circuit de singapour

Quelques chiffres intéressants sur le Grand Prix de Singapour

Voici quelques chiffres intéressants à connaître avant la quinzième épreuve de la saison 2019 qui se disputera ce week-end à Singapour sur le tracé de Marina Bay.

Singapour offre un panorama complètement différent de la piste précédente. Si les appuis étaient faibles à Monza, les pilotes doivent cette fois s’adapter à un circuit urbain intégralement – ou presque – composé de virages lents, où les rails ne sont jamais très loin.

Toutes les voitures rechercheront un maximum de charge aérodynamique. Avec ses gros freinages et ses demandes sur la traction, le tracé fait souffrir les pneumatiques. La surchauffe à l’arrière pose souvent problème, notamment dans le dernier secteur marqué par une série de chicanes droite-gauche et gauche-droite. C’est la course la plus longue de l’année. La chaleur et l’humidité en font par ailleurs un véritable défi physique pour les concurrents.

4600 passages de vitesses en course

En raison des nombreux changements de direction, les pilotes changent 76 fois de rapport par tour, soit plus de 4 600 passages de vitesses en course et près de 13 000 pressions sur les palettes durant tout le week-end.

Un arrêt au stand coûte cher à Singapour

Le temps nécessaire pour effectuer un arrêt au stand à Singapour est le plus long de l’année avec 31 secondes passées dans la voie des stands entre le moment où le pilote entre et ressort. Choisir le moment et la stratégie appropriés pour s’arrêter s’avère crucial, encore plus sur cette manche.

« 73 tours effectués derrière une voiture de sécurité à Singapour depuis 2008 »

Le poids est un ennemi à Singapour

L’ajout de carburant à la voiture augmente considérablement les temps au tour à Marina Bay : 10 kilogrammes d’essence ont une influence estimée à 360 millièmes de seconde, soit le plus grand impact de la saison.

100% de probabilité de voir une voiture de sécurité

Depuis l’arrivée du Grand Prix de Singapour au calendrier de la F1 en 2008, les pilotes ont déjà effectué 73 tours derrière une voiture de sécurité dans les rues de Singapour (en additionnant les différentes éditions).

Avec une telle statistique, vous comprendrez pourquoi la probabilité de voir une voiture de sécurité à Singapour pendant la course est de 100%.

Très peu de dépassements

Pour l’édition 2018 du Grand Prix de Singapour, les spectateurs ont pu assister à seulement cinq dépassements au terme des 61 tours de course.

La position de départ sur la grille est donc très importante à Singapour, puisque lors des éditions précédentes, le poleman a remporté le Grand Prix de Singapour à huit reprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

Lando Norris

Lando Norris aimerait plus de sévérité dans les catégories inférieures

romain grosjean haas

Gunther Steiner : « Romain a fait du bon travail ces quatre années »