Restez connectés

GP de Grande-Bretagne

Renault introduit un correctif pour son turbo à Silverstone

Publié

le

© Renault

Grand Prix de Grande-Bretagne : Renault espère que les améliorations introduites au Grand Prix de Grande-Bretagne ce week-end amélioreront nettement la fiabilité de son turbo après un abandon avec la RS18 de Nico Hulkenberg au GP d’Autriche la semaine dernière.

Le directeur général de Renault Sport Racing, Cyril Abiteboul, révèle que le turbo utilisé au Grand Prix d’Autriche sur la voiture de Nico Hulkenberg était l’ancienne spécification, le constructeur français n’ayant pas modifié ce composant dans le cadre de la mise à jour introduite plus tôt au Grand Prix du Canada.

« Ce n’était pas la nouvelle spécification du turbo, c’est un nouveau moteur, mais il n’y avait rien de différent sur cette spécification par rapport aux spécifications précédentes. » révèle Abiteboul à Autosport.

« Cependant, nous aurons un correctif qui sera introduit à Silverstone comme prévu, et qui n’était pas disponible ici [Autriche]. »

« Nous savions que nous courions un risque après la panne sur la voiture de Daniel [Ricciardo] à Shanghai, le seul problème que nous ayons eu depuis Shanghai. »

« Le turbo de la voiture de Nico est définitivement mort, mais le moteur à combustion interne les autres composants devraient être OK. »

Pas de pénalité pour l’instant

Abiteboul affirme que Renault suit sa feuille de route concernant les changements de composants jusqu’à présent et ne s’attend pas à écoper d’une pénalité avant au moins la trêve estivale.

« Nous étions sur le plan d’utilisation de quatre moteurs pour suivre le rythme de développement, et en particulier l’introduction de la spécification C, ce qui nous donne une certaine marge pour ce type de situation. »

« Mais ce n’est pas une situation acceptable, nous devons continuer à travailler sur ce type de fiabilité. Il n’y a pas de pénalité pour le moment, nous prévoyions des pénalités après la trêve, ce qui est toujours notre plan. »

.

GP de Grande-Bretagne

Williams a détecté et réglé le problème survenu sur la FW41 à Silverstone

Publié

le

© DR

Paddy Lowe, le directeur technique de l’équipe Williams, affirme que la formation britannique sait exactement où se trouvait le problème sur la FW41 au Grand Prix de Grande-Bretagne.

A Silverstone, les deux pilotes Williams ont rencontré de graves problèmes avec le comportement de leur monoplace durant la séance de qualifications, obligeant l’équipe à les faire partir depuis la voie des stands le dimanche après avoir changé le fond plat, ainsi que l’aileron arrière, qui étaient de nouvelles pièces introduites pour Silverstone.

Sergey Sirotkin et Lance Stroll ont tous les deux perdu le contrôle de leur monoplace à Silverstone, et à chaque fois, ce fut de la même manière avec l’arrière qui décrochait subitement.

« Les problèmes que nous avons rencontré étaient dû principalement à quelques changements apportés sur le fond plat dans la zone du diffuseur. » explique Lowe à Autosport.

« Nous travaillons de manière très agressive dans notre tentative d’améliorer les performances, et nous utilisons le vendredi pour tester les pièces de façon intensive. »

« Les modifications apportées au niveau du diffuseur nous ont apporté une certaine amélioration dans les virages, mais il y a eu un effet secondaire qui faisait décrocher l’arrière de la voiture par intermittence lorsque le DRS était utilisé. »

« C’était totalement inattendu, mais désormais nous le comprenons et nous n’utilisons plus ces pièces. Ce n’était pas dû à l’aileron arrière, je ne peux pas en dire plus parce que toutes ces pièces fonctionnent ensemble, mais la principale cause n’était pas l’aileron arrière. »

Lire

GP de Grande-Bretagne

Le mauvais départ d’Hamilton à Silverstone était seulement dû à un patinage excessif

Publié

le

© Mercedes-AMG

L’équipe Mercedes a révélé que le mauvais départ de Lewis Hamilton au Grand Prix de Grande-Bretagne était simplement dû à un patinage excessif sur la grille de départ et non à une erreur de la part du pilote britannique.

