F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace
SPA, BELGIUM - AUGUST 28: Max Verstappen of Red Bull Racing and The Netherlands qualifying ahead of the F1 Grand Prix of Belgium at Circuit de Spa-Francorchamps on August 28, 2021 in Spa, Belgium. (Photo by Peter Fox/Getty Images) // Getty Images /
in

Technique F1 : Red Bull ne cesse d’améliorer sa monoplace

Red Bull Racing a officiellement remporté le GP de Belgique, lors d’un des week-ends de course les plus difficiles de ces dernières années pour la F1, avec un GP de Belgique qui n’a finalement pas eu lieu en raison de la pluie. La victoire de Verstappen s’est essentiellement concrétisée le samedi lors des qualifications, avec une RB16B revenue au top.

Si on se concentre sur l’équipe de Milton Keynes, elle continue d’étonner sur le plan technique par la quantité de nouvelles pièces et de mises à jour qu’elle continue d’introduire sans relâche à chaque GP sur sa RB16B. Red Bull n’est pas resté les bras croisés en Belgique non plus et a apporté de petites innovations techniques à sa monoplace, ainsi que diverses adaptations aérodynamiques pour la piste de Spa-Francorchamps.

Pendant le jeudi du week-end de Spa, rien n’a été divulgué sur d’éventuelles mises à jour sur la monoplace de Verstappen et Perez. En regardant de plus près les photos, cependant, nous avons vu des changements sur le fond plat de la voiture de Max Verstappen dans la zone de coupe en Z. Nous avons pu remarquer une forme différente dans cette zone, avec l’ajout d’un deuxième déviateur de flux.

F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace

Cet inverseur de flux a également une forme plus incurvée dans la partie supérieure, afin de mieux canaliser le flux d’air provenant de l’avant du fond plat vers l’extérieur de la voiture.

En agissant ainsi, Red Bull a essayé de récupérer l’appui perdu causé par la découpe du fond plat imposée par la réglementation, en essayant de dévier les tourbillons d’abord vers la partie la plus externe, et de les sceller dans la partie inférieure, augmentant ainsi l’efficacité du diffuseur arrière.

La différence de performance par rapport à Mercedes se fait surtout dans les réglages de la RB16B, avec un Max Verstappen qui a réussi à être très rapide dans le deuxième secteur (le mixte) de la piste de Spa-Francorchamps. La force d’appui élevée que la RB16B parvient à générer depuis le fond plat lui permet donc d’être très rapide dans les sections sinueuses.  Cet aspect est l’un des points forts de cette RB16B et nous avons déjà pu l’apprécier à plusieurs reprises cette année.

La solution technique aperçue sur le fond plat de la Red Bull fait peut-être partie de ce que l’on pourrait appeler de la « micro–aérodynamique », mais cela pourrait certainement aider à faire la différence dans un combat aussi serré contre Mercedes et Lewis Hamilton. Samedi à Spa-Francorchamps, la nouvelle spécification du fond plat a également été vue sur la monoplace de Sergio Perez. Il s’agit là d’un énième changement de surface du fond plat pour l’équipe Red Bull, après la dernière mise à niveau majeure que nous avons pu voir à Silverstone et dont les nouveautés étaient surtout visibles dans la zone la plus en arrière.

Le travail technique pour la Belgique a principalement porté sur le réglage aérodynamique de la RB16B. Sur la voiture de Verstappen et Perez pour la séance de qualifications, nous avons pu également apercevoir un aileron arrière avec le volet mobile du DRS coupé dans la zone la plus à l’extérieur.

Des tests pour Monza

Lors des essais libres du samedi matin, un travail de collecte de données a également été effectué en vue du Grand Prix d’Italie à Monza, avec une courte séance de tours avec un aileron arrière encore plus réduit.

F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace

Il a donc été possible d’apprécier quelle devrait être la configuration aérodynamique à adopter dans les longues lignes droites de la piste de Monza (du 10 au 12 septembre). De nombreuses autres équipes ont pour leur part concentré leur travail uniquement sur la Belgique, également en raison des conditions météorologiques.

Spa-Francorchamps est une piste qui a tendance à favoriser ceux qui utilisent peu d’aileron afin d’exploiter les vitesses maximales dans les secteurs 1 et 3, sacrifiant la partie sinueuse dans le secteur 2. Cependant, toujours au sujet des ailerons arrière, l’équipe de Milton Keynes a décidé de profiter de l’accident lors du tour de mise en grille de Sergio Perez avant la course pour monter un aileron plus chargé sur la voiture numéro 11.

