Frederic Vasseur se sent mieux chez Sauber que chez Renault

Frederic Vasseur, qui a quitté l’équipe Renault en 2017, assure que ses relations avec le personnel de l’équipe du constructeur français sont restées très bonnes, malgré quelques divergences d’opinions à l’époque avec le directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul.

Le manager français est désormais team principal de l’équipe Sauber depuis le mois de juillet 2017 et peut donc comparer les différences de fonctionnement entre les deux équipes, Vasseur insistant sur le fait qu’il ne souhaite surtout pas se plaindre de Renault.

« Je pense qu’il n’y avait pas une idée précise des définitions des rôles de chacun, et honnêtement, je me sens bien plus dans ma zone de confort chez Sauber car c’est plus ou moins une équipe de même taille que la structure que je dirigeais auparavant. » explique Vasseur au site de la Formule 1.

« Honnêtement, je ne me plains pas de Renault parce que je connaissais auparavant [la politique intrerne] et que j’ai aussi commis des erreurs de mon côté, alors je ne m’en plains pas du tout. »

« Maintenant, je suis assez heureux parce que j’ai maintenu de bonnes relations avec tout le monde chez Renault et que nous volons souvent ensemble. »

« Alors ça va pour moi, je ne veux pas me battre avec eux. Mais j’ai probablement rejoint le groupe à un moment où la dynamique n’était pas au rendez-vous. Et donc je me suis arrêté.« 

« Ce nouveau chapitre de ma carrière chez Sauber est plus qu’un travail à plein temps avec 21 courses par an, honnêtement c’est un peu trop, mais je n’ai pas à me plaindre. J’aime ce projet parce que c’est une petite structure. »

« Je n’ai pas le confort que je pourrais avoir chez Renault, mais nous avons beaucoup plus d’agilité et le budget est décent, même si nous devons nous améliorer de ce côté pour l’avenir car l’objectif est de grimper dans la hiérarchie. »

« Je n’ai jamais dit avant la saison que nous devions être P3, P2. Nous avons tellement de domaines à améliorer que je pense que la première approche consiste à améliorer chaque département, que ce soit en termes de production, de conception, d’aéro, etc. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Hartley voit une chance de briller au Brésil

Certaines équipes commencent à critiquer le nouvel aileron avant 2019