Lando Norris : « Nous sommes en retard »

Lando Norris admet que McLaren ne se trouve pas là où elle l’aurait souhaité après les essais hivernaux, notamment parce que la MCL36 souffre d’un problème de surchauffe des freins avant qui a limité le roulage de l’équipe à Bahreïn cette semaine. Pour les trois derniers jours des essais hivernaux 2022, McLaren n’a pas pu boucler l’intégralité de son programme en raison d’un problème sur le système de freinage de la MCL36 qui a obligé Lando Norris à se concentrer uniquement sur des relais courts. Des nouvelles pièces ont été montées sur la monoplace pour essayer de résoudre ce souci,

Lando Norris admet que McLaren ne se trouve pas là où elle l’aurait souhaité après les essais hivernaux, notamment parce que la MCL36 souffre d’un problème de surchauffe des freins avant qui a limité le roulage de l’équipe à Bahreïn cette semaine.

Pour les trois derniers jours des essais hivernaux 2022, McLaren n’a pas pu boucler l’intégralité de son programme en raison d’un problème sur le système de freinage de la MCL36 qui a obligé Lando Norris à se concentrer uniquement sur des relais courts. Des nouvelles pièces ont été montées sur la monoplace pour essayer de résoudre ce souci, mais visiblement la tentative de McLaren de corriger le problème a échoué et l’équipe est désormais lancée dans une course contre la montre avant la première manche de l’année qui est programmée le week-end prochain.

« C’était moins qu’idéal, ça n’a pas été les tests les plus fluides pour nous. Nous étions assez limités en termes de roulage à Bahreïn, je pense qu’à Barcelone nous étions bons, mais ici nous avons rencontré pas mal de problèmes supplémentaires qui ont considérablement limité le nombre de tours que nous devions faire. » a déclaré Norris.

« Nous avons eu des problèmes en particulier sur les longs runs, mais nous avons pu faire des relais courts avec peu de carburant. Nous sommes en retard par rapport à là où nous voulons être et là où nous pouvons dire que nous sommes confiants pour la première course. ce n’est pas génial, mais on s’en sort autant qu’on peut. Nous progressons certainement, même si nous ne sommes pas à la place à laquelle nous voulons être. »

Norris a toutefois exprimé son optimisme quant à la capacité de McLaren à surmonter ses problèmes de freinage et à trouver une solution pour lui permettre d’arriver à la première course de la saison avec une monoplace compétitive.

« Nous savons quels sont les problèmes, nous savons de quoi nous souffrons. Nous devons juste trouver la solution parfaite et nous n’en serons pas sûrs jusqu’à ce que nous arrivions à la première course la semaine prochaine. L’équipe travaille dur pour comprendre les problèmes, pourquoi ils se sont produits et pourquoi nous les rencontrons. Nous travaillons sur un correctif pour la semaine prochaine. »

« Ce n’est pas simple, c’est un domaine compliqué, il faut beaucoup de travail et beaucoup de temps pour trouver ces pièces et c’est pourquoi c’est un vrai défi de tout mettre en place pour la semaine prochaine. » conclut Norris.

L’an dernier, l’équipe McLaren a terminé à la quatrième place du championnat du monde des constructeurs et espère faire mieux cette saison. La campagne 2022 débute le 18 mars à Bahreïn.

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires