Mario Isola Pirelli
in

Le patron de Pirelli, Mario Isola, en première ligne face au coronavirus

Le directeur de Pirelli en F1 se retrouve en première ligne face à l’épidémie de coronavirus en Italie depuis quelques semaines.

Vous ne le savez peut-être pas, mais beaucoup de personnes faisant partie du paddock de la Formule 1 mènent une double vie, un peu comme le responsable de la compétition chez Pirelli, Mario Isola.

Cet Italien de 48 ans, qui supervise le programme F1 du manufacturier Pirelli, enfile régulièrement sa tenue d’ambulancier à Milan en tant que volontaire pour renforcer les services médicaux de la ville.

Plus qu’un job, c’est bien une vocation et un choix personnel pour celui qui parcourt la planète de paddock en paddock et qui côtoie les plus grands pilotes de Formule 1 depuis quelques années maintenant.

C’est un choix, je ne suis pas un héros.” nous expliquait l’an dernier Mario Isola. lorsque nous avons publié un reportage sur sa double vie.

C’est une grande famille. Nous sommes 140 volontaires dans mon association et nous ne sommes pas l’une des plus grandes. C’est en fait l’une des plus petites, mais vous vous faites de bons amis et vous vivez des expériences difficiles.”

Parfois, on peut vous appeler pour aller voir un homme âgé qui ne peut pas dormir parce qu’il a mal au ventre, et d’autres fois, il peut s’agir d’un accident de voiture où des jeunes sont décédés.”

Il peut s’agir de situations très difficiles et cela rassemble les gens. Vous réalisez en quelques secondes que votre vie peut changer. Mais  j’aime le faire, c’est une activité qui ouvre les yeux, et vous réalisez qu’il y a quelque chose de différent dans le monde qui n’est pas seulement la F1 ou le sport automobile.”

Cela contribue à renforcer l’idée que j’ai de la chance. J’ai grandi dans une bonne famille, j’ai eu des opportunités.”

En première ligne avec le Covid-19

Naturellement, lorsqu’il a fallu “monter au front” ces dernières semaines en Italie face à l’épidémie de Covid-19, Mario Isola n’a pas hésité une seule seconde, même si sa fiancée a été assez réticente à l’idée de le voir partir au contact de personnes infectées.

“En tant que volontaires de sauvetage, nous savons que nous devons être prêts à prendre des risques.” explique t-il.

“En ce moment, le problème est qu’à chaque fois que la radio “coasse” vous êtes en danger. Mais vous faites votre devoir parce que vous devez le faire.”

“J’ai eu des discussions avec ma fiancée, qui n’est visiblement pas satisfaite de cette situation. Chaque fois que je pars il y a un risque qui est loin d’être nul.”

Outre les problèmes liés à une possible infection du virus, Isola se retrouve également confronté à la dure réalité lorsqu’il doit “embarquer” un patient et qu’il sait que ses proches pourraient peut-être ne plus le revoir.

“Il est particulièrement difficile d’accepter cet aspect cruel de la situation,  parce que lorsque vous allez chercher un patient à la maison, ses proches savent que ce pourrait être le dernier moment où ils le voient. Leur dire “désolé, mais vous ne pouvez pas venir avec nous” est extrêmement compliqué.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - Il dessine le portrait de Lewis Hamilton avec...une machine à écrire !

Il dessine le portrait de Lewis Hamilton avec…une machine à écrire !

grand prix d'australie

La liste des pilotes pour le GP d’Australie virtuel de ce dimanche