renault f1

Avec un budget de 150 millions, Renault ne sera pas impactée par la limite budgétaire en 2021

Le directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul, a déclaré que son équipe ne serait pas impactée par la limite budgétaire en 2021.

Selon Cyril Abiteboul, l’équipe Renault F1 dépense chaque année aux alentours des 150 millions de dollars en catégorie reine du sport automobile, soit 25 millions de moins que la limite de 175 millions qui entrera en vigueur en F1 en 2021.

Pour le directeur général de Renault Sport Racing, son équipe ne sera donc pas impactée par cette limite budgétaire imposée aux équipes en 2021 contrairement à des très grosses structures comme Mercedes ou Ferrari.

« Ça ne va pas réellement impacter notre budget puisqu’on opère aujourd’hui largement en dessous. Il y a une inflation annuelle qui fait que progressivement on va s’approcher, on va flirter avec cette limite de 175 millions de dollars pour un périmètre donné mais on n’a pas du tout besoin de restructurer ou de perdre des gens ou faire les choses différemment. » a déclaré Abiteboul au micro de Canal+.

« En revanche, là ou ça va nous aider, c’est que ça va améliorer notre compétitivité puisque, là où on n’a pas besoin de prendre de mesures particulières, d’autres vont devoir se réorganiser complètement, perdre un certain nombre de personnes, travailler différemment, être beaucoup plus efficaces. »

« En constatant qu’une écurie comme Mercedes perde pas loin de 200 – 250 personnes sur le périmètre en question donc forcément leur situation de compétitivité va s’en trouver impactée. Je ne m’attends pas à ce que ça ait un impact direct en 2021 et que des victoires nous soient garanties mais en revanche sur une durée suffisamment longue forcément ça va permettre à de nouvelles forces d’émerger, dont j’espère l’équipe Renault. »

Interrogé pour savoir s’il pensait que certaines grosses équipes allaient dépenser plus, Cyril Abiteboul répond : « Oui, c’est un problème. C’est un problème qu’on a « flagué », que j’ai flagué il y a six mois un an, en poussant pour un budget de cap anticipé pour 2020 précisément pour limiter le coût du développement de la saison 2021. »

« Evidemment, les top teams n’ont pas voulu pour essayer de prendre autant d’avance que possible maintenant ce problème est identifié. Ce n’est pas parce qu’il est identifié qu’il faut tout mettre à la poubelle et qu’il ne faut pas faire un règlement de budget de cap mais encore une fois il ne faut pas s’attendre à ce que ce règlement, d’un coup de baguette magique, change tout pour 2021, non c’est dans la durée que ça doit s’inscrire et c’est dans la durée qu’il faudra juger ce nouveau règlement. »

« Ce règlement, c’est un processus participatif pour utiliser un mot à la mode, tout le monde a pu s’exprimer, ça ne veut pas dire que tout le monde a été entendu. Ça a été un compromis, par exemple nous on poussait sur 150 millions qui est le budget sur lequel on se situe aujourd’hui, finalement c’est 175. »

« Je le comprends puisque encore une fois, il y en a qui opère à 250. C’est ce type de compromis qu’il a fallu faire de la même façon que pour la standardisation, la simplification du règlement aérodynamique. »

« Il y a eu un dernier petit coup de lobby des top teams pour rouvrir le dossier du règlement aero qui a été écouté à 10-20% par la FIA et la Formula 1 mais encore une fois la substance et l’esprit du règlement sont fidèles à ce que Chase [Carey] et son équipe souhaite depuis le début et ça a été très bien mis en oeuvre avec des personnes comme Nikolas Tombazis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

lewis hamilton mercedes

EL2 : Hamilton le plus rapide, Grosjean dans le rail

carlos saine mclaren

Carlos Sainz n’a pas du tout aimé les pneus Pirelli 2020