De Ferran : « Comprendre les faiblesses de McLaren sera crucial pour aller de l’avant »

Le nouveau directeur sportif de l’équipe McLaren, Gil de Ferran, affirme que la compréhension des faiblesses chroniques actuelles de l’équipe sera une étape cruciale pour faire évoluer McLaren et l’aider à revenir sur le haut de la grille.

Gil de Ferran remplace depuis la semaine dernière Eric Boullier, qui a été remercié par McLaren en raison des résultats peu flatteurs ces dernières années. Un poste qu’il occupe depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne et qu’il compte honorer en offrant à l’équipe britannique les résultats escomptés en s’appuyant sur son expérience personnelle.

« Je pense que je dois le succès que j’ai eu en tant que businessman ou derrière le volant au fait que j’ai vraiment essayé de comprendre quelles étaient mes faiblesses. » explique Gil de Ferran à Motorsport.com.

« Je n’avais pas peur de me regarder dans le miroir et de me dire : ‘J’aurais pu faire mieux ici, j’aurais pu faire mieux là-bas, comment puis-je m’améliorer ? « 

« C’est vraiment le genre de philosophie que j’apporte à mon travail, à l’origine, en tant que conseiller de Zak [Brown, PDG de McLaren], c’est comme ça que je regardais les choses et je continuerai à le faire ainsi, mais avec plus de responsabilités. »

« J’ai réalisé très  tôt dans ma vie que le succès n’arrive jamais seul, vous n’obtenez pas le succès par vous-même. Très peu de gens dans la vie sont capables de réaliser eux-mêmes certaines choses, la plupart d’entre eux font partie d’une équipe. »

« Il est clair pour moi que l’équipe a beaucoup de talents, partout où vous regardez il y a des gars intelligents. Il y a certainement beaucoup de talents et beaucoup de cerveaux. Il s’agit juste de savoir comment former une équipe, travailler ensemble et amener les gens à se sentir concentrés et motivés. »

« C’est ainsi que je travaille personnellement, c’est la philosophie que j’apporte à mon travail. Le domaine clé ici est la communication, la clarté sur certaines choses, je pense que cela nous aidera à aller de l’avant. »

Mercedes et Ferrari optent pour la même stratégie de pneus en Allemagne

Villeneuve : « Raikkonen aurait eu une pénalité moins importante s’il avait touché Bottas »