Restez connectés

Grand Prix du Brésil

Max Verstappen : « Interlagos ne convient pas trop à notre voiture »

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Le pilote Red Bull, Max Verstappen ne s’attend pas à être aussi fort qu’au Mexique ce week-end à Interlagos, alors que le Hollandais a décroché la victoire il y a quinze jours à Mexico.

Le circuit de Mexico, situé à plus de 2000 mètres d’altitude,  a permis de gommer les faiblesses de la Red Bull RB14 face aux Mercedes et Ferrari, mais pour ce week-end au Brésil, Max Verstappen admet qu’il s’attend à retrouver sa place habituelle.

« En général, Interlagos ne convient pas très bien à notre voiture. » déclare Verstappen. « Après avoir terminé sur le podium en 2016 et gagné la semaine dernière au Mexique, tout peut arriver en course. »

« J’ai déjà eu de belles batailles et j’ai effectué de beaux dépassements là-bas, donc, j’espère avoir une course excitante. »

« Les fans sont vraiment bruyants, et la grille est tellement étroite et proche des tribunes que vous pouvez les entendre applaudir lorsque vous êtes assis dans la voiture sur la grille. »

« La nourriture est également bonne et les restaurants Churrascaria ont une viande grillée incroyable. Bien que nous soyons presque à la fin de la saison, je dois toujours faire attention à ce que je mange pour rester en forme, ce qui est dommage, car j’aimerais encore davantage apprécier la cuisine locale! »

.
commentaires

Grand Prix du Brésil

Une nouvelle vidéo qui dédouane Esteban Ocon?

Publié

le

© DR

Une nouvelle vidéo a fait son apparition ce mercredi sur le site officiel de la Formule 1 concernant l’accrochage survenu entre Max Verstappen et Esteban Ocon dimanche dernier au Brésil.

De nombreux fans, médias et observateurs du monde de la Formule 1 n’ont pas hésité à pointer du doigt Esteban Ocon en le considérant comme seul responsable de cet incident de course.

Jugé seul responsable par les commissaires, le pilote français a écopé d’une pénalité Stop-And-Go de dix secondes pendant la course et a été violemment bousculé par Max Verstappen après le Grand Prix, alors que le pilote Red Bull venait de perdre une potentielle victoire en raison de cet accrochage avec la monoplace d’Ocon [deux tours de retard sur Verstappen à ce moment-là].

Nous tenons absolument à garder notre impartialité, et nous ne ferons donc aucun commentaire personnel sur cet incident et nous ne prendrons parti pour aucun des deux pilotes.

Mais ce mercredi, une nouvelle vidéo publiée sur le site officiel de la Formule 1 nous offre un point de vue différent sur la situation, notamment parce qu’on peut y voir  la différence de rythme entre la monoplace de Max Verstappen [leader de la course] et Esteban Ocon [deux tours de retard].

En effet, deux tours avant le fameux accrochage, Esteban Ocon rentre au stand et chausse des pneus neufs Super-Tendres, le pilote Force India ressort exactement au même moment où Max Verstappen arrive.

Ocon respecte alors le drapeau bleu qui lui est présenté pour lui montrer que le leader de la course arrive, puis en seulement un tour, Esteban Ocon se retrouve dans la boîte de vitesses du pilote Red Bull tant la différence de rythme est grande entre ses gommes Super-Tendres et les pneus Tendres usés de Verstappen.

A ce moment-là, l’ingénieur d’Esteban Ocon lui signifie par radio qu’il peut dépasser Max Verstappen quand il le souhaite. Le pilote français décidant de s’exécuter à la fin du tour.

Quelques secondes avant qu’Esteban Ocon n’entame sa manœuvre de dépassement sur Verstappen, le Hollandais dit à son équipe via la radio qu’il est sous pression de la voiture juste derrière lui.

Ocon déclenche alors son attaque dans la ligne droite de départ/arrivée puis se retrouve avant le premier virage devant la Red Bull de Max Verstappen mais à l’extérieur du virage.

Le Hollandais ne veut pas lâcher et décide de rester à côté de la Force India d’Esteban Ocon, puis essaie de prendre le virage numéro deux à la corde comme si la monoplace d’Ocon n’était pas là.

C’est à ce moment-là que l’accrochage a lieu entre les deux hommes, alors que Ocon n’avait finalement pas beaucoup d’issue, hormis monter sur le gros vibreur à l’intérieur du virage 2.

Pourquoi Verstappen n’a t-il pas laissé partir Ocon ?

