Restez connectés

News

Vettel pointe du doigt une faille sous VSC, la FIA lui répond

Publié

le

vettel-ferrari-vsc
© Ferrari

Après avoir perdu deux positions sous Voiture de Sécurité Virtuelle au Grand Prix d’Espagne, Sebastian Vettel considère que la FIA devrait se pencher sur un problème évident que rencontrent les équipes lors du déploiement de la VSC en course.

Le pilote Ferrari estime que beaucoup de pilotes sont capables de gagner du temps sous VSC, alors qu’ils doivent logiquement respecter un certain rythme imposé par la direction de course.

Selon le quadruple champion du monde, certains pilotes n’hésitent pas à prendre des trajectoires complètement différentes lorsqu’ils sont sous VSC afin de réduire les distances et donc de gagner du temps en piste.

« La FIA nous fournit un système qui nous oblige à suivre un temps minimal, tout le monde doit ralentir, je crois de 40%. » explique Vettel. « Mais je pense que tout le monde est conscient que l’on peut gagner du temps sous VSC en faisant autre chose qu’en suivant simplement le temps minimal obligatoire : en gagnant de la distance. »

« Je pense donc que nous devrions avoir un système qui n’a pas cette faille, car cela nous contraint à prendre des trajectoires ridicules en piste. »

« Tout le monde le fait, donc je ne pense pas que ce soit un secret. Notre sport devrait faire mieux que de fournir un logiciel médiocre et nous permet de trouver de la performance supplémentaire ainsi. »

Face à de telles accusations, la FIA a tenu à répondre très vite au pilote Ferrari par la voie de son directeur de course, Charlie Whiting.

« Honnêtement, je ne sais pas de quoi il parle. » déclare Whiting. « La VSC a une cartographie dans l’ECU [boîtier de contrôle électronique placé dans les monoplaces] qui est 30% plus lente qu’un tour rapide. »

« Les pilotes doivent suivre ce tour, c’est mesuré là où c’est pertinent par rapport au tour de référence et cela donne un plus ou un moins. »

« Tous les 50 mètres, les pilotes reçoivent un message leur indiquant s’ils sont en avance ou en retard, ils ont le droit d’être dans le négatif tant qu’ils sont dans le positif une fois dans chaque mini secteur et à la première ligne de Safety Car. »

« Si cela est mesuré tous les 50 mètres, alors tout l’avantage que l’on peut obtenir en prenant une trajectoire différente en piste est absolument minime. Je vois plus ou moins ce qu’il veut dire, mais la trajectoire de course est optimale. »

 

.
Je donne mon avis sur ce sujet

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

News

Kubica souffre moins de ne pas rouler quand il voit les faibles performances de la Williams

Publié

le

© DR

Robert Kubica reconnaît que le fait que Williams possède la pire monoplace de la grille le fait un peu moins souffrir de ne pas courir en Formule 1 cette année.

Le pilote de développement de l’équipe Williams était sur le point de devenir pilote titulaire cette saison en F1, mais la formation britannique a préféré choisir le Russe Sergey Sirotkin, qui n’a toujours pas marqué le moindre point dans sa carrière après dix courses.

Mais le Polonais reconnait que les faibles performances de la FW41 font qu’il souffre un peu moins de ne pas courir en Formule 1.

« Je préférerai courir, c’est certain, mais quand on voit la performance de la voiture, c’est un peu plus facile de ne pas rouler parce que si on se battait pour des podiums ou des victoires, ça serait plus difficile. » admet Kubica.

« Ce serait mentir si je dis que je me sens bien, mais une fois que j’ai accepté l’offre de Williams, j’ai su ce que je devais faire et je suis un professionnel et je dois donc essayer d’aider l’équipe. »

« C’est une belle opportunité de vivre ma passion, d’être dans le paddock et de piloter une Formule 1. Avec les réglementations actuelles il y a tant de restrictions à tester, ce n’est pas facile. »

« Etre dans la voiture est une belle opportunité pour moi après avoir réalisé que je pouvais rouler malgré mes limites [Kubica est partiellement handicapé d’un bras après un accident de rallye]. Le test de l’année dernière m’a donné beaucoup de confiance et j’ai cru de plus en plus que je pouvais le faire. »

Lire

News

Red Bull ne va pas sacrifier la saison de Toro Rosso en permettant à Honda de développer son moteur

Publié

le

© Red Bull Content Pool

Christian Horner, le patron de l’équipe Red Bull, insiste sur le fait que Toro Rosso ne sera pas sacrifiée cette année afin de permettre à Honda d’apporter des améliorations sur son unité de puissance.

