in

Edoardo Mortara : « Cette GEN2 a quelque chose d’unique »

Plus que quelques jours avant le lancement de la saison de Formule E le 15 décembre à Riyad. À cette occasion, l’écurie Venturi était au Palais Princier de Monaco avec sa GEN2 et son line-up.

F1Only.fr a pu s’entretenir avec Edoardo Mortara, qui éclaircit pour nous le fonctionnement de la nouvelle monoplace.

« Avec cette GEN2, on a quelque chose d’unique. » nous confie Edoardo Mortara. Agressive et aguicheuse à la fois, elle intrigue, tout comme sa vitesse maximale de 280 km/h. « Les versions précédentes des Formule E ressemblaient beaucoup à une F1. Là, pour les fans, c’est facile de reconnaître une authentique Formule E. Son design est extraordinaire. » note Mortara.

Se servir du passé pour améliorer le présent

Mais malgré un design futuriste, l’aérodynamisme en Formule E n’est pas l’aspect le plus important selon Mortara : « Le but en Formule E n’est pas de développer l’aérodynamisme comme en F1. On a plus d’aileron arrière pour faire de réglages. »

« Certes, on peut encore modifier l’aileron avant, mais cela n’a pas énormément d’impact. (…) L’important est de développer le groupe motopropulseur et les solutions électriques. »

Pour autant, les premières versions des Formule E ne sont pas à jeter à la poubelle. « Les logiciels utilisés sur les anciennes voitures ainsi que le travail effectué vont permettre d’exploiter les performances de la GEN2. » souligne le pilote Venturi

Un nouveau système de freinage

Pour tirer le maximum de la voiture, Mortara doit aussi s’adapter aux innovations techniques. Notamment le brake-by-wire, déjà présent en F1.

Ce système donne un meilleur contrôle électronique au niveau des freins arrière. Utile pour accélérer la régénération. « C’est complètement nouveau. Avant c’était un système mécanique qui gérait la partie mécanique du freinage. »

Ces éléments nouveaux permettent de redistribuer les cartes au sein du championnat : « On peut avec un bon travail pouvoir faire la différence sur ces nouveaux éléments. » 

Celui qui a terminé 13la saison dernière (avec une seconde place en Hong-kong) est ravi de faire partie de l’équipe Venturi. « C’est une écurie avec 4 saisons de FE. Ils ont développé des compétences très spécifiques. »

« On a aussi la chance d’avoir des partenaires comme ZF et Rohm, qui sont des groupes énormes pour nous aider au niveau des logiciels. »

« Tous ensemble, on espère avoir une voiture qui va se battre aux avant-postes du championnat. »  Nous aurons un début de réponse le 15 décembre…

Entretien réalisé par Daniel Ortelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Zak Brown assure que la MCL33 a été développée jusqu’au GP des Etats-Unis

Jan Magnussen est fier de voir son fils « établi » en Formule 1