F1 - L'équipe Mercedes en F1 a fait rouler ses camions au biocarburant
2022 Hungary Grand Prix, Thursday - Steve Etherington
in

L’équipe Mercedes en F1 a fait rouler ses camions au biocarburant

L’équipe de Formule 1 Mercedes a fait rouler ses camions avec du biocarburant lors des trois dernières courses européennes de la saison (Spa-Zandvoort-Monza) et a ainsi pu réduire les émissions de CO2 de 89%.

Le biocarburant HVO100 a été utilisé dans 16 camions de course Mercedes pour le trajet Spa-Zandvoort-Monza. L’essai a été conçu pour comprendre le niveau d’économie de carbone et l’impact positif qui peut être atteint en utilisant des biocarburants, ainsi que les défis d’approvisionnement à travers l’Europe, pour contribuer au développement de la stratégie de Mercedes visant à maximiser l’utilisation de carburants durables pour les courses européennes de 2023.

L’essai s’est déroulé entre le Grand Prix de Belgique à Spa, le Grand Prix des Pays-Bas à Zandvoort et le Grand Prix d’Italie à Monza, soit une distance d’environ 1400 kms. L’analyse menée après la fin de l’essai a montré que l’utilisation du biocarburant HVO 100 a permis d’économiser 44 091 kg de CO2 et de réduire les émissions de fret de 89 %.

L’un des camions de l’équipe Mercedes a d’abord été testé et alimenté avec succès par le biocarburant HVO100 depuis le Grand Prix de Hongrie jusqu’au siège social de Mercedes à Brackley, au Royaume-Uni. À la suite de ce voyage, 13 camions de course qui ont passé l’été en Belgique et trois camions du Royaume-Uni ont utilisé du biocarburant d’origine locale pour parcourir 300 km de Spa à Zandvoort, puis 1100 km de Zandvoort à Monza, seuls les 20 derniers km nécessitant l’utilisation de diesel en raison de problèmes d’approvisionnement.

A lire aussi   Oscar Piastri a choisi son numéro permanent en F1

“La durabilité est au cœur de nos opérations. L’expérimentation de l’utilisation de biocarburants pour notre fret terrestre est un autre exemple de notre engagement à intégrer la durabilité dans chaque décision que nous prenons et les mesures que nous prenons.” a expliqué Toto Wolff, directeur de l’équipe Mercedes en Formule 1.

“Nous visons à être à la pointe du changement et espérons pouvoir rendre possible l’adoption de technologies durables, car nous sommes tous dans la course vers un avenir durable.”

Le carburant à base d’huile végétale hydrotraitée (HVO 100) est un produit 100 % renouvelable sans carburant fossile dérivé d’huiles végétales, d’huiles usagées et de graisses. L’utilisation de HVO100 peut réduire considérablement les émissions de CO2 et réduire l’impact du fret sur la qualité de l’air local en réduisant les émissions de NOx et de particules.

La bioénergie représente actuellement environ un dixième de l’approvisionnement mondial total en énergie primaire, la demande de biocarburants devant augmenter de 28 % d’ici 2026. Les biocarburants sont déjà utilisés dans le sport automobile, la Formule 1 introduisant cette année l’utilisation des biocarburants E10 dans le cadre de la transition vers un carburant 100 % durable dans les voitures de F1 à partir de 2026.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 commentaires

    • Les panneaux solaires sont recyclables. Pas à l’infini, notamment en ce qui concerne le silicium (réutilisable au max 4 fois), et à part la colle utilisée pour lier les différents composants du panneau, tout est recyclable. Renseignez-vous.

      • Je ne suis pas écolo. OK les panneaux solaires sont partiellement recyclables. Et les éoliennes ? et le bétonnage pour pouvoir tout installer ? Et la dégradation de terrains naturels pour pouvoir tout installer ? C’est comme le carburant bio, il y a tellement d’étapes de transformation et de pollution pour en créer que ça devient une supercherie.
        Je n’ai rien contre par principe : c’est juste que dans la réalisation, c’est un énorme foutage de gueule. Donc lorsque je lis que Mercedes a fait voyager son camion avec du bioéthanol, ça me fait rire car je sais que c’est juste du green-washi

    • C’est une fuite en avant. Etre réellement vert, c’est renoncer au futile, au parc d’attraction consommant l’énergie d’une ville entière, savoir annuler un match de foot plutôt que de chauffer la pelouse par -10°C, éviter les GP nocturnes, savoir critiquer les championnats électriques utilisant des générateurs au fuel pour la recharge, etc.

      C’est amusant le nombre de donneurs de leçon ayant pourtant un PC gamer branché à un clavier lumineux et à un écran OLED HDR. Le combo parfait de la surconsommation.

  1. Enfin ça bouge !
    Ce n’est pas l’idéal, mais c’est une étape vers l’hydrogène vert.
    Avantages: Réduire les émissions de particules causant des cancers du poumon (et oui c’est prouvé!), réduire les émanations de CO2 (effet de serre) et de NOx (gaz irritant pour les poumons) tout en testant les dommages potentiels sur les mécaniques.
    Inconvénient: provenant partiellement d’huiles végétales donc on utilise des terres arables pour faire rouler des véhicules au lieu de faire de la nourriture.
    C’est toujours mieux que le bon vieux pétrole quoiqu’en disent les grincheux conservateurs.

    • Oui oui mais bien sur!
      Avec les 1/3 d’energie de perte a l’électrolyse, faut le comprimer et encore de la perte pour restituer l’Energie (jusqu’à 1/3 de plus).
      En plus l’hydrogène si il part dans la nature a un effet de serre plus important que le CO2
      Wow c’est une solution qu’elle est bien belle …

      Quand a l’éthanol c’est la même. Concurrence entre nourriture et source d’énergie.
      L’éthanol consommé pour faire baisser le billan carbonne a un endroit, c’est de l’éthanol/méthanol qui n’est pas utilisé ailleurs pour se passer d’Energie fossile ailleurs (transport, prod d’élect

F1 - 6 premières mondiales pour le groupe Renault au Mondial de l'Auto de Paris

6 premières mondiales pour le groupe Renault au Mondial de l’Auto de Paris

F1 - Pour battre Alpine, McLaren poursuit son développement agressif sur la MCL36

Pour battre Alpine, McLaren poursuit son développement agressif sur la MCL36