F1 - Vettel trouve les F1 2022 plus "paresseuses" à piloter
in

Vettel trouve les F1 2022 plus “paresseuses” à piloter

Sebastian Vettel admet que le poids supplémentaire des monoplaces 2022 se fait ressentir sur la piste et le pilote Aston Martin a parfois l’impression d’être au volant d’une F1 “paresseuse” comparé à l’ancienne génération.

Cette année en Formule 1, le poids minimum des monoplaces a encore augmenté pour atteindre presque 800 kilos (798 kg), une augmentation du poids due notamment à l’arrivée des nouvelles roues 18 pouces de Pirelli (13 pouces jusqu’en 2021). Le comportement de ces nouvelles monoplaces 2022 est donc en grande partie influencé par cette augmentation du poids, en plus des nouveaux packages aéro qui augmentent l’effet de sol et qui demandent donc aux pilotes une approche différente des années précédentes en termes de pilotage.

Après les essais hivernaux au cours desquels il a pu boucler 340 tours au total, soit un peu plus de 1700 kilomètres [Barcelone et Bahreïn], Sebastian Vettel a pu se rendre compte de l’effet du poids sur le comportement de son Aston Martin : “Ces voitures sont très différentes; vous pouvez remarquer l’augmentation du poids et cela rend les voitures un peu plus “paresseuses” à conduire.” a déclaré le quadruple champion du monde ce samedi à Bahreïn.

Concernant ses essais, Vettel – qui a terminé avec le douzième meilleur chrono des tests –  considère comme beaucoup que la lecture de la feuille des temps n’est pas pertinente et qu’il faudra attendre la première séance de qualifications de l’année pour connaitre la véritable hiérarchie. 

Les temps au tour ne sont en grande partie pas pertinents, de notre côté nous nous sommes donc concentrés sur l’amélioration de notre compréhension de l’AMR22. Je suis satisfait des progrès que nous avons réalisés et nous savons que ce sera une longue saison à essayer constamment de trouver de nouvelles améliorations.”

Tout le monde rencontre des défis similaires et cela fait partie du jeu. Je pense que la lecture des temps au tour est encore plus difficile cette année mais, derrière les équipes de tête habituelles, c’est un peloton serré, donc je m’attends à une concurrence féroce. Personne ne sait encore vraiment où ils en sont, et la semaine à venir sera importante pour s’assurer que nous sommes sur les rails à Bahreïn.”

La saison 2022 de Formule 1 débute ce vendredi 18 mars avec le Grand Prix de Bahreïn, première manche d’une campagne composée de 23 Grands Prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

F1 - McLaren espère un retour de Ricciardo pour le GP de Bahreïn

McLaren espère un retour de Ricciardo pour le GP de Bahreïn

F1 - Deux premiers jours peu représentatifs pour Pirelli à Bahreïn

Deux premiers jours peu représentatifs pour Pirelli à Bahreïn