La Scuderia Ferrari pourrait bien tirer profit d’un Brexit

Le team principal de la Scuderia Ferrari, Maurizio Arrivabene, a déclaré que les perturbations résultant de la sortie du Royaume-Uni de l’union Européenne l’an prochain pourraient s’avérer être un avantage pour Ferrari.

Ferrari est l’une des trois seules équipes de Formule 1 [avec Sauber et Toro Rosso] à ne pas avoir de base au Royaume-Uni, alors que même l’équipe américaine Haas possède des locaux à Banbury [ainsi qu’en Italie].

Mais avec le Brexit, qui est censé limiter la libre circulation des travailleurs entre la Grande-Bretagne et l’Europe, de nombreux ingénieurs travaillant en Formule 1 pourraient se retrouver face à des problèmes de visas après mars 2019.

Arrivabene pense que cela pourrait aider son équipe à attirer les meilleurs talents à Maranello. De même, Toro Rosso et Sauber pourraient avoir plus de facilité pour trouver de brillants ingénieurs.

« En regardant la situation à l’avenir, je réfléchis à la solution pour la Formule 1 dans son ensemble. » explique Arrivabene.

« Si tout va dans la direction annoncée pour le moment, je soupçonne que dans un proche avenir nous puissions voir beaucoup de gens frapper à la porte de Maranello. »

La situation avec le Brexit reste encore incertaine, le gouvernement britannique doit encore obtenir l’approbation du parlement pour son projet de plan visant à éviter une scission entre deux camps.

Mais si un Brexit peut réjouir Ferrari pour les raison que nous venons d’évoquer, du côté de chez Mercedes, qui est basée en Angleterre, la situation est bien moins réjouissante.

« Nous avons une importante base au Royaume-Uni. » explique Toto Wolff, directeur exécutif de l’équipe Mercedes.

« Notre division sport automobile, qui compte 1800 personnes, emploie un pourcentage élevé de citoyens Européens travaillant pour l’équipe. »

« Nous importons beaucoup de marchandise en provenance de l’UE, nous avons pris des mesures pour nous assurer qu’elles ne soient pas bloquées à la frontière. »

« Donc, c’est un facteur pour nous…Et dans l’ensemble, ce n’est pas un développement très agréable pour nous. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Jerome Stoll : « Renault a sous-estimé l’état dans lequel était l’écurie Lotus »

La Formule 1 publie une vidéo pour expliquer les changements en 2019