in

Horner : « Nous avons donné à Daniel tout ce qu’il voulait et demandé mais ce n’était pas suffisant »

Daniel Ricciardo rejoindra l’équipe Renault en 2019 après avoir passé dix années dans le giron Red Bull, une décision mûrement réfléchie pour l’Australien, mais qui laisse un véritable vide chez Red Bull désormais, qui doit trouver son remplaçant pour 2019.

Christian Horner, le team principal de l’équipe de Milton Keynes, est revenu sur l’annonce de Daniel Ricciardo et donne quelques détails sur les efforts entrepris par l’équipe pour tenter de conserver Ricciardo l’an prochain.

« Je pensais vraiment qu’il blaguait pour être honnête avec vous. » déclare Horner dans un Podcast pour le site officiel de la F1.

« Il m’a appelé pour me dire qu’il allait chez Renault, et j’ai dit : Tu quoi ? C’est une blague pour les vacances ? Mais il était devenu très clair que c’était son choix et que je devais respecter cela. »

« Renault est une équipe en pleine croissance, ils engagent beaucoup de ressources et je pense que Daniel a pris sa décision après un long voyage en Amérique. »

« Il a décidé qu’il voulait du changement, il faut regarder les raisons rationnelles à cela, c’est difficile à comprendre, mais Daniel avait évidemment ses raisons. »

« Je pense que cela revient à vouloir relever un nouveau défi comme il dit. Mais je pense aussi qu’il voit Max [Verstappen] grandir et croître en termes de vitesse et de force et il ne veut pas jouer un rôle d’écuyer. »

« En 2019, ils auraient eu le même statut dans l’équipe, comme il ont toujours eu. J’aurais pu comprendre s’il partait chez Ferrari ou Mercedes, mais là c’est un risque énorme à ce stade de sa carrière. »

« C’est un peu comme essayer de convaincre une fille de sortir avec vous, mais elle est plutôt réticente. Mais nous avons tout fait pour y arriver,  mais si le cœur de quelqu’un n’y est pas vraiment, alors… »

« Nous avons donné à Daniel tout ce qu’il voulait et demandé et ce n’était toujours pas suffisant. Nous étions même prêts à conclure un accord d’un an, il était donc disponible pour Ferrari ou Mercedes s’ils venaient à chercher un pilote dans douze mois. »

« Il ne s’agissait pas d’argent ou de statut, d’engagement ou de durée. Je pense qu’il a senti qu’il devait faire autre chose à ce stade de sa carrière. Ce pourrait être un choix inspiré et il pourrait aussi le regretter. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…