Avec les fortes pluies de dimanche, il était effectivement préférable d’avoir plus d’appuis que dans des conditions sèches, et Red Bull a voulu profiter du départ de Perez depuis la voie des stands pour contourner la règle du parc fermé en montant sur sa monoplace un aileron arrière avec plus d’appuis. Mais cela n’a finalement servi à rien, à cause du drapeau rouge.

F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace

Plus à l’aise dans la fraicheur

Les conditions météorologiques ont également favorisé la RB16B par rapport à la Mercedes W12, la voiture d’Adrian Newey préférant l’asphalte plus frais. Depuis que les nouveaux pneus ont été introduits à Silverstone, Red Bull semblait avoir perdu l’efficacité qu’elle avait sur la gestion des pneus par rapport à Mercedes.

Pour essayer de revenir aux niveaux d’efficacité thermique que la voiture de Verstappen avait sur les pneus, de nouveaux conduits de frein ont été introduits en Hongrie sur l’essieu avant, avec une conception qui a amené plus d’air dans la jante.

F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace

La solution en forme d’oreille qui reprend celle utilisée en 2020, sacrifie légèrement l’efficacité aérodynamique pour une meilleure gestion des températures au cœur de la gomme. On pourrait penser qu’il s’agit d’une solution exclusivement liée au refroidissement des disques de frein, mais en réalité, elle aurait pu être convenablement étudiée pour mieux gérer les températures internes de la gomme, après que Pirelli ait décidé de modifier la structure des pneumatiques au beau milieu du championnat 2021. La décision de faire marche arrière et de revenir à une solution similaire à 2020 n’est donc pas anodine.

Toujours sur le sujet du refroidissement, les basses températures en Belgique (y compris le temps pluvieux) ont permis d’adopter des solutions plus aérodynamiques sur les capots moteurs. Par rapport à Budapest, à Spa il était possible de fermer au maximum la carrosserie dans la zone coca-cola, également pour augmenter l’efficacité aérodynamique dans la longue ligne droite de Kemmel, et dans le virage de Blanchimont.

Dans la comparaison photographique, il est possible d’observer la solution adoptée à Spa, les ouvertures du capot moteur restant en dessous de la suspension par rapport à la dernière course disputée en Hongrie.

F1 - Technique F1 : Red Bull ne cesse d'améliorer sa monoplace

Ne pas avoir pu apprécier le comportement en course de la Mercedes et de la Red Bull ne nous a pas permis de savoir si la RB16B revenait vraiment aux niveaux vus jusqu’aux qualifications sprint à Silverstone, alors que cette année sur les pistes à faible charge, Red Bull a toujours mieux performé que Mercedes, qui a toujours tendance à devoir trop charger l’aileron arrière, au détriment de la vitesse dans les lignes droites.

A la limite avec les moteurs…et le budget

Pour la suite de la saison, qui reprend immédiatement avec le GP des Pays-Bas à Zandvoort ce week-end, Red Bull est désavantagée par rapport à sa rivale Mercedes sur le plan du groupe motopropulseur. L’équipe de Christian Horner a en effet déjà utilisé les trois unités de puissance disponibles, et il reste encore la moitié de la saison. Terminer le championnat sans remplacer aucun composant sera une entreprise louable, mais il semble inévitable que des pénalités sur la grille de départ tomberont pour Verstappen et Perez à un moment donné.

Quant au plafonnement budgétaire, c’est un autre aspect auquel l’équipe autrichienne doit prêter une attention particulière, car elle ne peut plus se permettre de dépenser des ressources financières pour remplacer les pièces endommagées. Le double crash de Perez et Verstappen en Belgique, bien qu’il n’ait pas endommagé de pièces importantes comme la boîte de vitesses ou le châssis, n’aide pas d’un point de vue économique.

Les développements continus ne permettent pas non plus d’importantes dépenses imprévues en cas d’accidents. De nombreuses équipes se concentrent désormais sur le développement de la voiture 2022, tandis que Red Bull continue d’apporter des améliorations à la voiture actuelle, avec la ferme conviction qu’elle peut donner à Max Verstappen une voiture capable de remporter le championnat cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

1 commentaire

  1. Effectivement les pénalités qui pendent au nez de Red Bull pourrait bien avantager Hamilton pourtant depuis Vettel, Red Bull n’a jamais était aussi autant en lice pour le championnat.

F1 - Alonso : "Découvrir un tracé est devenu moins extraordinaire en F1"

Alonso : « Découvrir un tracé est devenu moins extraordinaire en F1 »

kimi-raikkonen-alfa-romeo-f1

Officiel : Kimi Raikkonen annonce sa retraite de la F1