pietro-fittipaldi-haas-abou-dhabi

Haas va améliorer les procédures pour les nouvelles pièces

Depuis son arrivée en Formule 1 en 2016, le modèle économique de l’équipe Haas a fait couler beaucoup d’encre, notamment parce que l’écurie américaine se sert en grande partie des pièces Ferrari.

Le constructeur italien a signé un contrat de partenariat technique avec Haas, ce qui permet à la formation américaine de se servir du moteur, de la boîte de vitesses, des suspensions, de la soufflerie et d’obtenir également de l’aide de la part de Maranello tout au long de l’année. Le châssis de la Haas quant à lui est construit par Dallara en Italie.

Si ce modèle semble fonctionner depuis 2016 pour Haas, il agace quelque peu les concurrents, qui n’ont pas hésité à plusieurs reprises à dire que la Haas n’était finalement qu’une pâle copie de la Ferrari, ce qui a obligé la FIA à réagir en confirmant que l’équipe Haas avait tout à fait le droit de se servir de pièces Ferrari.

Des avantages, mais aussi des inconvénients

Si la partage de ressources peut avoir plusieurs avantages pour une équipe de Formule 1, cela peut aussi devenir un vrai casse-tête, notamment pour la logistique et la fabrication de nouvelles pièces en un temps record.

En 2018, on a pu voir les limites d’un tel système lorsque la Haas VF-18 de Romain Grosjean a été disqualifiée du Grand Prix d’Italie après une réclamation déposée par Renault auprès de la FIA pour un fond plat non réglementaire.

Les équipes devaient impérativement effectuer une mise à jour sur le fond plat de leurs monoplaces à la suite d’une directive technique envoyée par la FIA.

Les équipes avaient jusqu’au Grand Prix d’Italie pour se conformer à cette directive, mais l’équipe Haas a demandé une certaine souplesse jusqu’au Grand Prix de Singapour, précisant qu’elle n’aurait pas le temps de modifier cet élément pour l’épreuve italienne.

Haas a donc perdu de gros points en Italie [Grosjean avait terminé sixième] et vu son principal rival Renault creuser encore un peu plus l’écart au championnat.

Pas de gros changements dans la relation Haas/Ferrari en 2019

Pour cette nouvelle saison, la relation entre Haas et Ferrari restera la même, mais les procédures concernant la construction de nouvelles pièces ont évolué et Romain Grosjean s’attend à une nette amélioration en 2019.

« Oui, nous y travaillons dur. » déclaré Romain Grosjean à F1only.fr. « Évidemment, comme nous ne fabriquons pas nos propres éléments, cela prend un peu plus de temps pour certaines pièces que pour d’autres équipes mais nous sommes vraiment très proches de nos partenaires. »

« Honnêtement, cela se passe de mieux en mieux année après année, et c’est vraiment agréable de constater que les choses ont clairement évolué durant les trois dernières années. »

L’équipe Haas a décroché la cinquième position au classement des constructeurs en 2018, l’équipe américaine a signé sa meilleure saison depuis son arrivée en F1 en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

La Formule 1 veut une seconde course en Chine

Les horaires de chaque séance du ePrix de Santiago au Chili