Il y a quelques jours, Helmut Marko a confirmé que Red Bull autoriserait Honda à apporter toutes les mises à jour nécessaires sur son moteur d’ici la fin de la saison sans se soucier du nombre de pénalités infligées à Toro Rosso, et ce, dans le seul but de développer son moteur pour que Red Bull puisse avoir toutes ses chances de concourir avec une unité de puissance fiable l’an prochain.

« Nous leur avons donné notre autorisation pour introduire des évolutions moteur dés qu’elles sont prêtes. » a déclaré Marko.

« Bien-sûr, la décision leur revient, mais s’ils viennent à trouver ne serait-ce qu’un dixième de performance moteur au banc, alors ils pourront tester cette évolution lors d’un week-end de Grand Prix, même si cela signifie des pénalités moteur pour Toro Rosso. »

S’exprimant sur le fait de pousser Honda à introduire des nouveautés au détriment de la saison 2018 de Toro Rosso, Christian Horner se veut clair.

« Nous n’allons pas les pousser à sacrifier Toro Rosso, mais évidemment, il y a des opportunités d’apprendre pour le bénéfice du groupe, ce dont Toro Rosso va également bénéficier. » déclare le Britannique à Autosport.

« C’est évidemment quelque chose qui reste ouvert, mais Toro Rosso a sa propre bataille chez les constructeurs, et qui a bien-sûr une valeur significative pour eux. »

Lire

News

Renault doit s’assurer d’avoir des alternatives à Carlos Sainz

Publié

le

© Renault

Le patron de Renault déclare qu’il doit absolument chercher des alternatives à Carlos Sainz pour 2019 dans le cas où le pilote espagnol partirait chez Red Bull, avec qui il a un contrat.

Carlos Sainz a été prêté à Renault par Red Bull pour une seule saison dans le cadre d’un accord après que l’équipe autrichienne ait officiellement décidé de se séparer de Renault l’an dernier pour s’octroyer les services de Honda avec sa petite écurie Toro Rosso.

Mais Renault ne sait toujours pas si Carlos Sainz repartira chez Red Bull l’an prochain ou bien si l’Espagnol pourra rester aux côtés de Nico Hulkenberg et quoi qu’il en soit, il faut désormais penser à des alternatives.

« Nous allons faire attention à deux choses : Comment la performance de Carlos évolue et comment la situation des pilotes évolue chez Red Bull. » explique Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport racing à Autosport.

« Nous sommes bien conscients que cela pourrait avoir un impact sur la disponibilité de Carlos pour l’année prochaine. Ma responsabilité est de m’assurer qu’il existe des alternatives si Carlos n’était pas disponible pour nous dans les délais qui nous paraissent raisonnables et nécessaires pour définir le line-up de l’année prochaine. »

« Une chose que je veux vraiment, c’est anticiper le plus rapidement le line-up de l’an prochain. Nous devons être capables d’envisager des alternatives, car nous savons que nous ne contrôlons pas complètement l’avenir de Carlos chez Renault, car nous ne contrôlons pas non plus l’avenir entre Red Bull et Carlos. »

La situation devrait être plus claire dans les prochaines semaines, notamment lorsque Daniel Ricciardo annoncera sa décision concernant son avenir, le pilote australien étant une pièce maîtresse dans le marché des transferts cette année.

Lire

News

Vijay Mallya se réjouit de l’élan retrouvé de Force India

Publié

le

© Force India

Après un début de saison 2018 difficile, le directeur de l’équipe Force India, Vijay Mallya, est heureux de constater que son écurie semble enfin prendre sa vitesse de croisière peu avant la trêve estivale.

Force India a pris la quatrième place au classement des constructeurs durant les deux dernières saisons, cependant  cette année, l’écurie basée à Silverstone a glissé jusqu’à la septième position avant de passer sixième, 1 point devant McLaren grâce à un top dix signé par ses deux pilotes en Angleterre.

« Cela a été satisfaisant d’obtenir les deux voitures dans les points pour les deux dernières courses. » déclare Mallya.

« C’est ce que nous devons faire pour pouvoir nous battre au championnat. L’Allemagne marquera le cap de mi-saison et il semble que nous ayons un certain élan maintenant. »

« Les mises à jour que nous avons introduites à Silverstone nous ont bien aidés et je pense qu’il y a plus de performance à débloquer. »

« Nous avons été un peu malchanceux dans la première moitié de la saison, notamment en étant pris au piège dans des accidents au premier tour, mais je pense que la chance a tourné. »

« Marquer des points à chaque course restante est une cible réaliste, mais je m’attends à ce que le milieu de terrain se rapproche pour les courses à venir. »

Lire

News

Romain Grosjean : « Le potentiel de l’équipe est grand, nous avons été bons partout »

Publié

le

© Haas F1 Team

La première partie du championnat du monde de Formule 1 2018 a été difficile pour Romain Grosjean, qui a terminé dans les points à une seule reprise après dix courses.

