Restez connectés

Grand Prix du Canada

Pascal Wherlein chez Toro Rosso dés le Grand Prix du Canada ?

Publié

le

© DR

Grand Prix d’Espagne – Barcelone : Alors que Brendon Hartley n’a même pas pu prendre part aux qualifications au Grand Prix d’Espagne ce samedi, le pilote Toro Rosso a terminé la course de dimanche à la douzième position à plus de deux tours du leader Lewis Hamilton.

Avec un seul point marqué en cinq courses, contre douze pour son coéquipier Pierre Gasly, le pilote néo-zélandais ne connait pas un début de saison remarquable.

Dans ce contexte, les rumeurs vont bon train et ont pris une plus grande ampleur ce week-end à Barcelone, notamment après l’énorme crash de Brendon Hartley en essais libres samedi matin, où sa monoplace a été complètement détruite.

Hartley n’aurait pas réussi à impressionner les dirigeants de Red Bull en ce début de saison et selon les dernières rumeurs du paddock, le pilote Toro Rosso pourrait être remplacé par Pascal Wherlein dés le Grand Prix du Canada en juin.

L’ancien pilote Sauber, désormais en DTM, aurait déjà proposé ses services à l’équipe Toro Rosso et il était d’ailleurs déjà en contact avec l’équipe italienne à la fin de la saison dernière avant qu’il ne perde son baquet en F1.

Brendon Hartley pourra-t-il terminer la saison au volant de la STR13 ? Pascal Wehrlein signera-t-il son retour en F1 en 2018 ?

Une chose est certaine, les rumeurs en Formule 1 sont bien souvent confirmées, et Red Bull a déjà prouvé par le passé qu’elle n’hésitait pas à « dégager » les pilotes qui n’étaient pas compétitifs.

.
commentaires

Grand Prix du Canada

Arrivé en fin de cycle, le moteur Mercedes a été utilisé à plein régime au Canada

Publié

le

© Mercedes-AMG

L’équipe Mercedes révèle qu’elle a utilisé ses moteurs à plein régime au Grand Prix du Canada, pour ce qui semblait être la dernière course d’un cycle de vie limité à sept courses avant de devoir introduire une nouvelle spécification.

Le Grand Prix du Canada ne s’est pas passé comme prévu pour Mercedes, avec une deuxième place pour Valtteri Bottas et seulement la cinquième position à l’arrivée de l’épreuve pour Lewis Hamilton, alors que le tracé Gilles Villeneuve de Montréal était sans doute l’une des meilleures pistes pour Mercedes pour briller.

Hamilton a d’ailleurs rencontré des problèmes moteur durant la course, mais le constructeur allemand souligne qu’il s’agissait de problèmes liés au refroidissement, sans aucun rapport avec l’usure de l’unité de puissance montée sur la monoplace du quadruple champion du monde.

« En course, tous les deux ont piloté l’unité de puissance comme ils l’ont fait lors de la première course. » explique James Vowles, le stratège en chef de l’écurie Mercedes.

« Il n’y a eu aucune gestion supplémentaire, pas de manipulations supplémentaires, de modes ou de diminution de la puissance. Dans les faits, nous utilisions pleinement l’unité de puissance. »

« Ce qui s’est passé avec la voiture de Lewis a été un événement totalement lié au refroidissement sur le châssis. Cela n’avait rien à voir avec le moteur en lui-même. »

« Nous avions du côté du châssis un problème de refroidissement qui est apparu très tôt en course pendant la Safety Car. Cela a eu pour conséquence de faire beaucoup chauffer l’unité de puissance. »

« Nous avons testé un certain nombre de contre-mesures, à la fois avec des manipulations que Lewis a pu faire pour nous et au niveau de son style de pilotage, donc Lewis s’est vraiment adapté à la situation du mieux qu’il a pu pour essayer de stabiliser et garder les températures sous contrôle. »

Lire

Grand Prix du Canada

Leclerc doit faire face à des problèmes de freins récurrents sur sa Sauber

Publié

le

© Sauber

Grand Prix du Canada : Le Monégasque Charles Leclerc a terminé à la dixième place au Grand Prix du Canada ce dimanche, marquant des points pour la troisième fois depuis le début de la saison avec Sauber.

13° sur la grille de départ, Charles Leclerc a réussi à tenir tête au très expérimenté Fernando Alonso pendant la course, et malgré des problèmes de freins récurrents sur sa monoplace, le jeune pilote Sauber a réussi à marquer le point de la dixième position à l’arrivée de l’épreuve.

C’est la troisième fois de sa jeune carrière que Charles Leclerc marque des points en Grand Prix, la première fois étant au Grand Prix d’Azerbaïdjan où il a terminé sixième et une autre fois à Barcelone où il a décroché la dixième place à l’arrivée du Grand Prix d’Espagne.

« Je suis vraiment content, ça fait quatre courses que je le dis, mais aujourd’hui, c’est sûrement la course la plus difficile pour nous. » déclare Leclerc.

