Restez connectés

News

Magnussen : « Les circonstances étaient un peu merdiques pour Vandoorne »

Publié

le

vandoorne-mclaren-2018-f1

Passé par l’équipe McLaren en 2014, Kevin Magnussen a connu une trajectoire dans sa carrière un peu similaire à celle de Stoffel Vandoorne.

Le pilote danois est resté une saison chez McLaren avant d’être remercié par son employeur et d’être resté loin des circuits de F1 durant une année complète.

Mais en 2016, Kevin Magnussen effectue son grand retour en catégorie reine du sport automobile avec l’écurie Renault, pour qui il pilotera pour une saison.

Vandoorne pour sa part, a rejoint McLaren en 2017, et après deux années passées en fond de classement, le pilote belge rejoindra la catégorie 100% électrique de la FIA l’an prochain [Formule E] où il roulera pour HWA [une filiale de Mercedes].

Magnussen estime que Stoffel Vandoorne mérite amplement sa place en Formule 1 et pense que le Belge est arrivé chez McLaren au mauvais moment.

Le pilote Haas estime même qu’il  pourrait très bien revenir d’ici quelques mois, lorsqu’une opportunité se présentera à lui.

« Ce sport est un environnement très difficile, je pense que Stoffel est un très bon pilote et peut-être a-t-il été perçu comme moins bon qu’il ne l’est en réalité cette année. » déclare Magnussen.

« Je pense qu’il est très bon et qu’il mérite d’être en Formule 1, mais les circonstances étaient un peu merdiques pour lui. »

« C’est bien de faire ce qu’il va faire maintenant, et vous ne devez jamais dire jamais, si vous pouvez revenir en Formule 1, il y a toujours une possibilité. »

.
commentaires

News

Helmut Marko : « McLaren était larguée en ligne droite »

Publié

le

© McLaren

Helmut Marko a tenu à rappeler à quel point McLaren a été mauvaise cette année, alors que l’équipe britannique disposait du même groupe propulseur Renault que Red Bull Racing.

Red Bull Racing a terminé la saison 2018 à la troisième position au classement des constructeurs avec 419 points inscrits, tandis que McLaren a terminé au sixième rang avec seulement 62 unités inscrites après 21 courses.

« Étions-nous inquiets en début de saison d’affronter une équipe McLaren équipée du même moteur que nous ? Nous leur avons pris deux tours par course en moyenne cette année : Vous avez votre réponse ! » déclare Helmut Marko au site allemand Motorsport-Magazin.com

« C’est tout à fait normal qu’ils étaient les plus rapides en virage l’an passé à Spa-Francorchamps, sachant qu’ils braquaient leurs ailerons à fond afin d’avoir le plus d’appui possible. »

« Mais cela ne veut pas dire pour autant que vous possédez le meilleur châssis du plateau. Ils étaient largués en ligne droite, si nous avions fait la même chose qu’eux, nous n’aurions jamais obtenu de tels résultats cette année. »

« En Formule 1, tout est une question de compromis, c’est le chrono qui est le meilleur indicateur, pas les vitesses de passage dans les courbes. »

Lire

News

Alex Albon a choisi son numéro permanent en Formule 1

Publié

le

© DR

Le pilote Toro Rosso, Alex Albon, a enfin choisi son numéro de course permanent, qui devra le suivre tout au long de sa carrière en Formule 1.

Le jeune pilote thaïlandais, qui a été choisi pour remplacer Brendon Hartley aux côtés de Daniil Kvyat l’an prochain chez Toro Rosso, arborera le numéro #23 sur la carrosserie de sa monoplace, ainsi que sur sa combinaison et son casque.

D’abord confirmé chez Nissan en Formule E, Alex Albon a été durant de longues semaines au centre de plusieurs rumeurs l’envoyant directement en Formule 1 en 2019, rumeurs qui se sont avérées vraies lorsque Red Bull a confirmé la venue du jeune Thaïlandais chez Toro Rosso pour la prochaine saison de F1.

Ce Britannique né à Londres au Royaume-Uni en 1996 roule en sport automobile sous licence Thaïlandaise. Il fera ses débuts en catégorie reine du sport automobile en 2019 et deviendra le premier pilote de nationalité thaïlandaise depuis Prince Bira en 1954.

 

Lire

News

Sergey Sirotkin étudie « plusieurs options » pour revenir en F1 en 2020

Publié

le

© Williams

Sergey Sirotkin ne perd pas l’espoir de retourner en Formule 1 dans un avenir plus ou moins proche, alors que le Russe a perdu son baquet chez Williams après l’arrivée sur le marché de Robert Kubica.

Sirotkin estime qu’il n’a pas pu montrer tout son talent au volant d’une Williams en manque flagrant de compétitivité en 2018, ce qui lui a valu le droit de devenir la lanterne rouge au classement des pilotes cette saison avec un seul point marqué après 21 courses.

« C’était certes une expérience difficile, mais cela m’a renforcé, j’ai bien compris que, pour des raisons objectives, je n’ai pas montré tout ce que j’aurais pu montrer, mais j’ai aussi clairement conscience que tout n’est pas fini en Formule 1. » explique Sirotkin à l’agence de presse russe TASS.

Sergey Sirotkin assure qu’il travaille en coulisses pour trouver une solution pour revenir en 2020.

