTauri HRC35
10-Williams Mercedes 8

1 Comment

  1. Donc s’il n’avait pas été pénalisé ils auraient mis un tour a tout le monde.

    L’avantage de RedBull l’année dernière était telle que 10 ou 15% de soufflerie en moins sont passés inaperçus quand aux performances. AMHA

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.