charles leclerc ferrari
GP MESSICO F1/2019 - VENERDÌ 25/10/2019 credit: @Scuderia Ferrari Press Office

La Scuderia Ferrari défend la stratégie à deux arrêts employée avec la voiture de Leclerc

Le directeur de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto, a tenu à défendre la stratégie à deux arrêts employée par Ferrari avec la voiture de Charles Leclerc à Mexico.

Ce dimanche à Mexico, le pilote monégasque s’élançait depuis la pole position sur la grille de départ du Grand Prix du Mexique, mais une stratégie à deux arrêt, au lieu d’un seul pour son coéquipier, a définitivement ruiné ses chances de remporter la course qu’il a terminé en quatrième position.

Mais après son premier arrêt, le pilote Ferrari s’est rapidement retrouvé en difficulté avec des gommes qui surchauffaient dans le trafic, l’obligeant à s’arrêter une seconde fois. Lors de son second arrêt, le pistolet du mécanicien préposé à la roue arrière droite n’a pas fonctionné normalement, ce qui a fait perdre six secondes à Leclerc.

Mattia Binotto a tout de même tenu à défendre la stratégie à deux arrêts employée par l’équipe italienne ce dimanche sur la monoplace de Leclerc, estimant qu’il aurait été trop risqué de laisser le Monégasque en piste avec des pneus usés.

« Je ne pense pas que nous l’ayons condamné, nous étions juste convaincus de notre côté que faire deux arrêts était la meilleure stratégie. » a expliqué Mattia Binotto ce dimanche soir à Mexico.

« Faire un seul arrêt en s’arrêtant très tôt, je crois que personne ne l’aurait imaginé, c’était un vrai pari, le genre de pari que l’on peut faire seulement si on est derrière. Si on est devant, ce n’est pas le genre de chose que l’on va faire. »

« On a juste voulu protéger sa position sur Albon [Alex], ensuite le second relais sur les médiums n’a pas été aussi bon qu’on l’aurait voulu – il faudra d’ailleurs que l’on comprenne de ce côté là – il a ensuite perdu du temps lors de son arrêt et tout cela l’a mis un peu plus en difficulté à la fin de la course. »

« Je pense qu’à ce moment-là de la course, le laisser en piste aurait été un trop grand risque par rapport à ce qu’on a choisi. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

romain grosjean F1

Romain Grosjean va faire un crochet par Miami avant d’aller à Austin

Pour Bernie Ecclestone, Charles Leclerc est bon, mais commet encore trop d’erreurs