Grosjean : « Les essais c’est sympa, mais la course c’est bien mieux »

Romain Grosjean est impatient de reprendre la course et de se retrouver sur la grille de départ du Grand prix d’Australie le 15 mars prochain.

Après la présentation de sa nouvelle monoplace, la VF-20, l’équipe Haas est en partance pour Barcelone afin de se préparer pour la première session d’essais qui va se dérouler du 19 au 21 février prochain.

Ces journées sont très importantes pour les équipes afin de mieux appréhender la saison, comme le souligne Romain Grosjean : « Vous savez que le kilométrage est essentiel, et vous devez monter autant que possible dans la voiture  pour vous assurer que vous avez tout découvert à son sujet. La conduite est différente et les tests, comme leur nom le dit, sont effectués pour tester beaucoup de choses. »

« Il est important d’avoir une bonne première impression de la voiture. Vous voulez vous sentir à l’aise dans une nouvelle voiture. Nous sommes normalement assez efficaces pour savoir rapidement si la voiture est bonne ou non. »

Mais malgré les premières bonnes impression de la VF-19 l’an passé, la saison a été de mal en pis pour l’écurie américaine. De quoi rendre Romain Grosjean méfiant : « Nous avons également beaucoup appris de 2019, lorsque les tests se sont bien déroulés, mais pas le reste de la saison. »

« Je pense que les problèmes étaient masqués par le fait que nous avions été rapides à Barcelone et en début d’année. »

« Ensuite, dans certaines courses, nous avons été rapides mais dans d’autres non. Nous utiliserons les tests pour couvrir autant de scénarios différents que possible. »

A la question de savoir quel est son moment préféré de l’année, le Français répond sans détour : « Le premier départ de course de la saison. Si vous êtes en Formule 1, vous êtes un pilote. Les essais c’est sympa, mais la course c’est bien mieux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

L’équipe Haas dévoile son programme pour les essais hivernaux

mercedes w11

Mercedes dispose d’un moteur pouvant fonctionner à de plus hautes températures en 2020