Restez connectés

Bonjour, que recherchez-vous ?

Grand Prix de Monaco

La charge de travail est colossale au volant d’une F1 à Monaco

A Monaco, la charge de travail sur un seul tour pour un pilote de Formule 1 est juste colossale et est rendue bien plus difficile que sur d’autres tracés en raison de la nature même du circuit urbain de Monaco

F1 - La charge de travail est colossale au volant d'une F1 à Monaco

La Formule 1 débarque à Monaco ce week-end pour la cinquième manche du championnat du monde 2021 sur un tracé urbain réputé difficile pour les pilotes.

Un pilote de F1 a déjà en temps normal sur un circuit « plus classique »  une charge de travail importante dans son cockpit, mais à Monaco, la charge de travail est accrue et rendue bien plus difficile que sur des tracés plus conventionnels.

A Monaco, sur un seul tour les pilotes effectuent 50 changements de rapports (25 montées et 25 rétrogradations). Avec une vitesse de pointe de seulement 290 km / h, contre 350 km / h à Monza, les 50 changements de rapports qu’un pilote effectue à chaque tour n’impliqueront jamais la huitième vitesse. Cependant, à Monaco, ils utilisent la première vitesse (à l’épingle), ce qui est une rareté en F1.

Sur une voiture de Formule 1 moderne, le pilote dispose d’un volant multifonction permettant une gamme limitée de changements de configuration à effectuer à grande vitesse sur la piste, d’un virage à l’autre. La majorité des changements de configuration, cependant, doivent être effectués dans le garage.

Les commutateurs rotatifs et les boutons sur le volant permettent au pilote d’ajuster un certain nombre de paramètres de configuration, notamment l’équilibre des freins, les modes de puissance du moteur, les taux de frein moteur et les ajustements de différentiel pour encourager le survirage ou le sous-virage.

Mais sur un circuit comme Monaco où il n’y quasiment aucune ligne droite et que la plus grande ligne droite du tracé ne dure que cinq secondes, les réglages sur le volant sont extrêmement difficiles à réaliser.

« Tout est question d’essais, de répétitions et de préparation. » nous explique le pilote Mercedes Valtteri Bottas à la veille du Grand Prix de Monaco.

« Cela n’a rien de facile, mais cela devient plus facile au fil du temps avec des essais et certaines actions deviennent automatiques. »

« Vous essayez vraiment de travailler sur la mémoire musculaire pour certaines choses et vous commencez au fil du temps à savoir dans quels virages vous pouvez modifier les paramètres sur votre volant. »

F1-Formule-1-F1-News-actu-F1-Lewis-Hamilton-Vettel-Alpine-F1

Une pression indésirable de la part du pilote sur l’un des boutons du volant est également prise en compte à Monaco en raison de l’épingle à cheveux serrée – le virage le plus lent du calendrier de la F1 et pris en première vitesse.

A cet endroit, les pilotes sont obligés de croiser complétement les bras pour braquer le volant en butée avec un angle de 180 degrés, ce qui conduit parfois à des changements involontaires sur le volant.

Pour lutter contre cela, des protections spécifiques sont mises en place sur le volant lors du Grand Prix de Monaco. La conception des boutons et des commutateurs rotatifs eux-mêmes est dérivée des commandes des avions de combat – un environnement similaire à haute vitesse et à stress élevé avec un opérateur portant des gants.

La concentration

Monaco étant un tracé situé en plein centre ville, le pilote a une multitude d’objets dans son champ de vision lorsqu’il roule, ce qui ne facilite pas la tâche lorsqu’il s’agit de chercher des repères pour les points de freinage.

« Visuellement, c’est assez occupé, surtout à Monaco. Il y a vraiment beaucoup de choses à surveiller, donc c’est vraiment difficile d’un point de vue mental. » explique Bottas.

« Vous êtes toujours en train de choisir différents points de référence pour essayer d’être plus rapide. »

C’est particulièrement difficile sur une piste comme Monaco, qui est étroite et sinueuse, avec des virages aveugles et des surprises potentielles dans chacun de ses 19 virages (huit à gauche et 11 à droite).

