circuit-portimao-f1-mercedes-portugal
in

Quel est l’impact d’une piste comme Portimao sur les F1 ?

La Formule 1 se rend cette semaine au Portugal sur le tracé très vallonné de Portimao, véritables montagnes russes avec une philosophie « old school », bien que le circuit soit relativement moderne puisqu’il a été construit en 2008.

Vous l’avez compris, la plus grande particularité du tracé de Portimao vient du fait que la piste offre des différences d’élévation prononcées aux pilotes tout au long du tour, obligeant les équipes à adapter légèrement les monoplaces pour pouvoir encaisser ces différentes compressions.

Ces changements de pente sont beaucoup plus raides qu’ils n’apparaissent à la télévision, mais bien qu’ils ne posent pas de défi technique particulier aux monoplaces elles-mêmes, ils ont un impact beaucoup plus important pour les pilotes.

Le changement d’élévation influence-t-il les performances ?

Lorsqu’on demande à Mercedes quel est l’impact sur la performance de ces différents changements d’altitude sur le tracé de Portimao, l’équipe du constructeur allemand nous explique:

« La réponse simple est que le changement d’altitude n’affecte pas les performances de la voiture autant que vous pourriez vous y attendre. »

« Cela met un peu plus de pression sur les voitures, mais elles sont construites pour supporter de lourds impacts sur les vibreurs et de grandes forces de toute façon, donc un peu de compression supplémentaire dans la suspension n’est pas un problème pour les machines de F1 modernes. »

« Mais différents types de changement d’altitude ont un impact sur les voitures de différentes manières, en fonction du circuit et de la topographie. »

« Certains nécessiteront des ajustements à la configuration de la voiture, pour vraiment adapter la voiture aux caractéristiques de la piste et les maximiser, tandis que d’autres nécessiteront de trouver le bon compromis. »

« Prenons l’exemple de Spa-Francorchamps. Le complexe intense de descente et de montée du Raidillon de l’Eau Rouge oblige les équipes à augmenter la hauteur de caisse avant de la voiture. »

« Il s’agit de gérer les forces de compression verticales d’environ 3 g que subit la voiture, lorsqu’elle est poussée dans le sol par le changement soudain de descente à montée alors qu’elle est presque en vMax (vitesse maximale, autrement connue sous le nom de vitesse de pointe). »

spa-belgique-raidillon-f1

« La compression verticale des pneus et de la suspension à travers cette section de piste est l’une des plus élevées du calendrier, ce qui n’est pas particulièrement surprenant étant donné que Spa a la plus grande différence de dénivelé (102 mètres entre le point le plus haut et le point le plus bas) en F1.« 

« Pourtant, ce niveau de compression n’est pas pris en compte sur une piste comme Portimao, car bien qu’il y ait des pentes raides, les changements d’altitude ne sont pas pris à des vitesses aussi élevées. »

« Le changement d’altitude du point le plus bas au point le plus élevé n’est pas aussi élevé qu’une piste comme Spa, avec une différence d’un peu moins de 30 mètres, mais les montées et les descentes sont plus fréquentes. »

« Cependant, ces ondulations ont toujours une influence sur la façon dont la voiture se comporte et réagit pendant un tour. Tout d’abord, à Portimao, il y a des entrées et des sorties de virage en montée et en descente, donc un mélange de directions de pente. »

« Vous ne pouvez pas configurer la voiture pour l’une ou l’autre, car cela compromettra trop d’autres éléments, il faut donc trouver un terrain d’entente pour que la voiture réagisse suffisamment bien dans tous ces scénarios. »

« Deuxièmement, les sorties de virage en descente sont un facteur intéressant à Portimao. Les charges de la voiture sont « légères  » aux sorties telles que le virage 11, qui a une dénivellation de 16 mètres, la plus forte pente sur la piste, et la voiture veut simplement continuer tout droit. »

« Ce n’est pas à cause de la gravité et de la force d’appui, mais les pilotes ressentent toujours un manque d’adhérence notable, ce qui peut rendre la voiture plus instable. Cela rend également la traction plus délicate, il y a donc un délai avec les pilotes pour réduire la puissance. »

« Une autre piste avec un changement d’altitude évident est le Red Bull Ring en Autriche. Les voitures ne ressentent pas de compression ni de sensation de « légèreté  » ici, mais il y a une « déformation » de la piste à affronter. »

circuit-spielberg-autriche-f1

« Le virage 3 en Autriche en est un exemple clair, car le virage crée une crête – à partir de l’entrée en montée et de la sortie en descente. Au fur et à mesure que les pilotes passent, la voiture a tendance à vouloir qu’une roue (la roue intérieur) se soulève et cela perturbe l’équilibre de la voiture. »

Quels défis pour les pilotes ?