« Je ne veux en aucun cas renoncer, j’espère vraiment revenir sur la grille dans un an et montrer que c’était la bonne décision de passer en Formule 1. »

« Nous essayons maintenant de rassembler toutes les options, mais je pense qu’il n’y aura rien de nouveau dans les deux prochaines semaines. »

« S’il y a quelque chose, dans le meilleur des cas, ce sera après les vacances du nouvel an. » conclut le pilote russe.

Lire

News

Sebastian Vettel est absolument contre les voitures électriques

Publié

le

© Ferrari

Sebastian Vettel semble avoir définitivement exclu la possibilité de courir un jour en Formule E, que le pilote allemand n’hésite pas à comparer à un concert sans musique.

Selon le quadruple champion du monde de Formule 1, la technologie électrique n’est tout simplement pas l’avenir de l’industrie automobile.

Le monde de l’automobile semble pourtant se diriger vers un avenir totalement électrique d’ici les 30 prochaines années, un changement devenu tangible dans le sport automobile avec l’introduction depuis 2014 d’une technologie hybride en Formule 1 ou encore l’apparition d’une catégorie 100% électrique avec la Formule E.

Mais pour Sebastian Vettel, le monde passera au tout électrique dans le futur par obligation et non par conviction, en raison notamment de l’arrêt de la production de carburant.

« A un moment donné, les voitures évoluent et nous cesserons de produire de l’essence, et c’est quelque chose que nous devons accepter. » souligne le pilote Ferrari à AMUS.

« Mais je ne pense pas que les voitures électriques vont résoudre tous les problèmes dans le monde non plus. »

« A mon avis, c’est la mauvaise technologie, c’est trop cher et ce n’est pas aussi propre qu’on le dit. Pensez aux batteries, nous devons bien les jeter quelque part. »

« Ce que nous faisons [en Formule 1], c’est un spectacle. C’est là que réside l’émotion. Si tout ce que vous voyez dans un concert de rock est un spectacle de laser, il manque quelque chose, moi je vais à un concert pour la musique. »

Lire

News

Comment Mercedes chouchoute son personnel pour gagner en efficacité

Publié

le

© Mercedes-AMG

L’équipe Mercedes ne laisse absolument rien au hasard, et le fait que la formation du constructeur allemand fait appel à des psychologues spécialisés pour maintenir au meilleur niveau les performances de son personnel, en est le parfait exemple.

Depuis l’introduction des moteurs hybrides en Formule 1, Mercedes occupe une position dominante, démontrant chaque année son excellence en matière d’ingénierie, au grand dam de ses rivaux.

Cependant, maintenir cet élan – en particulier face à Ferrari cette année – a nécessité autant d’efforts, de discipline et d’engagement de la part de tout le personnel de l’équipe championne du monde en titre.

« Je ne pense pas que la complaisance ait jamais été un facteur au sein de notre équipe. » explique Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes en Formule 1.

« Le groupe est très motivé et nous fixons des objectifs qui nous passionnent ensemble. Il s’agit plus de savoir comment maintenir ce niveau d’énergie. »

« Parfois, un niveau d’énergie peut devenir insalubre et c’est un domaine dans lequel nous déployons beaucoup d’efforts afin d’être en mesure de performer continuellement à ce niveau. »

« En tant qu’organisation, nous examinons l’environnement de travail, nous examinons le temps de sommeil, la nutrition, l’assistance médicale, les sports et nous nous efforçons de donner des jours de congés, de renvoyer les gens chez eux, si nous estimons qu’ils ne sont pas dans un bon état d’esprit. »

« Nous prenons des psychologues, nous sommes vigilants envers l’équipe. Je pourrai parler ici pendant une heure et vous dire tout ce que nous faisons. »

Malgré sa domination et son succès, la machine Mercedes peut encore s’améliorer selon Toto Wolff.

« Nous essayons de ne pas agir comme une équipe de football où tout le monde court derrière le ballon, nous essayons de laisser courir le ballon. »

« Chacun dans son domaine d’expertise essaie de faire du meilleur travail que son homologue chez Ferrari, McLaren, Williams ou ailleurs. »

Lire

News

Michael 50 : L’expo du musée Ferrari en l’honneur de Michael Schumacher

Publié

le

© Ferrari

Le musé Ferrari a organisé une exposition spéciale en l’honneur du septuple champion du monde de Formule 1, Michael Schumacher.

Cette exposition, qui rendra hommage au pilote le plus titré de Ferrari, ouvrira ses portes le 03 janvier 2019, date à laquelle le pilote allemand aura 50 ans.

L’exposition, visible à Maranello, est organisée par le musée Ferrari en collaboration avec la fondation Keep Fighting, créée pour étendre l’esprit de combattant de Schumacher et pour donner de la force à tous ceux qui, comme Michael, ont eu un accident grave dans leur vie ou ont traversé une période difficile.

Michael Schumacher a remporté cinq de ses sept titres mondiaux avec Ferrari, et a permis à l’équipe italienne de décrocher six championnats consécutifs, un record à ce jour.

L’exposition repassera en revue les succès de ces années, mais une partie de l’exposition parlera aussi de la contribution de l’Allemand à la construction de GT pour la marque au cheval cabré.

Lire

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

39Shares