La question se pose, pourquoi le leader de la course a t-il pris autant de risque en défendant sa position sur un retardataire ?, qui plus est, plus rapide que lui avec des gommes Super-Tendres montées sur sa monoplace.

Le pilote Red Bull a admis quelques secondes plus tôt que la Force India lui mettait la pression, n’aurait-il pas dû simplement lever un peu le pied dans la ligne droite pour le laisser prendre le large ?

Beaucoup de questions qui resteront certainement sans réponse et qui sont bien évidemment plus facile à poser assis dans notre bureau que lorsque vous vous battez en piste à plus de 250 km/h au volant d’une Formule 1.

Voilà, libre à vous maintenant de vous faire votre propre opinion en regardant la vidéo en cliquant sur ce lien.

Lire

Grand Prix du Brésil

Vidéo : Pour y voir plus clair, l’accrochage Ocon-Verstappen sous tous les angles

Publié

le

© DR

Afin de mieux comprendre ce qu’il s’est passé et surtout de vous laisser le libre choix de choisir le fautif dans cette affaire, voici une vidéo montrant sous plusieurs angles l’accrochage survenu au Brésil entre Max Verstappen et Esteban Ocon.

Jugé coupable, Esteban Ocon a écopé en course d’un Stop-And-Go de dix secondes pour cette action, tandis que Max Verstappen a écopé de deux jours de travail d’Intérêt général pour avoir bousculé violemment le pilote français à l’arrivée du Grand Prix du Brésil sous le coup de la colère.

Mieux que des paroles, ces images parlent d’elles mêmes et pourront certainement vous  aider si vous ne savez toujours pas qui est le fautif.

Lire

Grand Prix du Brésil

Jolyon Palmer juge la manœuvre d’ocon au Brésil « stupide »

Publié

le

© DR

Dans sa dernière chronique pour la BBC, l’ex pilote Renault, Jolyon Palmer, s’est montré très critique à l’encontre d’Esteban Ocon.

L’ancien pilote Renault est logiquement revenu sur le fait le plus marquant du Grand Prix du Brésil lorsque la Force India d’Esteban Ocon a percuté la Red Bull de Max Verstappen, alors leader de la course à ce moment précis.

Palmer n’a pas hésité à employer des paroles fortes lorsqu’il a évoqué cet incident impliquant Ocon et Verstappen.

« Je pense que ce fut l’une des manœuvres de pilotage les plus stupides que j’ai vues depuis bien longtemps en Formule 1. » a déclaré Palmer.

« Ocon est vraiment talentueux, et c’est vraiment dommage qu’il ne soit pas sur la grille en 2019, mais sa collision avec Verstappen a vraiment jeté une ombre sur ses capacités de pilote. »

« Il a eu sa part d’incidents, principalement avec son coéquipier, et cela a été un point central de sa carrière , et l’une des raisons pour lesquelles Mercedes a été réticente à le promouvoir au sein de leur équipe d’usine l’année prochaine était parce qu’ils étaient préoccupés par l’harmonie au sein de l’équipe. »

« Je pense que sa manœuvre sur Verstappen dimanche était juste inacceptable. Les pilotes peuvent se dédoubler en F1, mais ils doivent le faire proprement. Le règlement sportif implique de leur part un total respect de la bataille des leaders. »

« Cela aurait dû être évident pour Ocon qu’il ne devait pas compromettre le rythme des leaders alors qu’il se trouvait en queue de peloton tout en profitant d’un bref pic de performance avec des pneus neufs. »

« Je pense que la FIA a eu totalement raison d’infliger à Ocon un Stop-And-Go de dix secondes car il n’a pas simplement compromis l’écart dans la lutte en tête de course, mais il a fait perdre à Verstappen une victoire en le percutant. »

Lire

Grand Prix du Brésil

Kimi Raikkonen ne pouvait pas faire mieux au Brésil

Publié

le

© Ferrari

Auteur d’un podium à Interlagos avec sa troisième position à l’arrivée de l’épreuve, Kimi Raikkonen admet qu’il ne pouvait pas faire mieux dimanche dernier au volant de sa Ferrari.

Le pilote finlandais a terminé la course loin devant son coéquipier, Sebastian Vettel, qui a rencontré des problèmes de capteur durant la course et qui a franchi le drapeau à damier à une anonyme sixième position.

« De toute évidence, ce n’est pas le meilleur résultat, mais je doute que nous aurions pu obtenir plus, nous n’avons commis aucune erreur et nous nous sommes battus. » explique Iceman.

