McLaren a connu un réveil brutal à Melbourne : « Honda n’était pas le seul responsable »

10 septembre 2018

Pour la première fois depuis la fin de la saison 2017, le PDG de McLaren, Zak Brown admet que Honda n’était peut-être pas le seul responsable du fiasco qu’a connu l’équipe britannique durant trois saisons consécutives.

McLaren a signé un partenariat avec le motoriste japonais Honda en 2015, pour ce qui devait être un projet de grande envergure selon les termes employés par Fernando Alonso à l’époque, qui signait son retour chez McLaren.

Mais rapidement, le partenariat entre Honda et McLaren a tourné au vinaigre, avec un moteur non compétitif et dont la fiabilité laissait à désirer durant les trois années de collaboration entre les deux entités.

En 2018, McLaren s’est séparée de Honda pour s’équiper du moteur Renault, mais la formation basée à Woking continue encore de naviguer en milieu de classement, malgré la bonne fiabilité du moteur Renault.

Dans ce contexte, et pour la première fois, Brown admet qu’il fut injuste de critiquer Honda et de mettre sur le dos du motoriste japonais tous les échecs qu’a connu McLaren durant trois années, d’autant qu’avec l’arrivée du moteur Renault en début d’année, l’équipe s’est aperçue qu’il s’agissait bien d’un problème structurel au sein de la formation.

« Que ce soit une équipe de Formule 1 ou une entreprise de traitement des eaux, aucune organisation ne peut réussir lorsque la stabilité fait défaut. » déclare Brown dans un entretien exclusif pour Motorsport-Total.com

« Il y avait un manque de clarté et de leadership, jusque dans l’équipe de course – il y avait des directeurs de course et des directeurs généraux, Jost [Capito] et Eric [Boulier], et une structure qui n’était tout simplement pas correcte. »

« Le problème a ensuite été aggravé par notre situation moteur. Ce n’était pas entièrement de leur faute, certainement pas. Mais il y avait des tonnes de problèmes, de pénalités et de casse moteur. »

« Il était donc difficile d’analyser sérieusement où nous étions en tant qu’équipe, car il y avait d’autres facteurs. Ensuite, vous avez un nouveau motoriste [Renault] que Red Bull nous a permis de connaitre, puis vient le réveil brutal. »

« Les problèmes étaient structurels, ce n’était pas un problème individuel. Certaines personnes qui sont parties étaient géniales, ce n’était pas de leur faute, mais l’organisation n’était pas bien menée du haut parce qu’il y avait un manque de concentration. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.