romain grosjean

Romain Grosjean est certain que Haas a la quatrième meilleure voiture de la grille

Le pilote français Romain Grosjean estime que son équipe Haas a les capacités de terminer la saison 2019 au quatrième rang au classement des constructeurs.

Depuis le début de la saison 2019, l’équipe Haas a rencontré de grandes difficultés avec la compréhension des pneumatiques Pirelli.

Mais depuis deux courses maintenant, Romain Grosjean explique que la situation s’est nettement améliorée, notamment en ce qui concerne la fameuse fenêtre d’exploitation que l’équipe n’arrivait pas à trouver.

« Nous avons désormais une idée précise de ce que nous devons faire en matière de pneus. » explique Romain Grosjean.

« Nous travaillons très fort, alors nous savons exactement où se trouve la fenêtre. Maintenant, la question est de savoir comment amener les pneus dans cette fenêtre. Je pense que nous progressons de mieux en mieux. »

« Les choses devraient s’améliorer un peu, et je crois toujours que nous avons la quatrième voiture la plus rapide sur la piste. »

« Le milieu de peloton cette année est super, super serré. Trois dixièmes de seconde en qualifications peuvent vous placer en P6, P7 ou même P15. C’est très excitant. C’est un bon défi pour les pilotes. Vous vous poussez à la limite tout le temps. »

« Je pense que ce serait bien si l’on pouvait se battre pour la victoire ou la pole position, mais évidemment, les grandes équipes sont beaucoup trop loin. »

« Nous avons le potentiel pour obtenir la quatrième place [au championnat], mais nous devons tout mettre en place, mettre fin aux petites erreurs et marquer des points. J’ai vraiment hâte d’être au Canada. »

AU championnat du monde, l’équipe Haas occupe actuellement la sixième place avec 16 points marqués depuis le début de la saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

max verstappen red bull

Christian Horner veut que les pilotes redeviennent des « gladiateurs modernes »

tribune france gp de france

Mise en place d’une « tribune France » au Grand Prix de France