cyril abiteboul

Renault admet que ses problèmes de fiabilité peuvent compromettre sa saison

Le patron de l’équipe Renault, Cyril Abiteboul, admet que les problèmes de fiabilité dont est victime son équipe depuis le début de l’année pourraient sérieusement compromettre la saison 2019 du constructeur français.

Après seulement trois courses, Renault a déjà subi quatre abandons, dont trois pour des problèmes de fiabilité liés au MGU-K.

L’équipe du constructeur français est toujours quatrième du classement des constructeurs, mais l’écurie Alfa Romeo est désormais à égalité de points, ce qui veut dire que l’équipe suisse est devenue cette année une véritable menace pour Renault.

A Bakou, quatrième manche de la saison 2019, Renault va essayer de profiter des situations de course, bien souvent imprévisibles dans les rues de la capitale azerbaïdjanaise, afin de marquer un maximum de points avec ses deux monoplaces.

« Pour la première fois de l’année le weekend du Grand Prix de Chine s’est déroulé normalement jusqu’à la séance de qualifications : la compétitivité de nos monoplaces et de nos pilotes nous ont permis d’atteindre la Q3, et nous aurions pu même démarrer un peu plus haut sur la grille. » explique Cyril Abiteboul à la veille de la quatrième manche de l’année qui se déroulera à Bakou.

« Le dimanche, Daniel a réalisé une course solide, tout en contrôle, étant le seul à faire fonctionner une stratégie à un seul arrêt en partant avec les Soft, ce qui lui a permis d’ouvrir son compteur avec nous. Grâce à ces points et à un peloton très fragmenté, nous retrouvons la quatrième place du championnat. »

« Nous avons cependant connu un nouvel abandon, le quatrième en six départs, dont trois sur des problèmes de fiabilité. Si notre objectif pour la saison de creuser l’écart avec le peloton demeure inchangé, nous devons accepter de fournir un effort particulier sur la résolution de ces problèmes qui pourraient compromettre notre saison. »

« Nous allons continuer d’attaquer et d’apporter des éléments nouveaux sur les prochaines manches. Bakou est souvent imprévisible, les courses sont palpitantes et c’est une occasion de capitaliser sur les erreurs de ses adversaires tout en essayant d’éviter d’en commettre nous-mêmes ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

circuit de bakou en azerbaïdjan

Ricciardo : « D’autres circuits devraient s’inspirer de Bakou »

roadshow grand prix de france

Vous étiez plus de 30 000 à Marck-en-Calaisis pour le roadshow du GP de France