F1 - Carlos Sainz en colère contre lui-même après son erreur à Bakou
in

Carlos Sainz en colère contre lui-même après son erreur à Bakou

Le pilote Ferrari Carlos Sainz était très en colère contre lui-même après le Grand Prix d’Azerbaïdjan en raison d’une erreur commise après son arrêt au stand et qui lui a couté des positions.

Cinquième sur la grille de départ du Grand Prix d’Azerbaïdjan, Sainz a perdu une position dès le départ lorsque la Red Bull de Sergio Perez – le vainqueur de l’épreuve – l’a dépassé dans le premier tour.

A la fin du dixième tour de course, le pilote Ferrari a effectué un arrêt pour chausser des pneus Durs sur sa monoplace, mais en arrivant au virage 8 lors de son tour de sortie des stands, l’Espagnol a tiré tout droit après avoir bloqué ses roues avant au freinage.

Carlos Sainz a immédiatement exprimé sa frustration à la radio après son erreur avant de s’excuser auprès de son ingénieur, alors que cette erreur l’a fait passer de la P11 à la P15.

Sainz n’a donc pas eu d’autre choix que de remonter dans le peloton pour espérer retrouver le top dix, il franchira finalement la ligne d’arrivée à la huitième place, quatre positions derrière son coéquipier Charles Leclerc.

« Je suis très en colère contre moi-même. » a déclaré Carlos Sainz aux médias après le Grand Prix d’Azerbaïdjan.

« Une fois de plus je n’ai pas réussi à tout mettre en place durant tout le week-end. J’ai beaucoup souffert avec les pneus, tant après le restart derrière la Safety Car qu’au deuxième départ où j’avais du mal à chauffer les pneus avant. J’ai eu beaucoup de blocages à l’avant et cela m’a couté beaucoup de positions. »

Lorsqu’on lui a demandé d’expliquer son erreur au virage 8, l’Espagnol a répondu : « En gros, lorsque je suis sorti des stands sur les pneus Durs, j’ai été très surpris par le manque d’adhérence. »

« En fait, nous n’avons roulé avec les Durs que pendant les EL1 et lors du warm-up. Comme la piste était plus chaude, ce n’était pas un problème. »

« Mais quand j’ai quitté les stands avec les pneus Durs, j’ai eu beaucoup de mal, notamment avec des blocages sur les roues avant. Au virage 8, j’ai mal évalué l’adhérence et j’ai probablement perdu de la concentration en pensant à autre chose. J’ai juste freiné un peu trop tard, un peu trop fort, ce qui signifie que j’ai bloqué les deux roues avant et j’ai décidé de prendre l’échappatoire plutôt que de prendre le mur. »

« Je pense que j’ai perdu au moins 20 ou 25 secondes et j’ai tué mes deux pneus avant. Donc évidemment, j’étais vraiment, vraiment en colère. »

« Ma remontée à partir de là était plutôt bonne, j’avais quand même du rythme, malgré les plats sur mes pneus avant. J’avais le rythme auquel je m’attendais et c’était une bonne chose. »

« Mais comme je l’ai dit, j’ai bloqué les roues avant lors des deux départs et au virage 8 avec les pneus Durs, donc, c’était clairement une faiblesse que je dois corriger. Je dois essayer de me sentir un peu plus à l’aise dans ces conditions et voir comment je peux m’améliorer et atténuer cela. »

Malgré ses problèmes avec les pneumatiques Durs, Carlos Sainz retire tout de même beaucoup de positif de son week-end à Bakou, parce que les Ferrari étaient clairement dans le rythme en Azerbaïdjan, Charles Leclerc ayant même décroché la pole position le samedi.

« De toute évidence, le rythme n’a pas été un problème. Le rythme a été soutenu tout le week-end et le rythme de course, même s’il est derrière Red Bull et Mercedes, est quand même fort. Donc je prends quand même les points positifs, le rythme de la voiture est très bon. »

« Mais je dois vraiment m’améliorer avec les sensations sur des pneus froids, parce que cela m’aidera à organiser mon week-end complet. Je suis certain que pour la prochaine course, une fois que j’aurais analysé cela, je reviendrai plus fort. »

La prochaine course se disputera du 18 au 20 juin sur le circuit Paul Ricard dans le cadre du Grand Prix de France.

F1 - Horner impressionné par le rythme de course "phénoménal" de Perez à Bakou

Horner impressionné par le rythme de course « phénoménal » de Perez à Bakou

F1 - Un peu déçu, Binotto s'attendait à mieux pour Ferrari à Bakou

Un peu déçu, Binotto s’attendait à mieux pour Ferrari à Bakou