« Nous avons eu des problèmes de freins, mais nous avons appris de nos erreurs à Monaco, et nous avons marqué un point, j’en suis vraiment ravi. »

Concernant Alonso, qui se faisait de plus en plus pressant dans ses rétroviseurs, Charles Leclerc admet qu’il a eu du mal à contenir l’Espagnol en raison de ses problèmes de freins.

« J’essayais vraiment de le contenir, mais c’est toujours très difficile de l’avoir derrière. C’était une situation très délicate car nous avions des problèmes de freins, et il fallait que je les économise. »

« C’était très délicat, mais au final, nous sommes parvenus à le maintenir derrière, puis il nous a fait un undercut. Mais nous avons tiré le maximum. »

Quelques tours plus tard, le pilote McLaren Fernando Alonso a abandonné sur problème mécanique.

Lire

Grand Prix du Canada

Perez et Sainz se rejettent la responsabilité dans leur collision au Canada

Publié

le

© DR

Grand Prix du Canada : Sergio Perez et Carlos se sont rejetés la faute après leur contact au Grand Prix du Canada ce dimanche au 5° tour de course et qui a vu la Force India de Perez partir dans le décor.

Carlos Sainz et Sergio Perez se battaient pour la neuvième position en course, lorsque le pilote Renault a percuté la Force India du Mexicain au freinage du premier virage du circuit Gilles Villeneuve. Sergio Perez est alors parti en tête à queue et a glissé de la dixième à la quatorzième position.

Dans la foulée, le pilote mexicain a immédiatement allumé sa radio en criant : « Il devrait prendre un drapeau noir. »

Après avoir été informé par son ingénieur que la situation faisait l’objet d’une enquête de la part des commissaires – qui n’ont finalement pas pris d’autres mesures après avoir jugé qu’il s’agissait d’un incident de course – Perez a répondu: « Sur quoi enquêtent-ils? N’est-ce pas clair? Il vient de me percuter. Je lui ai laissé assez d’espace ! »

La guerre des mots s’est poursuivie après la fin de la course, les deux pilotes se partageant la responsabilité de l’incident.

« Je n’ai pas regardé les images mais je suis à peu près sûr que je ne bouge pas dans la zone de freinage ou que je ne fais rien d’étrange sur ma ligne de conduite ou quelque chose comme ça. » déclare Sainz.

« [Perez] a tenté un mouvement très optimiste à l’extérieur et il est entré très tôt dans le virage et nous sommes entrés en collision, donc il n’y a rien de plus que cela. »

Sergio Perez, qui a déjà eu un accident similaire dans le même virage avec Felipe Massa en 2014, voit les choses différemment.

« Au restart après la voiture de sécurité … j’ai réussi à passer Carlos. » explique Perez. « J’ai été très surpris lorsqu’il m’a touché parce je lui ai laissé suffisamment d’espace et j’étais en avance. »

« Ce n’était pas bien, c’est pour ça que j’ai demandé une pénalité à la radio. J’ai été capable de rattraper la voiture et d’éviter l’accident, mais à partir de là, ma course a été compromise. »

Lire

Grand Prix du Canada

Lance Stroll fautif dans le spectaculaire accident au GP du Canada

Publié

le

© DR

Grand Prix du Canada : Après une qualification encourageante, le Grand Prix du Canada de Brendon Hartley n’a duré que quelques secondes ce dimanche à Montréal, après que le pilote Toro Rosso a percuté le mur de béton dans le premier tour de course lorsque la Wiiliams de Lance Stroll est devenue incontrôlable.

Brendon Hartley et Lance Stroll roulaient côte à côte au virage numéro 5 du circuit Gilles Villeneuve quand le pilote Williams a perdu le contrôle de sa monoplace et a envoyé la Toro Rosso de Hartley dans le mur.

Les deux pilotes sont partis au centre médical du circuit dans la foulée de cet accident spectaculaire par simple mesure de précaution, et Brendon Hartley a même été transporté à l’Hôpital local pour des examens plus approfondis.

Après avoir passé tous les examens nécessaires, le pilote néo-zélandais a pu retrouver son équipe le dimanche soir sur le circuit Gilles Villeneuve.

« J’étais à l’extérieur de Lance Stroll au virage 4, mais il a perdu le contrôle de sa monoplace, ce qui nous a envoyé tous les deux dans le mur. »a déclaré Hartley.

« C’est très décevant, parce qu’il y avait la place de passer à deux, et j’attendais avec impatience de faire une bonne course. C’est une façon frustrante de mettre fin au Grand Prix du Canada parce que j’ai été très content de ma performance tout le week-end. »

« J’ai mis du temps à revenir sur le circuit parce que j’ai été transporté à l’hôpital pour des examens approfondis, mais je suis en bonne santé et prêt pour la prochaine course. »

Lance Stroll pour sa part a tenu le même discours que Brendon Hartley, confirmant avoir perdu le contrôle de sa monoplace.