« Nous pouvons toujours débattre de nombreuses choses, mais je pense que nous avons tiré le meilleur parti. »

« C’était une belle course, excitante, nous avons eu de belles batailles et la voiture a bien fonctionné pendant toute la course. La vitesse était là, nous n’avions pas de problèmes particuliers. »

« C’était bien, pas facile, mais il y a eu quelques combats, donc c’était amusant. Nous espérions évidemment mieux, mais ce n’était pas si simple. »

« Les premiers pneus étaient très bons au départ et j’étais très heureux, mais je les ai ensuite détruits un peu en essayant de dépasser la Mercedes. »

« Ensuite, j’ai mis trop de temps pour doubler, mais une fois que nous avons changé les pneus, la voiture était absolument parfaite. »

Lire

Grand Prix du Brésil

Hamilton a crié dans sa voiture lors des dix derniers tours du GP du Brésil

Publié

le

© Mercedes-AMG

Lewis Hamilton a révélé qu’il criait dans sa voiture au Grand Prix du Brésil lors des dix derniers tours de course pour ne pas que son moteur lâche avant l’arrivée.

Au Grand Prix du Brésil, le moteur monté sur la monoplace de Lewis Hamilton a commencé à avoir quelques soucis, Mercedes ayant découvert en pleine course qu’il y avait un risque imminent de panne moteur sur la voiture du Britannique.

Hamilton, qui s’est tout de même imposé à Interlagos et qui a offert un cinquième titre constructeurs à Mercedes, a déclaré qu’il avait senti que quelque chose n’allait pas avec son unité de puissance durant la course.

« J’ai pu le sentir, évidemment, je pilote avec ce moteur depuis le début, alors je sais à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur le moteur, ainsi que ses sensations. » déclare Hamilton.

« Je connais à peu près toutes les notes du moteur que j’ai dans le dos. Au départ tout allait bien, mais ensuite, j’ai commencé à sentir que cela ne fonctionnait pas comme d’habitude. »

« Il n’y avait pas l’harmonie habituelle, en ce qui me concerne, je ne peux laisser aucune pensée négative ou une quelconque inquiétude rentrer dans mon esprit, et j’ai donc du rester concentré. »

« J’ai fais beaucoup plus de lift-and-coast (lâcher l’accélérateur bien avant le point de freinage), j’ai essayé de moins accélérer à plein régime afin de m’assurer que ce soit le plus facile pour le moteur tout en faisant le travail. »

Pour essayer de régler le problème pendant la course, Mercedes a demandé à Lewis Hamilton de changer toute une série de paramètres sur son volant afin que son unité de puissance continue de fonctionner.

« Il y a eu un travail formidable d’effectué en arrière plan avec les ingénieurs sur la piste et aussi au Royaume-uni, ils ont vraiment travaillé pour comprendre ce qui n’allait pas et le régler. »

« Ils m’ont envoyé beaucoup de balles, alors que je jonglais déjà avec pleins de trucs. Je suis vraiment reconnaissant que le moteur ait tenu, pendant les dix derniers tours, je criais dans la voiture : ‘Allez, allez, tu peux le faire, on reste ensemble ! »

« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ce sentiment est fou dans la voiture, mon rythme cardiaque devait être supérieur à 190. »

Lire

Grand Prix du Brésil

Carlos Sainz : « Nous n’avions tout simplement pas le rythme au Brésil »

Publié

le

© Renault

Ni Nico Hulkenberg, ni Carlos Sainz n’ont pu ramener de points à Renault dimanche dernier au Grand Prix du Brésil, le pilote allemand ayant abandonné, alors que l’Espagnol a terminé en dehors du top dix à la douzième place.

Le pilote madrilène, qui quittera l’équipe Renault après la dernière course de la saison à Abou Dhabi pour rejoindre McLaren, admet que sa RS18 n’avait pas le rythme nécessaire pour marquer des points à Interlagos.

« Nous savions que le Brésil serait un week-end difficile et nous n’avons finalement pas été assez rapides pour marquer des points. » déclare Sainz.

« Nous avons réussi à gagner trois places grâce à un nouveau bon départ et nous avons connu de belles batailles avec Nico et d’autres. »

« Lorsque la course s’est stabilisée, nous avons continué d’attaquer, mais nous n’avions tout simplement pas le rythme et nous ne pouvions pas vraiment progresser. J’en voulais plus aujourd’hui [dimanche] et nous travaillerons en ce sens à Abu Dhabi. »

Carlos Sainz rejoindra l’équipe McLaren en 2019 où il fera équipe avec le jeune britannique  Lando Norris.

Lire

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

44Shares