« En regardant spécifiquement Portimao, le changement d’altitude a un impact beaucoup plus important sur les pilotes que sur les voitures. Les ondulations créent des sommets de virages aveugles, y compris les virages 8, 11 et 13. »

« Il est donc plus difficile de voir les entrées dans les virages et créer des points de référence pour le freinage. »

« Pour cette raison, il peut être plus difficile d’apprendre la piste et de gagner de la vitesse pendant les premiers tours d’essais libres. C’est certainement quelque chose que nous avons trouvé l’année dernière, lors de notre première visite à Portimao, où il a fallu un peu plus de temps aux pilotes pour s’installer et savoir où ils doivent s’engager sur leurs lignes de course et leurs points de freinage. »

« Le complexe le plus délicat pour les pilotes est sans doute les virages 10 et 11, car il s’agit d’un virage double droite avec une entrée en aveugle – alors que la piste monte d’environ 12 mètres – et une forte descente à la sortie de 16 mètres. Plus la pente est raide, plus une voiture de F1 veut voler. Mais ce n’est pas le cas grâce à la gravité et la force d’appui. »

circuit-portimao-f1-portugal-news

« Cependant, la charge sous les pneus (appelée zone de contact) diminue en conséquence et cela impacte l’adhérence du pilote à la sortie. Donc, cela rend la voiture un peu plus imprévisible à ces endroits sur des pistes comme Portimao, où il y a un de grandes différences d’élévation. »

« L’entrée à l’aveugle de la séquence du virage 10/11 et de la largeur de la piste signifie que nous voyons beaucoup d’approches différentes de la part des pilotes – en particulier pendant les essais, où ils trouvent la limite. Même avec l’entrée aveugle, avec le temps et l’expérience, ils savent exactement où diriger la voiture. »

« Les changements d’élévation mettent un peu plus de force dans le corps du pilote et rendent les choses plus exigeantes physiquement pendant un tour. »

« Bien que ce ne soit pas un problème trop grave à Portimao, en raison de la vitesse à laquelle les pilotes s’attaquent aux crêtes et aux creux, sur un circuit comme Spa-Francorchamps, c’est une autre histoire. »

« Le passage du Raidillon de l’Eau Rouge [à Spa], par exemple, est une compression massive. Tout comme il met plus de forces à travers la voiture et ses composants, des forces supplémentaires sont également ressenties par le pilote. »

raidillon-eau-rouge-spa-francorchamps-belgique-f1

« Heureusement pour les pilotes, en ce qui concerne l’élévation, ce sont des rafales courtes et brusques de force supplémentaire plutôt que des forces plus soutenues ressenties dans les virages. »

Quel impact sur la course ?

« La nature ondulante de certaines pistes a un impact faible mais important sur la course elle-même. Par exemple, à Portimao, les changements d’altitude et les entrées de virages à l’aveugle créent plus d’une trajectoire, ce qui peut créer des opportunités de dépassement ou d’erreurs. Mais cela peut aussi rendre la ligne de course encore plus définie, en fonction de la topographie locale. »

circuit-portimao-portugal-f1

« La sécurité et la visibilité sont d’autres facteurs à prendre en compte par les pilotes, car plusieurs sections ne sont pas visibles. »

« Le plongeon avant le premier virage en est un exemple à Portimao, tout comme le dénivelé après le virage 8, où vous ne pouvez pas voir ce qui vous attend jusqu’à ce que vous jetiez un coup d’œil par-dessus la crête. »

« Ce sont tous des défis et des processus de réflexion supplémentaires qui s’ajoutent à la charge de travail des pilotes pendant les sessions. »

« Les entrées dans les virages aveugles augmentent également le risque d’erreurs lors des qualifications, car les pilotes choisissent des points de freinage ou de virage sans les points de référence de piste normaux qu’ils auraient en vue. Donc, il est plus difficile d’être précis, surtout quand on est à la limite lors des qualifications sur une piste comme Portimao. »

Présentation GP du Portugal

F1 - Perez surpris d'être aussi rapide chez Red Bull dès sa deuxième course

Perez surpris d’être aussi rapide chez Red Bull dès sa deuxième course

alpine-f1-imola-brivio

Alpine F1 va poursuivre le développement de l’A521 lors des prochaines courses