safety car melbourne F1

Privé de salaire, le pilote de la Safety Car attend lui aussi la reprise de la F1

Le pilote de la Safety Car ne perçoit aucun salaire lorsque la F1 ne se produit pas et attend donc lui aussi avec impatience le début de saison.

Pilote officiel de la Safety Car en F1, Bernd Mayländer se retrouve comme beaucoup d’autres personnes au chômage technique depuis le début de la crise du coronavirus.

En raison de l’épidémie, la saison 2020 de F1  n’a toujours pas débuté, alors que les dirigeants de la catégorie reine continuent de travailler en coulisses pour élaborer un nouveau calendrier compressé qui devrait comporter entre 15 et 19 courses cette année.

En plus des pilotes et des équipes, de nombreuses personnes dans le paddock (médias, techniciens, chauffeurs…) vivent grâce à la F1 et le pilote officiel de la voiture de sécurité, Bernd Mayländer, fait également partie des gens qui ne perçoivent aucun salaire lorsque la F1 ne se produit pas.

Comme beaucoup de personnes, Mayländer est pigiste pour le compte de la FIA et n’est payé qu’une fois sa prestation réalisée. Ce qui signifie qu’en cas d’absence de course, le pilote de la Safety Car ne perçoit aucun salaire.

« Je suis pigiste et je suis payé à la commande. » confirme Mayländer à AMUS. « C’est à dire qu’après un week-end de course, je ne peux émettre une facture que si j’ai effectué un servce. »

« Comme ce n’est pas possible pour le moment, parce qu’il n’y a pas de course, je ne gagne pas d’argent. J’ai essayé de réagir parce que c’était prévisible et j’ai essayé de réduire les coûts jusqu’à ce que les affaires reprennent. »

« J’espère pour nous tous que l’économie redémarrera en conséquence. Je suis dans une situation relativement confortable. »

Pendant le confinement, Bernd Mayländer patiente sagement chez lui et s’occupe de ses deux enfants en bas âge, un rôle difficile pour ce papa qui fait le tour du monde chaque année.

« Ma femme est orthophoniste et a deux cabinets dans la région. Les garderies sont fermées et je n’espère pas que ça continuera comme ça jusqu’à cet été, parce que ça va être difficile avec les deux enfants. »

« C’est un travail à temps plein. Mes garçons ont deux ans et démontent tout dans la maison. Je construis des pistes de course, un train, je fais de la gymnastique. Vous devriez en fait faire des vidéos et les lire plus tard et vous dire que vous l’avez fait pendant la phase corona. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…