Ericsson : « Sauber était en mode survie pendant deux ans et demi »

Après quatre saisons passées chez Sauber-Alfa Romeo, Marcus Ericsson a quitté la Formule 1 pour rejoindre le championnat d’Indycar en 2019.

Le pilote suédois a pu constater une sérieuse évolution de son équipe au cours des quatre dernières années, notamment l’énorme différence en terme de compétitivité entre 2015 et 2018, où Sauber a terminé à la huitième place au championnat des constructeurs.

« Quand je suis arrivé ici [chez Sauber], nous avons eu un bon début de saison en 2015, avec des courses solides, des résultats probants et beaucoup de points. » explique Ericsson dans des propos relayés par Race Fans.

« Mais à partir de la moitié de la saison, cela est devenu une sorte de course en mode survie pendant deux ans et demi. »

Sauber a rencontré des problèmes financiers qui ont conduit à son acquisition par la société d’investissement Longbow en 2016.

L’écurie suisse a ensuite dû s’équiper de moteurs « vieux » d’un an, ne permettant pas à Marcus Ericsson de marquer le moindre point.

« Ce fut une période très, très difficile pour l’équipe. Nous étions vraiment en difficulté, nous étions de moins en moins compétitifs et cela rendait la tâche très difficile pour nous en tant que pilote. Nous nous sentions vraiment au fond. »

En 2017, un accord avec Honda, signé par l’ancienne patronne de l’équipe, Monisha Kaltenborn, a été immédiatement rompu par Frederic Vasseur [team principal] dés son arrivée chez Sauber, permettant à l’équipe de s’équiper du moteur Ferrari 2018.

« Nous avons réussi à inverser la tendance et à faire partie de la transformation que nous avons connue au cours des 12 derniers mois. » souligne Ericsson.

« Je suis fier d’avoir fait partie de cela, cette saison a été vraiment excellente pour l’équipe et pour moi aussi. »

« C’est pour cela que c’est triste de ne pas pouvoir continuer, car nous avons maintenant l’impression que nous commençons vraiment à avoir un bon rythme en tant qu’équipe, à nous battre plus haut dans le peloton, et cela aurait été bien de pouvoir continuer ainsi l’année prochaine. »

« Mais c’est comme ça, je suis toujours fier de ce que j’ai fait, même si je pense que cela aurait bien de pouvoir continuer l’an prochain. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Felipe Massa : « On ne peut pas comparer la F1 et la FE »

Lewis Hamilton teste une Superbike à Jerez