« J’ai eu un bon départ, j’ai gagné quelques positions, j’ai eu les deux McLaren, j’étais 13ème … En entrant dans le virage 5, j’étais à côté de Brendon, la voiture a décroché. » explique Stroll.

« J’ai essayé de corriger, mais il n’y avait rien à faire, c’était trop tard. Nous étions côte à côte et je l’ai touché et il n’y avait pas assez de place pour nous deux alors nous sommes allés dans le mur. »

« C’est comme ça, c’est la course, ce sont des choses qui arrivent. Dans le premier tour vous êtes proches, côté à côte, c’est comme ça que ça se passe. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait crevé avant que la voiture ne parte, Stroll a déclaré : « J’ai eu un contact lorsque j’ai doublé les McLaren, puis dans le virage 4, Brendon m’a touché un peu, ce qui pourrait être le cas. »

Lire

Grand Prix du Canada

Une erreur de communication voit le drapeau à damier agité un tour trop tôt au Canada

Publié

le

© DR

Grand Prix du Canada : Cela n’aura échappé à personne ce dimanche au Canada, le drapeau à damier a été agité un tour trop tôt devant la voiture du leader de la course, Sebastian Vettel.

Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA a expliqué qu’il s’agissait d’une erreur de communication entre la plateforme de départ/arrivée et le starter qui donne l’ordre de démarrer et d’arrêter la course.

Ce dimanche à Montréal, c’est la mannequin Winie Harlow qui était en charge du drapeau à damier, mais Whiting confirme qu’elle n’avait rien à voir avec cette erreur et n’a fait qu’exécuter les ordres du commissaire qui devait la briefer.

« Il y a eu une erreur de communication entre la plateforme de départ et le gars qu’ils appellent le starter ici, c’est celui qui fait démarrer et qui termine la course. » explique Whiting.

« Il pensait qu’il s’agissait du dernier tour, et il a donc demandé au contrôle de la course de confirmer et ils ont confirmé. »

« Ils [au contrôle de la course] pensaient qu’il les informait, alors qu’en fait il posait la question, et il a dit à la personne chargée d’agiter le drapeau de le faire un tour trop tôt. Donc, cela n’a rien à voir avec le fait qu’il s’agissait d’une célébrité. »

« Je pense juste que les gens qui ne travaillent pas en Formule 1 sont parfois confus par rapport aux infographies qu’ils voient sur leur écran, où il y a marqué 69/70. Nous savons tous que nous sommes dans le 69° tour, mais pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude, il est possible de penser « c’est le dernier tour ». »

Lire

Grand Prix du Canada

Toto Wolff annonce des changements en interne : « Nous devons nous réveiller »

Publié

le

© Mercedes-AMG

Grand Prix du Canada : Malgré le podium signé par Valtteri Bottas ce week-end à Montréal, Toto Wolff, le directeur exécutif de l’équipe Mercedes, n’est pas content de la prestation de son équipe au Canada et souhaite une réaction rapide et envisage quelques changements au sein de l’équipe.

Second à l’arrivée de l’épreuve, Valtteri Bottas a fait le job ce week-end à Montréal et a devancé son coéquipier Lewis Hamilton, qui pour sa part a été moins compétitif en course.

Toto Wolff décrit un week-end difficile pour Mercedes au cours duquel l’Autrichien estime que beaucoup d’erreurs ont été commises, et le podium de Bottas ne semble pas le satisfaire.

« Pas du tout, c’est un putain de résultat pour nous, je dois le dire comme ça. » déclare Wolff à l’arrivée de l’épreuve dimanche.

« C’était un bon circuit pour nous, mais pendant tout le week-end nous avons fait des petites erreurs. Nous devons nous réveiller, nous avons pris du retard dans tous les domaines. C’est une piste sur laquelle nous devions maximiser les points, pas maximiser les dommages. »

Pour Wolff, la première des erreurs ce week-end a été de choisir moins de trains de pneus Hyper-Tendres que la concurrence [5 trains pour les pilotes Mercedes] contre huit pour Ferrari et Red Bull.

La seconde erreur est venue de la mise à jour moteur qui n’a pas été introduite ce week-end en raison d’un défaut de qualité : « Ce championnat va être décidé avec une marge infime, et ne pas donner aux pilotes suffisamment de temps en piste avec les pneus Hyper-Tendres est quelque chose que nous devons changer. »

« Est-ce un facteur décisif ? Probablement non. Mais avoir le nouveau moteur nous aurait aidé. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre la moindre évolution ou faire la moindre erreur, sinon, nous serons directement pénalisés. »

Interrogé pour savoir s’il y aurait des conséquences au sein de l’équipe après les mauvais résultats de ce week-end, Wolff a été clair : « Il est nécessaire qu’il y ait quelques changements, nous verrons cela en interne ».

Lire
.
.
.
.

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

9Shares