Cependant, le pilote français est confiant quant au potentiel de sa monoplace cette année et reste déterminé à en tirer le meilleur parti durant les courses restantes, en commençant par le Grand Prix d’Allemagne ce week-end, qui marquera également le cap de la moitié de saison.

« Le potentiel de l’équipe est grand, c’est ce que je dis depuis longtemps. » déclare Grosjean. « Cette année, nous avons montré que nous étions capables d’être rapides sur la plupart des circuits, et cela a été très prometteur et c’est une bonne nouvelle pour tout le monde dans l’équipe. »

« Barcelone, le Paul Ricard, le Red Bull Ring, Silverstone, ce sont des circuits sur lesquels nous avons été très forts. Nous avons été bons partout sauf à Monaco pour être honnête. »

« La dernière mise à jour que nous avons eu est très bonne car elle améliore la voiture à basse vitesse, et je pense que nous avons un très bon équilibre à grande vitesse. »

« A basse vitesse, nous savons que nous pouvons nous améliorer un peu plus, nous savons où, mais la voiture n’est pas mauvaise non plus, donc je pense que nous pourrions être bons en Allemagne et en Hongrie. L’équipe a fait beaucoup de progrès, le potentiel est là depuis le premier jour, nous sommes prêts pour plus. »

Battre Renault reste l’objectif

L’équipe américaine est actuellement cinquième au championnat des constructeurs, juste derrière Renault, mais devant McLaren, Force India et Toro Rosso. Romain Grosjean estime que Haas peut battre Renault d’ici la fin de l’année.

« Nous pouvons faire encore mieux, nous pouvons encore nous améliorer. Si vous regardez le classement, je n’ai pas beaucoup de points en ce moment, mais nous allons travailler encore plus forts pour nous assurer de ne plus avoir de problèmes. Je pense que nous pouvons viser la quatrième position. »

Lire

News

Webber contre l’ouverture des paddocks aux fans : « Les pilotes doivent rester des héros »

Publié

le

© Mercedes-AMG

L’ancien pilote Red Bull, Mark Webber, pense que la Formule 1 est déjà allée trop loin en donnant l’accès aux fans aux paddocks de F1 et aux pilotes.

La catégorie reine du sport automobile a souvent été critiquée pour être trop fermée aux fans, mais selon Mark Webber, la discipline doit faire attention de ne pas tomber dans l’excès en permettant aux fans d’approcher les pilotes de façon trop récurrente lors des week-ends de course.

Il y a quelques semaines, Fernando Alonso expliquait qu’il ne se sentait pas bien dans les paddocks du WEC [championnat d’endurance auquel participe le pilote McLaren en parallèle de la F1] qu’il jugeait trop ouverts aux fans.

Webber, qui a lui aussi participé au championnat d’endurance, rejoint l’avis de son ami Fernando Alonso et insiste  sur le fait que la Formule 1 est déjà allée un peu trop loin.

« Il faut être très prudent, car les pilotes doivent rester des héros. » explique Mark Webber à Motorsport.com. « Ils doivent rester un peu intouchables ou difficile à approcher. »

« Nous sommes peut-être allé un peu trop loin en termes d’accès et de médias sociaux, et il ne faut pas banaliser leur métier. Roger Federer ne donne aucune interview avant Wimbledon et l’accès doit être absolument surveillé. »

Lire

Copyright © 2018 F1ONLY.fr Tous droits réservés/Reproduction totale ou en partie interdite. F1only.fr est référencé sur ActuF1.com Ce site Internet n’a aucun lien avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. et son contenu n’est ni approuvé, ni parrainé par ces entités. Les termes F1, FORMULE UN, FORMULE 1, FORMULA ONE et FORMULA 1 et toute combinaison de ces termes ainsi que les logos exploités en relation avec le Championnat du Monde de Formule Un sont la propriété de Formula One Licensing B.V. Ils ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit qui impliquerait un lien officiel avec Formula One Group, la FIA, le Championnat du Monde FIA de Formule 1 ou Formula One Licensing B.V. Cette dernière se réserve le droit d’agir en cas d’une atteinte quelconque à ses droits.

0Shares