Restez connectés

Bonjour, que recherchez-vous ?

Grand Prix de France

Comment les équipes se préparent à une nouvelle piste ?

Grand Prix de France : Les équipes seront toutes logées à la même enseigne ce week-end au Paul Ricard avec un tracé qu’elles ne connaissent que sur simulateur.

Comment une équipe de Formule 1 se prépare t-elle à rouler sur un tracé sur lequel il n’y a jamais eu aucun Grand Prix ? Mercedes nous donne quelques indications.

Comment l’équipe s’est t-elle préparée au circuit Paul Ricard ? 

“Ce week-end marque le retour du Grand Prix de France au Paul Ricard, un circuit qui a considérablement évolué depuis la dernière course de Formule 1 en 1990. Cela présente aux équipes une série de défis intéressants.”

“La première étape dans la préparation du GP de France était de générer des cartes précises du Paul Ricard, qui comporte un tour de 5.842 km (composé de 15 virages, six à gauche et neuf à droite).”

“La manière la plus simple de les créer est de dessiner des plans du circuit, en connaissant les bordures et la topographie, mais la plupart des équipes essaieront aujourd’hui d’utiliser des cartes Lidar (Light Detection and Ranging) générées au laser, qui sont encore plus précises.”

“En plus de la haute précision, les cartes Lidar offrent un autre avantage: elles contiennent toutes les caractéristiques visuelles de la zone, elles seront donc utilisées pour le simulateur Driver-In-Loop (DIL) car elles donnent aux pilotes la reconnaissance visuelle correspondant à ce qu’ils voient dans la réalité.”

“L’équipe a également besoin de cartes précises pour ses autres outils de simulation, qui recueillent des données et repèrent les chiffres, donnant à l’équipe une première direction sur la façon d’aborder le week-end. Cependant, pour une nouvelle piste, la trajectoire de course pour les simulations sera dérivée des tours DIL”

Quelles sont les principales caractéristiques de la piste et que signifient-elles pour l’installation de la voiture ?

“Les équipes de F1 ne se rapprochent pas vraiment d’une nouvelle piste en disant” c’est un circuit de freinage lourd “ou” c’est une piste longue et droite.  mais elles passent à travers de nombreux réglages et configurations dans le simulateur pour comprendre les points les plus critiques – dont l’un est le niveau de l’aileron qui sera choisi.”

“Donc, ils vont faire beaucoup de tours dans le simulateur avec différents niveaux d’aileron arrière, en équilibrant cela sur l’aileron avant et en voyant ce qui est le plus rapide et ce qui est le plus lent.”

“A cause de la chicane dans la ligne droite arrière (Mistral) , les lignes droites ne sont pas particulièrement longues sur le Paul Ricard, les pilotes passent aussi un temps raisonnable dans les virages: en effet, du virage 3 au virage 7 et du virage 10 au virage 15.”

“Les lignes droites relativement courtes et le nombre de virages placent le circuit à l’extrémité supérieure au niveau de l’appui aérodynamique.”

“Nous attendons 46 changements de vitesse par tour, avec des pilotes à plein régime pour 58% du tour et 70% de la distance au tour.”

“Les virages 10 et 13 sont prévus à fond, tandis que le virage 11 permettra aux pilotes de tirer  sur les force-G les plus élevées, atteignant 4,1 G à ce virage, les vitesses maximales étant de l’ordre de 325 km / h.”

Quels autres facteurs sont importants quand il s’agit de simulations?

“Les équipes vont également essayer de savoir où se trouve leur voiture en termes de freinage, afin de pouvoir décider du refroidissement à effectuer sur la voiture dès le démarrage du week-end.”

“Nos simulations nous permettent de penser que l’énergie de freinage sera faible en France. Le caractère cahotique de la piste est également important pour les simulations, car elle détermine la hauteur de conduite de la voiture: plus il y a d’ondulations, plus le besoin de souplesse et de conformité dans la voiture sera grand, au détriment des performances aérodynamiques.”

