Verstappen a subi « pas mal de dégâts » après avoir heurté une quille

max verstappen red bull
Max Verstappen au volant de sa Red Bull à Miami

Le patron de Red Bull, Christian Horner, a déclaré que Max Verstappen a subi « pas mal de dégâts » sur sa monoplace dimanche dernier au Grand Prix de Miami après avoir heurté une quille sur le circuit.

Au Grand Prix de Miami, Max Verstappen – qui était en tête de la course – a heurté une quille qui matérialisait le point de corde à la chicane dans le dernier secteur du tracé. Cette quille en plastique a frappé l’aileron avant de la Red Bull, puis a glissé le long du ponton avant de finalement tomber au sol quelques mètres plus loin.

Cet incident a incité Max Verstappen à demander à son équipe de vérifier l’état de son aileron avant, alors que le Néerlandais a ensuite réalisé son arrêt au stand quelques tours plus tard après la fin de la VSC déclenchée justement pour permettre aux commissaires de retirer la quille percutée quelques instants plus tôt par le pilote Red Bull.

Pour le reste de la course, Max Verstappen n’a jamais réussi à trouver suffisamment de rythme pour rattraper le leader Lando Norris et terminera finalement le Grand Prix de Miami à la deuxième place devant la Ferrari de Charles Leclerc.

En réfléchissant à la course de son pilote par la suite, Christian Horner a suggéré que l’impact avec la quille a causé suffisamment de dégâts sur la monoplace de Verstappen pour l’empêcher d’aller chercher la McLaren de Lando Norris en tête de la course.

« Il a heurté la quille au 20e tour, et cela a en fait causé pas mal de dégâts en dessous de la voiture. Nous devons encore examiner exactement quel a été l’effet. » a déclaré Horner ce dimanche soir à Miami.

« Il avait assez de rythme à ce moment-là, il s’éloignait d’Oscar [Piastri] qui était derrière et de Lando [Norris] avant de subir ces dégâts. Ensuite, nous nous sommes arrêtés au stand. La voiture de sécurité est sortie au meilleur moment pour Lando et lui a offert un arrêt gratuit. »

« A partir de là, évidemment, ce n’était pas génial pour nous parce que nous étions sur des pneus plus vieux de cinq, six ou sept tours. Et avec les dégâts, je pense que la deuxième place était en fait un résultat décent. »

Invité à donner plus de détails concernant les dégâts sur la Red Bull, Horner a ajouté : « Il y en avait pas mal. Il manque une quantité [de carbone] autour du plancher arrière gauche. Je pense que quand on regarde sur les photos, on peut comprendre que ce n’est pas conçu comme ça. »

Max Verstappen pour sa part a affirmé après l’arrivée de l’épreuve qu’il n’avait constaté aucune différence au volant de sa monoplace après avoir heurté cette quille : « Peut-être qu’elle était déjà endommagée, je ne sais pas. »

« Moi j’ai heurté la borne et mon rythme était le même, donc je ne savais pas vraiment s’il y avait des dégâts. » a insisté le Néerlandais en laissant penser que les dégâts ont pu être causés à un autre moment.

Après le Grand Prix de Miami, Max Verstappen conserve tout de même la tête du championnat du monde des pilotes avec 35 points d’avance sur son coéquipier Sergio Perez.

2 Comments

  1. Si la McLaren de Norris était la plus rapide du vendredi au dimanche, pourquoi n’était-elle pas P1 aux qualifs ? Et pourquoi n’a-t-elle pu doubler aucune voiture pendant la course ? Cela s’est joué à 1 seconde avec la Safety Car, il a eu de la chance, autrement il serait reparti P6 après son arrêt et Verstappen aurait gagné. Mais pour gagner il faut parfois avoir de la chance. Néanmoins bravo à Norris pour sa première victoire !

  2. Aucune importance. La McLaren était la plus rapide du vendredi au dimanche et Verstappen n’aimait pas ses réglages. Certains le trouvaient arrogant de dire ça mais tout le monde a vu dimanche ce qu’avait annoncé Helmut Marko après la qualif sprint : victoire Norris et résistance à Ferrari.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Cesare Ingrassia

Cesare Ingrassia est le directeur de la publication du site d'actualités sur la Formule 1, F1only.fr et du site La Chaine Renault. Véritable passionné, Cesare Ingrassia est accrédité par la FIA et la F1 et se déplace de paddock en paddock pour vous offrir une couverture totale de chaque événement tout au long de la saison.