nico hulkenberg renault RS19

Renault en retard côté châssis

Le président de Renault Sport Racing, Jérôme Stoll, ne se voile pas la face, et admet que les performances de son équipe en ce début d’année sont en deçà des espérances, mais espère un retour à la normale en seconde partie de saison.

Le moins que l’on puisse dire est que l’équipe Renault n’a pas connu des résultats à la hauteur de ses espérances en ce début de saison 2019, puisque l’écurie du constructeur français se retrouve huitième du classement constructeurs après les cinq premières courses de l’année.

Pour Jérôme Stoll, la situation n’est évidemment pas acceptable pour une équipe d’usine, mais le Français se veut confiant pour le reste de la saison.

« Actuellement, on ne peut pas être satisfaits du début de saison. » admet Jérôme Stoll, le président de Renault Sport Racing pour Ouest France.

« Maintenant, il faut remettre ça en perspective avec le développement que l’on fait sur la voiture. Niveau performance, ce n’est pas si mal. A Shanghai, on met les deux voitures en Q3, et les écarts avec ceux de devant se sont réduits. »

« Le moteur a beaucoup évolué cet hiver. » souligne le président de Renault Sport Racing. « D’autres évolutions sont sur les bancs. Nous sommes confiants sur la performance. Sur la fiabilité, il faut absolument que nous progressions. »

« Je ne veux pas me cacher derrière ça, il faut tout maîtriser : équipes, fournisseurs pour y arriver. Ce à quoi nous travaillons. »

Après avoir annoncé une stratégie agressive en termes de développement cet hiver, Renault savait que le gain en performance se ferait certainement au détriment de la fiabilité.

« Absolument, on savait que l’on prenait des risques et que l’on pourrait faire face à une telle situation. Après, même les grandes équipes ne sont pas épargnées, regardez Ferrari. Ce qui n’est pas acceptable, c’est que les problèmes se répètent régulièrement. »

Le problème vient du châssis, pas du moteur

« Le châssis, on sait que nous sommes en retard. Pas par rapport à notre temps, mais par rapport aux autres. On a recruté massivement, en volume, mais en qualité, ça a pris plus de temps. »

« Ce qui est encourageant, c’est que nous aurons des propositions d’amélioration très régulièrement. C’est encourageant, car pour moi, nous sommes dans le rythme. »

« Côté environnement, nous sommes bien, mais nous devons encore nous améliorer sur les détails, pit-stop, logistique, gestion, stratégie…Tout cela fait que, quand tout fonctionne, cela forme une grande équipe. Nous ne le sommes pas encore, mais le contexte général est beaucoup plus favorable que les résultats ne le démontrent. »

Un podium serait bien pour 2019

Côté objectifs, l’équipe du losange a dû revoir ses prétentions à la baisse cette année. Le président de Renault Sport Racing serait déjà heureux de voir l’un de ses pilotes au moins une fois sur un podium.

« Si on fait un podium cette saison, on sera ravis. A la régulière, en revanche, cela me parait peu probable. Si on signe une place dans le top 3, ce ne sera pas quelque chose de régulier ensuite. Nous sommes encore un peu loin. De fait, si cela arrive, il ne faudra surtout pas se relâcher. »

Notez que cet entretien a été réalisé quelques jours avant le Grand Prix d’Espagne durant lequel Renault n’a marqué aucun point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

f1 marrakech maroc

La Formule 1 en discussions pour un Grand Prix au Maroc

renault silverstone

Pirelli dévoile les pneus disponibles pour Silverstone