“La surface du Paul Ricard a été refaite récemment, donc l’asphalte devrait être très lisse et présenter quelques bosses, mais c’est quelque chose que l’équipe étudiera et réévaluera quand elle arrivera sur le circuit.”

“Les nouveaux goudrons sont généralement de couleur plus foncée, donc ils deviennent très chauds au soleil, donc nous devons regarder les températures ambiantes à cette période de l’année pour comprendre ce genre d’éléments.”

Y a-t-il des éléments que l’équipe ne peut pas simuler ?

“L’équilibre de la voiture – essayer de comprendre où les pilotes vont avoir un sous-virage et un survirage – est généralement plus délicat à simuler, car l’équilibre de la voiture est en grande partie lié à la température des pneus. dans chaque virage ainsi que la piste et les températures ambiantes.”

“Parce que les outils de simulateur ne donnent pas de réponses précises aux questions d’équilibre de la voiture, l’équipe s’appuie sur son expérience et – sur une nouvelle piste comme la Paul Ricard, un peu sur l’improvisation.”

“Cependant, l’équipe peut voir les similitudes entre une piste comme le Paul Ricard et d’autres sites du calendrier, ce qui peut aider à équilibrer l’équilibre aérodynamique et mécanique.”

“Par exemple, l’équipe peut regarder d’autres pistes de F1 que nous avons déjà visitées ou visitées dans le passé et qui ont été refaites, pour connaître certaines des caractéristiques d’un tarmac refait.”

“Il sera généralement plus lisse et absorbera plus de chaleur en raison de sa couleur plus sombre.L’équipe peut également voir s’il existe des types de virages similaires pour l’équilibre des choses et des températures ambiantes similaires pour comprendre les exigences et les exigences de refroidissement.”

Est-ce que l’équipe effectue plus de simulation quand c’est une nouvelle piste?

“Évidemment, il faut construire de nouvelles cartes de piste et les rentrer dans les simulateurs, mais en termes de fonctionnement, non.”

“Les pilotes pourraient passer un peu plus de temps dans le DIL que d’habitude, afin d’apprendre à connaître la disposition et le flux des virages, mais en termes de configuration de la voiture, l’équipe passe simplement par les balayages normaux de l’information.”

“Donc, ce n’est pas si différent de la façon dont l’équipe aborde les week-ends où nous avons beaucoup de données historiques.”

“Une fois que les voitures ont touché a piste pour la première fois le vendredi, l’équipe va relancer les paramètres des simulations du jour au lendemain pour s’assurer que cela fonctionne au bon endroit.”

Quel est le défi le plus difficile pour les pilotes?

“Les pilotes devront d’abord apprendre la piste, mais cela ne leur prend généralement pas beaucoup de temps, l’objectif principal étant d’affiner les lignes qu’ils prennent dans les virages.”

“Parce que beaucoup de virages au Paul Ricard sont interconnectés, il y a beaucoup de possibilités de passer du temps entre les uns et les autres, donc de trouver du temps dans un endroit mais de perdre un peu ailleurs et de sortir plus vite.”

“Cela est particulièrement vrai pour la section du virage 3 au 7, donc c’est quelque chose avec lequel ils peuvent jouer dans le simulateur pour trouver les bonnes lignes et les bordures qu’ils peuvent utiliser.”

“Certains détails du circuit, cependant, ne seront entièrement compris lorsque les pilotes couront réellement sur la piste – des bosses individuelles dans le tarmac aux bordures particulièrement agressives qui pourraient déranger la voiture.”

“Les simulations permettront aux pilotes de prendre conscience de ces particularités et de ces caractéristiques spécifiques, où ils vont être et comment les aborder.”

“Les limites de piste seront également intéressantes du point de vue du pilote, car il n’y a pas de murs, de gravier ou d’herbe en bordure du tarmac en France, c’est une piste très ouverte avec beaucoup de dégagements, qui pourrait poser des problèmes dés vendredi.”

© F1only.fr News F1 24/7 - Toute l'actualité de la Formule 1. 2015-2023 - Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits. En qualité de média spécialisé sur la F1, F1only.fr est accrédité sur les GP de Formule 1 tout au long de la saison.