Au fur et à mesure que le week-end avance, les pilotes se concentrent sur différents points de référence pour choisir les lignes les plus rapides, les derniers points de freinage et gagner progressivement en confiance. Ceci est particulièrement crucial à Monaco, sachant que tout accident lors des séances d’essais pourrait limiter leur roulage et même leurs chances de participer aux qualifications.

renault moteur mclaren

Donc, le secret de la maîtrise à Monaco est vraiment la cohérence, la vitesse de construction tout au long du week-end et la livraison d’un crescendo continu vers ce temps au tour ultime (doucement le jeudi et de plus en plus vite au fil des séances).

Une charge de travail colossale

Avec des possibilités de dépassement limitées à Monaco, le rythme sur un seul tour en qualifications est vital, ce qui oblige les pilotes à faire en sorte que la voiture franchisse la ligne de départ dans une position optimale pour commencer le tour chronométré.

Le pilote ajustera son équilibre de freinage en continu tout au long du tour tout en accélérant et en freinant pour générer de la température dans les freins et les pneus, tout en chargeant également le système ERS afin d’avoir une puissance maximale à déployer sur le tour chronométré.

Le pilote recevra fréquemment des commentaires de son ingénieur de course à la radio, en gardant les yeux sur les rétroviseurs pour le trafic et en sélectionnant le bon mode de l’unité motrice pour obtenir le meilleur temps.

La charge de travail d’un pilote sur chaque piste de course diffère selon qu’il participe aux qualifications ou à la course. En qualifications, tout est question de performances maximales et de poussée à la limite absolue, donc l’intensité est à un niveau complètement différent.

Mais en course, le pilote pense à bien plus que la performance absolue du tour, avec un état d’esprit à plus long terme, considérant la gestion des pneus, la gestion du carburant et de l’énergie, les Safety Cars et les batailles de position font également partie du package.

F1 - La charge de travail est colossale au volant d'une F1 à Monaco

Monaco est une piste pénible pour les pilotes parce qu’il n’y a aucun dégagement (ou très peu), juste des murs et des barrières, et la nature implacable du circuit est ce qui le rend si spécial, créant un défi unique pour les pilotes.

« Pour moi, personnellement, en termes de charge de travail pour le pilote, Monaco est le plus dur car il n’y a pas de temps pour se reposer. » insiste Valtteri Bottas.

« C’est littéralement virage après virage, et même les lignes droites ne sont pas vraiment droites, vous tournez toujours même juste un petit peu.« 

« La ligne droite principale est la plus grande, sinon la seule, le temps de respirer pour le pilote et même cela va assez rapidement dans une voiture de F1! C’est définitivement un défi. »

Tous ces paramètres ne sont peut-être pas perceptibles vu de l’extérieur et il est vrai que le Grand Prix de Monaco ressemble bien plus souvent à une procession qu’à une vraie course automobile, mais cela ne doit pas nous faire oublier les défis auxquels sont confrontés les pilotes tout au long du week-end dans leur machine.

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aimer

Grand Prix d'Arabie Saoudite

L'équipe Red Bull place Mercedes en grand favori pour le Grand Prix d'Arabie Saoudite, avant dernière manche du championnat du monde 2021

Grand Prix de France

Pour la première fois, vous allez pouvoir assister à une course de Formule 1 dans des conditions exceptionnelles avec transat, parasol, menthe à l'eau...

Opinion

Après avoir commis de nombreuses erreurs au cours des ses premières années en Formule 1, le Néerlandais Max Verstappen est désormais "prêt" pour décrocher...

News

La Formule 1 est en deuil ce dimanche 28 novembre à la suite de l'annonce du décès de Sir Frank Williams à l'âge de...

Saison 2021

Helmut Marko admet que Adrian Newey - actuel directeur technique de Red Bull - reste un élément essentiel dans l'organisation, bien que d'autres grands...

News

Ce dimanche 28 novembre 2021, Sir Frank Williams - fondateur de l'équipe Williams Racing - nous a quittés à l'âge de 79 ans. Le...

Grand Prix d'Arabie Saoudite

Pour la toute première fois de son histoire, la Formule 1 débarque en Arabie Saoudite cette semaine pour y disputer l'avant dernière manche du...

News

Jacques Villeneuve est aujourd'hui le dernier pilote à avoir décroché le titre mondial avec l'équipe Williams, c'était en 1997 lors de sa deuxième saison...

Annonce

© F1only.fr News F1 24/7 - Toute l'actualité de la Formule 1 - 2021 - Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits. En qualité de média spécialisé sur la F1, F1only.fr est accrédité sur les GP de Formule 1 tout au long de la saison.