red bull apesanteur F1
in

Vidéo : L’incroyable pit-stop de Red Bull en apesanteur

L’équipe Red Bull Racing a franchi une nouvelle étape dans la pratique des arrêts au stand avec un pit-stop effectué en apesanteur.

L’équipe Red Bull Racing s’est amusée à simuler un arrêt au stand dans un avion de l’agence spatiale russe Roscosmos à plus de 10 0000 mètres d’altitude en apesanteur.

L’équipe a rapatrié une monoplace de la saison 2005 [la RB1] sur la base d’entraînement Yuri Gagarin Cosmonaut à Star City et a entrepris de prouver que le ciel est vraiment la seule limite en effectuant un arrêt au stand à Zero-G.

L’équipe a effectué une semaine de vols, chacun consistant en une série de paraboles, l’avion grimpant à 45 ° puis tombant en arc balistique à 45 ° – ce qui donne à l’équipage des stands une période d’apesanteur d’environ 22 secondes avant la montée suivante.

“La première parabole que nous avons faite était vraiment assez étrange.” explique le mécanicien Paul Knight. “Rien ne peut vous préparer, alors nos instructeurs Roscosmos nous ont dit de simplement nous asseoir et de nous habituer à l’expérience.”

“Il n’y a pas de sensation de monter ou de descente ; grimper à 2G avec deux fois votre poids corporel normal donne l’impression d’être planté dans le sol et vous avez du mal à vous déplacer.”

[bctt tweet=”Vidéo : L’incroyable pit-stop de Red Bull en apesanteur #F1″ username=”f1_fr”]

“Ensuite, cette sensation s’inverse lorsque vous franchissez le sommet et tombez en chute libre. Ils nous ont retenus pour nous empêcher de flotter! “

“Nous avons ensuite compris comment nous tenir et la meilleure façon de gérer les sensations. C’est une expérience incroyable, sans pareille.”

Des effets secondaires

L’apesanteur peut toutefois entraîner des effets secondaires plutôt indésirables. Un porte-parole de Roscosmos s’explique: “Lorsqu’il est au sol, le système vestibulaire fonctionne dans certaines conditions définies par la gravité. Mais en apesanteur, ce système de perception sensorielle a besoin de temps pour s’adapter.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Lewis Hamilton Mercedes F1

A 34 ans, Lewis Hamilton reste toujours aussi motivé

Tatiana Calderon Alfa Romeo Racing

Onboard : Tatiana Calderon sur le circuit Paul Ricard