Hamilton, qui s’élançait depuis la pole position en Grande-Bretagne, est resté collé sur son emplacement au départ, laissant le champ libre à Sebastian Vettel, qui s’est emparé de la tête de la course et qui a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Bien consciente que les départs sont d’une importance capitale, Mercedes admet qu’elle se penche de façon plus assidue sur le sujet depuis quelques courses afin d’éviter de revivre une situation similaire à celle vécue par Lewis Hamilton à Silverstone le week-end dernier, qui a vu les deux Ferrari décoller comme des avions de chasse à l’extinction des feux.

« Nous savons parfaitement que si nous sommes en pole, nous nous devons de décoller de la grille de départ aussi bien que les Ferrari, et c’est ce que nous allons essayer de faire en tout cas à Hockenheim » explique Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie en piste chez Mercedes.

« [Concernant le départ raté de Hamilton à Silverstone] Nous avons eu du patinage, il y avait un peu moins d’adhérence que ce que à quoi nous nous attendions sur la grille. Nous avions fait des simulations, et à Silverstone ils nous autorisent à le faire sur la grille. »

« Mais pour une raison quelconque, le dimanche ce n’était pas du tout comme ce à quoi nous nous attendions, et dés qu’il y a eu du patinage, nous avons perdu la motricité et ça lui a rapidement coûté des places. »

Lire

GP de Grande-Bretagne

Villeneuve : « Raikkonen aurait eu une pénalité moins importante s’il avait touché Bottas »

Publié

le

© Ferrari

Selon Jacques Vileneuve, Kimi Raikkonen aurait écopé d’une pénalité moins lourde au Grand Prix de Grande-Bretagne si le Finlandais avait percuté la Mercedes de Valtteri Bottas au lieu de celle d’Hamilton.

Le pilote Ferrari a écopé d’une pénalité de dix secondes pour avoir percuté la Mercedes de Lewis Hamilton au départ de la course, tandis que son coéquipier Sebastian Vettel n’a écopé que d’une pénalité de cinq secondes au Grand Prix de France pour la même erreur sur la voiture de Bottas.

Villeneuve pense que la pénalité infligée à Raikkonen le week-end dernier met en évidence l’incohérence des officiels en Formule 1, soulignant que le Finlandais aurait certainement reçu une pénalité moins lourde s’il avait touché la monoplace de Valtteri Bottas.

« Je ne comprends pas pourquoi c’est dix secondes et une autre fois c’est cinq, et parfois ce n’est rien. » commente Villeneuve à Autosport. 

« C’est ce qui ne va pas, c’est la course, je n’aime pas quand il y a des pénalités de course, à part quand il y a une conduite sale ou stupide. »

« Ils ont décidé que comme il s’agit de Lewis et que nous sommes au Royaume-Un et qu’il se bat pour le championnat, cela vaut dix secondes. Si ça avait été Bottas, il aurait donc pris cinq secondes, c’est bien ça ? »

« Parfois vous voyez des choses comme Verstappen en Autriche, quand il a touché Kimi. Pourquoi n’a t-il pas eu une pénalité ? Juste parce que Kimi n’est pas sorti ? Si Kimi était sorti, alors cela aurait été une pénalité ? C’est ce qui ne va pas, c’est l’action qui compte, mais pas ce qui se passe après l’action finalement. »

Lire

GP de Grande-Bretagne

Horner explique que ses pilotes ont souffert de la vitesse folle de Ferrari

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Le team principal de Red Bull Racing, Christian Horner, affirme que ses pilotes ont été énormément exposés à la vitesse de pointe incroyable que les deux Ferrari avaient à Silverstone dimanche dernier au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Max Verstappen a été incapable de contenir Kimi Raikkonen derrière lui, bien que le pilote Ferrari ait commis une petite erreur au restart de la course après la seconde voiture de sécurité.

Horner explique que ses pilotes ont vraiment eu du mal à contrer les attaques des Ferrari en piste en raison d’un delta de vitesse important sur les lignes droites.

« Nous étions juste énormément exposés, à la fois en défense et en attaque. » déclare Horner. « On a pu voir au restart avec Kimi, c’était un peu comme à Mexico en 2015 avec de la puissance en plus. »

« Nous avons utilisé notre mode qualifications au restart pour contrer l’attaque de Kimi, mais vous avez pu voir la différence. On a pu voir à quel point Max a dû défendre pour garder Kimi derrière lui, leur survitesse au départ était folle. »

« Pour Daniel [Ricciardo], il ne pouvait même pas attaquer Valtteri [Bottas] et ce malgré le fait qu’il disposait de pneus offrant une adhérence supérieur. Même avec le DRS ouvert, nous étions encore loin. »

« Le problème de Silverstone est qu’il s’agit d’un circuit d’accélération, on parle de 82% du temps à fond en qualifications. Donc, des virages comme Copse, Becketts ou Stowe ne sont plus tout à fait le même défi qu’auparavant parce que tout le monde est à fond dans Copse maintenant.

Lire

GP de Grande-Bretagne

L’équipe Renault explique pourquoi elle a choisi les pneus durs à Silverstone

Publié

le

© Renault

L’équipe Renault affirme que c’est le « choc » des pneus cloqués en Autriche la semaine dernière qui a conduit le constructeur français à opter pour une stratégie inhabituelle au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Nico Hulkenberg et son coéquipier Carlos Sainz ont été les seuls pilotes à prendre le départ avec des pneus Médiums au Grand Prix de Grande-Bretagne, avant de passer avec les gommes les plus dures proposées par Pirelli ce week-end et qu’aucun autre pilote n’a voulu monter sur sa monoplace en course.

Renault explique cette décision à la suite des événements au Red Bull Ring où les pneus de Carlos Sainz ont subi plus de cloques que n’importe quelle autre monoplace en Autriche.

« C’est une stratégie qui nous a été imposée en raison des caractéristiques actuelles de la voiture. » déclare Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing à Autosport.

« Nous sommes toujours sous le choc de l’Autriche où notre stratégie a été détruite après l’apparition de cloques sur les pneus montés sur la voiture de Carlos. »

« A partir de cette situation et en réfléchissant quelques jours, nous avons opté pour un composé Médium et Dur. Nous étions les seuls à opter le composé dur que nous avons testé vendredi après-midi, et nous pouvions voir que nous avions un rythme décent sur ce composé par rapport aux autres équipes, alors nous avons décidé de l’utiliser. »

« Nous savons que nous avons une voiture qui dégrade les pneus beaucoup plus que les autres équipes, c’est un fait, nous le savons. Nos concurrents le savent aussi, alors cela ne sert à rien de se cacher. »

« Nous devons nous concentrer sur cela en travaillant sur les appuis aérodynamiques, ainsi que sur la conduite et la maniabilité de la voiture, particulièrement sur une piste comme Silverstone, qui est très bosselée et avec beaucoup de virages rapides. »

« La voiture saute, donc les pneus absorbent beaucoup d’énergie et ils se dégradent. Nous connaissons le problème, nous avons une solution mais cela prendra un peu de temps. »

Lire

GP de Grande-Bretagne

Nico Rosberg : « Kimi Raikkonen a juste fait une erreur »

Publié

le

© DR

Nico Rosberg estime qu’il n’y avait rien de délibéré au sujet de l’accrochage entre Kimi Raikkonen et Lewis Hamilton dimanche dernier au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Alors que Mercedes et Lewis Hamilton ont suggéré que le pilote Ferrari avait fait exprès de percuter la monoplace du quadruple champion du monde en Grande-Bretagne, le champion du monde 2016, Nico Rosberg, pense que Kimi Raikkonen a tout simplement raté son coup.

Rosberg déclare que le fait que Ferrari n’ait pas imposé de consigne d’équipe à Kimi Raikkonen en Autriche lorsqu’il devançait Sebastian Vettel en piste est un signe clair que le Finlandais n’est pas là pour aider son coéquipier.

« Nous avons aussi pu le voir en Autriche, parce que même là Kimi ne pilotait pas pour son coéquipier. » explique Rosberg sur sa chaîne YouTube.

« En Autriche, Kimi était deuxième et Sebastian troisième, mais Sebastian n’est pas passé. [concernant son accrochage à Silverstone] C’est inhabituel pour Kimi parce que ce genre de chose ne lui arrive pas d’habitude. »

« Mais ce n’était certainement pas volontaire de sa part, et puis il a obtenu une pénalité de dix secondes pour cela, donc c’est réglé. »

Lewis Hamilton a posté un message sur les réseaux sociaux disant qu’il accepté les excuses de Kimi Raikkonen. Le pilote Mercedes souhaite désormais se projeter vers le Grand Prix d’Allemagne.

Lire
.
.
.
.

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

14Shares